Violence Psychologique dans le Couple : “Les Prisons Familiales” [Revue]

Posted on

La violence psychologique dans le couple et dans la famille est une forme d’emprisonnement sournoise et invisible, nous dit Anne-Laure Buffet. Dans son ouvrage : « Les prisons familiales : Se libérer et guérir des violences invisibles », la thérapeute décrypte les signes du harcèlement moral dans le couple et de la maltraitance familiale. Fidèle à son approche bienveillante, elle se place à côté, et du côté, de la personne qui souffre, et la soutient dans la découverte et l’acceptation de son expérience de victime d’emprise psychologique. Cet ouvrage riche et profond est une merveille pour qui cherche à se réconcilier avec son passé, à se libérer des liens toxiques et même à accompagner ses enfants de manière équilibrée après une séparation conflictuelle. Voici ce que j’ai tiré du dernier ouvrage de la thérapeute, spécialiste de la violence psychologique intrafamiliale.

 

Se concentrer sur son expérience individuelle

L’une des raisons pour laquelle j’apprécie énormément le travail d’Anne-Laure buffet est qu’elle prend grand soin à éviter les clichés, les étiquettes, les généralisations et la dramatisation. Son regard est toujours porté sur la victime, en tant que personne qui souffre, dans le respect de l’individualité de son expérience.

Ainsi dans la première partie de l’ouvrage, elle nous permet de prendre conscience de nos souffrances et des mécanismes en place, non pas en fonction de ce que « l’autre » (conjoint maltraitant, parent, etc.) fait, mais en fonction de ce que nous éprouvons. Elle choisit de ne pas consacrer des pages entières à l’auteur des violences ; elle focalise son regard sur le ressenti de la victime sous l’effet des mécanismes de harcèlement et d’emprise qui se mettent en place.

Cette approche est très pertinente puisqu’elle s’attache à la seule vérité que la victime possède : sa version de l’histoire, son ressenti, sa propre souffrance. Parallèlement, la thérapeute permet de mettre les vrais mots sur les maux et ainsi de valider le vécu de la victime : il s’agit bien de maltraitance, de harcèlement, d’emprisonnement « même quand il n’y a pas d’actes de violence physique ».

Si, tout au long de l’ouvrage, elle reconnaît et explique les termes fréquemment employés (à tort ou à raison) dans le contexte de la violence psychologique dans le couple, elle encourage à la victime à éviter les autodiagnostics hâtifs. Ainsi les relations abusives ne sont pas toujours le fait de pervers narcissique, et les victimes ne souffrent pas forcément de dépendance affective. L’éventail est large, et les parcours, uniques. Pour avancer et se reconstruire, il est indispensable de se recentrer sur soi.

 

Violence psychologique dans le couple et dans la famille

 

Anne-Laure Buffet rappelle dans son ouvrage que la violence au sein de la famille ne fait jamais de victime unique. Les enfants d’un couple sont victimes à part entière de la violence conjugale. Les enfants mal construits reproduisent fréquemment à l’âge adulte des schémas relationnels dysfonctionnels.

La deuxième partie du livre se concentre sur la construction psychique de l’enfant. Ces propos sont doublement intéressants pour la femme adulte qui lit ces pages : en dirigeant le projecteur sur sa propre enfance, ils éclairent des maltraitances et des souffrances jusqu’alors incomprises ou refoulées. Mais ils permettent aussi de tourner notre regard vers nos propres enfants et le cadre que nous créons pour leur permettre de se structurer. Loin de la culpabilisation, c’est un guide précieux qui montre les écueils à éviter et nous encourage à nous remettre en question. Un adulte sain et équilibré est un modèle suffisant pour un enfant. C’est donc par l’exemple que nous leur apporterons le meilleur cadre pour leur croissance et leur développement psychique.

Je rappelle qu’Anne-Laure Buffet a aussi publié un livre qui traite de la relation mère-enfant dysfonctionnelle : “Les mères qui blessent”, un ouvrage utile pour quiconque souhaite plus de clarté pour travailler sur son histoire personnelle.

Rompre avec la violence psychologique

 

L’auteure rappelle d’emblée que se séparer n’est pas la clé unique pour quitter définitivement la toxicité. Guérir et se reconstruire impliquent aussi de remettre en cause ses croyances et ses comportements. La prise de conscience nous incite à la rupture, mais c’est la prise de responsabilité qui va paver le chemin de la reconstruction de notre identité. Accepter sa propre responsabilité est une étape douloureuse, confie la thérapeute, mais il ne faut pas confondre responsabilité et culpabilité.

 

Si les « rechutes » sont fréquentes au cours de notre reconstruction, elles sont aussi des étapes normales et nous mènent à la découverte d’un potentiel jusque là ignoré. Le travail personnel, seule ou accompagnée, permet de retrouver confiance et estime de soi et des bases solides, non pas pour « refaire sa vie », mais pour la continuer sainement et sereinement. Elle nous ouvre ainsi la porte vers la Croissance Post-traumatique, cet évolution personnelle (scientifiquement prouvée) qui mène grand nombre de victimes à créer, après leurs épreuve, une vie plus pleine de sens, de sérénité et de bonheur.

En conclusion:
Cet ouvrage nous donne des pistes pour mieux nous comprendre, mieux accepter ce que nous avons vécu, pour pouvoir le surmonter et nous ouvre les portes vers notre potentialité.
Je recommande vivement sa lecture.

 

  •  
  •  
Virginie Loÿ
Je m'appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d'une relation abusive ou violente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *