Le Manuel : comment ne pas trop attendre des autres

Posted on

Le manuel ou comment ne pas trop attendre des autres.Fais-tu partie de celles qui ont tendance à trop attendre des autres ? As-tu l’impression de passer de désillusion en déception parce que les autres ne font jamais ce que tu attends d’eux ? Ils ne te parlent pas comme tu aimerais, ils ne téléphonent pas quand tu voudrais, ils te harcèlent dans ta vie personnelle, au travail, voire au tribunal… Ce qui se passe, c’est que nous avons un « Manuel », une sorte de mode d’emploi, destiné à toutes les personnes que nous fréquentons, de notre conjoint à notre voisine, en passant par notre meilleure copine et notre belle-mère. Si seulement elles se comportaient comme nous le souhaitions, tout irait mieux, pensons-nous… Malheureusement, avoir des attentes envers les autres, c’est se décevoir soi-même et même créer sa propre souffrance. Alors, comment se comporter ? Faut-il ne rien attendre des autres pour ne pas être déçue ? Dans cet article, j’examine comment ces comportements nous rendent maladivement dépendantes et comment nous pouvons nous affranchir de cette mauvaise habitude pour reconquérir le contrôle de notre vie émotionnelle.

Le Manuel : la liste de nos attentes envers les autres

Nous avons tous un mode d’emploi implicite pour les autres, que j’appelle ici le Manuel. Dans ce « guide » virtuel et détaillé, nous avons défini, parfois de manière inconsciente, comment les autres devraient se comporter pour que nous soyons satisfaites et heureuses. En sus d’être un véritable pavé, ce Manuel est en général secret. La plupart du temps, les autres ne sont même pas au courant de tout ce que nous attendons d’eux ! Et nous-mêmes, parfois, nous ne réalisons pas toujours clairement que nous avons formé ces attentes ni du mal qu’elles nous causent.

Cette liste est faite d’une multitude de règles, d’attentes et d’espoirs tels que :

  • mon mari devrait se rappeler de mon anniversaire (et s’il m’aime il devrait savoir exactement quoi m’offrir),
  • le père de mes enfants devrait payer la pension et être en contact plus souvent avec eux,
  • ma mère devrait m’aimer telle que je suis, ne pas me critiquer, me soutenir et me comprendre,
  • ma copine devrait venir à l’heure à nos rendez-vous,
  • la voisine du dessus devrait se déchausser,
  • la liste est infinie et concerne tous les gens que nous fréquentons !

Tout ce que les autres « devraient » faire…

Le point commun de ces attentes est le verbe « devrait ». Nous avons ancré en nous la croyance que nous serions contentes/heureuses/satisfaites si seulement ces personnes agissaient en respectant les instructions de notre Manuel. Parfois nos proches répondent à nos attentes et nous interprétons leur geste comme nous le voulons: comme une marque de respect, ou une preuve d’amour, peut-être. Malheureusement, la plupart du temps, les autres n’ont aucune idée de ce que nous attendons d’eux. Et même s’ils en ont une, car il arrive que nous communiquions nos désirs, ce n’est pas leur rôle de les satisfaire. Car ce job, c’est le nôtre ! Ils le peuvent, bien sûr, s’ils le souhaitent. Cependant, attendre des autres qu’ils nous satisfassent est la chose la plus déresponsabilisante et la plus démotivante que nous puissions nous infliger ! En confiant aux autres la mission de nous satisfaire, nous nous dépossédons de tout le contrôle et le pouvoir que nous avons sur notre vie !

Le « Manuel », Clotilde en parle dans son podcast, et c’est Brooke Castillo qui a créé le concept et nommé ainsi ce comportement (« The Manual »).

Trop attendre des autres, c’est la perte de contrôle absolue

Le comportement et les paroles des autres sont toujours une Circonstance Neutre. Ils ne nous impactent que dès lors que nous leur accordons, par notre interprétation (c’est à dire par la pensée que nous choisissons), une signification. Nous faisons alors le choix de cette pensée, car toutes nos pensées sont optionnelles. Nous pouvons faire le choix d’une pensée qui nous est bénéfique… mais c’est rarement le cas. En fait, quand nous avons un Manuel, nous fixons des objectifs secrets et nous lions nos émotions à ce que les autres font. Nous conditionnons notre bien-être au bon vouloir des autres. Nous leur confions la gestion de nos émotions… Et honnêtement, est-ce que c’est à ton ex, à ta voisine de palier ou à ta belle-mère que tu as envie de donner ce pouvoir ? Avoir des attentes envers les autres, c’est la recette pour des déceptions garanties ainsi qu’une multitude d’émotions négatives et désagréables, de la contrariété ou la frustration à la souffrance la plus profonde.

Avoir un Manuel nous rend manipulatrices

En ayant un Manuel pour tout le monde, nous créons une pression intense sur nous et sur les autres. Nous pouvons même en arriver à la manipulation tant nous cherchons (souvent inconsciemment) à contrôler leur comportement. Car nous voulons vraiment qu’ils se conforment à notre mode d’emploi, ce qui nous évitera d’être blessées. Pourtant, nous nous leurrons totalement, car nous n’avons strictement aucun contrôle ni pouvoir sur les autres.

En réalité, chaque adulte a la liberté absolue de se comporter comme il le souhaite (y-compris toi). Nous ne pourrons jamais changer les autres ! Et personne d’autre que nous n’est responsable de satisfaire nos besoins ou nos envies. Personne d’autre que nous n’est responsable de la gestion de nos affaires, de notre bien-être ou de notre bonheur. Placer ces attentes sur les autres nous dépossède du contrôle que nous avons sur notre vie émotionnelle et forge notre impuissance.

Comment cesser de trop attendre des autres en 4 étapes

1. Prendre conscience de nos attentes

La première chose à faire, c’est d’ouvrir les yeux et de prendre conscience que nous avons réellement des Manuels en place. Commencer par écrit est une étape révélatrice ! Prends une feuille et choisis une personne de ton entourage envers laquelle tu éprouves ces sentiments de déception, de frustration, de colère, etc. Liste tout ce que tu attends de cette personne, aussi honnêtement et crûment que possible. Écris tout ce qu’elle devrait faire et qui te ferait plaisir et te permettrait de te sentir mieux. Utilise le verbe « devrait » pour lancer tes phrases, tu verras la liste s’allongera sans problème :

  • Mon ex devrait se comporter civilement au tribunal, ne pas faire appel, arriver à l’heure pour chercher les enfants, les ramener à l’heure, les faire manger sain, ne pas les mettre devant la télé, me parler poliment, répondre à mes messages et mes mails.
  • Mon patron devrait… Ma mère devrait… Ma voisine du dessus… etc.

2. Accepter que les autres échappent à notre contrôle

Nous avons déjà du mal à nous assumer nous-mêmes et à prendre la totale responsabilité de nos pensées, de nos émotions et de nos actions, alors imagine… C’est un peu difficile de vouloir aussi régenter les autres ! Non seulement cela ne marche pas, mais en plus ça les irrite. C’est compréhensible, personne ne veut être contrôlés, ni eux ni nous. C’est un peu comme si j’essayais d’apprendre à un taureau à siffler : non seulement ça ne marche pas, mais ça va vite l’énerver… et me frustrer. (J’emprunte cette image à l’auteure Susan Forward.)

Cessons d’attendre des autres ce qu’ils ne peuvent pas, ou ne veulent pas, donner ! Mettons-nous en tête que les autres font ce qu’ils font, disent ce qu’ils disent et vivent leur vie comme ils le souhaitent. Le seul pouvoir que nous ayons, c’est de choisir comment nous interprétons leurs actes.

3. Examiner nos attentes

Avec notre liste en main, nous pouvons alors explorer quelles sont nos attentes et pourquoi nous les avons. Quelle est la véritable signification que nous leur donnons ?

Par exemple:

  • nous pensons que ne pas se rappeler de notre anniversaire est une preuve désamour,
  • ne pas sortir les poubelles est injuste, car ce n’est pas un partage équitable des tâches,
  • ne pas venir chercher les enfants à l’heure est un manque de respect,
  • prolonger au tribunal un signe de méchanceté, etc.

Ces interprétations sont nos pensées. Elles sont optionnelles. Nos émotions aussi, car elles sont générées par nos pensées, et non pas par les actions des autres. Nous sommes donc libres d’interpréter les actions des autres avec les pensées de notre choix. Nous prenons ainsi la totale responsabilité de nos émotions et nous reprenons le contrôle sur notre vie. Cela ne signifie pas que l’on reste dans des relations qui soient nocives ou violentes. Placer des limites peut être utile. Quitter la relation aussi. Chacune est libre de faire les choix qu’elle veut, mais il est important de faire ces choix pour les bonnes raisons.

Prendre la responsabilité de nos attentes et de nos émotions

Notre liste va révéler les changements que nous pouvons mettre en place dans notre vie pour ne plus trop attendre des autres et ne pas dépendre d’eux émotionnellement. Nous pouvons choisir ce que nous voulons ressentir dans notre vie. Nous pouvons choisir nos pensées intentionnellement en conséquence. Pour avoir les résultats que nous voulons et arriver à notre but, choisissons d’être le seul maître à bord ! Comme tous les changements, modifier nos pensées n’est pas un processus sans douleur. Nous devons accepter que nous éprouverons un certain inconfort en abandonnant nos anciens comportements et ces attentes fermement ancrées. Cependant, nous détacher de ces attentes qui nous font souffrir et nous prendre en charge est la clé de l’équilibre émotionnel et d’une sérénité dans la durée.

Des relations sans rien attendre des autres

En nous libérant de notre Manuel, nous coupons le lien qui lie notre bonheur aux actions des autres. Nous pouvons certes faire des demandes. Nous pouvons accepter comme réponse un oui aussi bien qu’un non, et ne pas y donner d’autre signification que ce oui ou ce non. Nous pouvons accepter la réalité telle qu’elle se présente à nous et ne pas la transformer en spirale de pensées qui polluent notre quotidien et notre estime de nous.

Cas particulier

Quand il s’agit d’enfant ou de personnel (employés, subalternes), il faut bien différencier nos types d’attentes. Il est tout à fait normal d’imposer des règles à un enfant pour l’éduquer, ainsi que pour sa sécurité. Dans ce cas, les motivations sont claires, les conséquences doivent l’être aussi et il ne s’agit pas d’un Manuel. Un Manuel ne s’attache qu’aux attentes que l’on a envers les autres pour que nous éprouvions des émotions plus agréables. Ainsi un enfant doit donner la main pour traverser la route pour sa sécurité, ce qui peut lui être expliqué (et la désobéissance éventuellement sanctionnée), il ne donne pas la main « pour faire plaisir à Maman ». De même, les employés ont un contrat qui spécifie les engagements qu’ils remplissent dans le cadre de leur travail. Ne pas respecter ces « attentes » est une rupture de contrat factuelle, pas une attaque personnelle ou émotionnelle.

Ne rien attendre des autres
Cet article te plaît ? Épingle-le dans Pinterest pour le retrouver facilement !

 

En résumé, pour ne plus trop attendre des autres

Nous confions la responsabilité de nos émotions aux autres en ayant pour eux des Manuels. Ce sont des listes d’attentes détaillées et souvent secrètes par lesquelles nous lions notre bien-être émotionnel au comportement des autres. Nous attendons qu’ils comblent nos attentes et ce faisant, nous nous dépossédons de notre pouvoir.

Pour changer tes habitudes,

  • liste toutes les attentes que tu as d’une personne
  • passe-les en revues en analysant ce que tu attends véritablement des « conditions » que tu as placées sur votre relation
  • reprends la responsabilité de tes pensées et tes émotions.

Tes relations en ressortiront allégées et tu trouveras l’équilibre, la clarté et l’indépendance émotionnelle qui te permettent de toujours prendre tes décisions à bon escient.

 

As-tu envie de ne plus souffrir de ta tendance à toujours trop attendre des autres ? Pour qui as-tu un Manuel ?

 

Attribution des photos : Tom Herman, merci Unspash (modifiée)

Publié le 10 octobre

  •  
    14
    Partages
  • 14
Virginie Loÿ
Je m'appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d'une relation abusive ou violente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *