Persévérance et détermination: le témoignage de Marie-Alphonsine

Posted on

témoignage persévérance
Voici l’histoire de Marie-Alphonsine, une femme d’une persévérance exemplaire.

 

Toute jeune, Marie-Alphonsine a subi de nombreuses et très graves violences de la part de son premier conjoint. Aujourd’hui, elle est devenue une femme équilibrée. Elle nous montre qu’il est possible de se reconstruire. Elle assume sa vie et ses choix. Elle n’a pas hésité à être la première à répondre à mon appel à témoignage : je lui exprime ici, en mon nom et au nom de toutes celles que son histoire aidera, ma profonde gratitude.

Marie-Alphonsine partage avec nous les éléments qui l’ont aidée à s’en sortir et la persévérance dont elle a fait preuve pour tracer son chemin. Non seulement à quitter l’union dangereuse dans laquelle elle était prisonnière, mais aussi à construire sa propre vie, des victoires dont elle peut aujourd’hui être fière. Son parcours est parsemé d’embûches énormes. Et pourtant, Marie-Alphonsine a réussi à donner à ses enfants l’amour dont ils avaient besoin et un cadre constructif qui leur a permis de faire des études. Elle s’est donné la chance d’apprendre un métier, et de se libérer de ce mariage brutal avec lequel elle était arrivée toute jeune en France. Elle nous rappelle cependant que les conjoints abusifs sont souvent de « mauvais perdants » : « Il ne faut pas réveiller le volcan qui sommeille! », dit-elle.
La prudence n’étant jamais inutile, certains détails identifiants de son témoignage ont été modifiés par mes soins et avec son accord.


Les 3 points clés qui l’ont aidée :

  • les personnes rencontrées qui lui ont tendu la main
  • le recours aux structures sociales de soutien
  • l’apprentissage d’un métier 


    Les 3 victoires de Marie-Alphonsine :

    • son indépendance, notamment matérielle,
    • la réussite de ses enfants
    • la confiance en sa propre énergie positive…

    et je laisse lui laisse le soin d’exprimer son plus grand conseil… à la fin de l’article 🙂

 

résiliencePersévérance,
détermination,
résilience

Vous lirez au cours de son témoignage que Marie-Alphonsine mentionne son « manque de maturité » (de l’époque) comme un facteur qui a favorisé sa situation… C’est peut-être vrai, nous sommes toutes plus immatures à 20 ans qu’à 40 ou 60!

Cependant, j’en profite pour rappeler ici que RIEN ne justifie la violence sous aucune forme. Seul l’auteur des violences est responsable et coupable de ses actes. La violence envers un conjoint est illégale et inacceptable.

Ce témoignage illustre aussi que l’isolement et les différences culturelles sont des épreuves supplémentaires, qui malheureusement vont souvent de pair. Cependant, elle reconnaît que c’est parce qu’elle a « rencontré sur son chemin des gens merveilleux, qui lui a tendu la main, que la vie continue ». 

Ce récit met aussi l’accent sur le fait que le soutien des structures sociales auxquelles elle a eu accès a été capital pour lui permettre d’acquérir son indépendance et protéger ses enfants. Demander et accepter de l’aide ont été des éléments déterminants dans son parcours.
(Pour trouver rapidement les organismes qui peuvent vous aider, vous pouvez contacter une association locale, cliquez sur ce lien pour trouver en fin d’article des liens qui vous dirigent vers les listes d’associations).

 

La persévérance d’une jeune mère

 

Quand Marie-Alphonsine arrive d’Afrique Centrale en France en 1982, elle a 22 ans, est maman de jumeaux et enceinte de 7 mois. La jeune famille est logée dans 17 m carrés. L’insertion dans la nouvelle vie est difficile. Marie-Alphonsine reçoit des allocations familiales et engage des démarches pour demander un logement plus grand. Ce sont ces faits (Oui, vous avez bien lu, ce sont ces faits…) qui enclenchent son cauchemar. Pour cette visite à la mairie, son mari la bat. Il contrôle ensuite les contacts qu’elle a avec sa mère, restée au pays ; il lui interdit la pilule ; il la séquestre même dans l’appartement, prenant soin de couper le téléphone.

« Je n’avais pas d’amis… Pas de visite… Pas un sou, dit-elle. Il faisait les courses à sa convenance. On ne mangeait que les boîtes de conserve et des biscottes. Le poulet était coupé en petits morceaux et en deux parties pour deux jours. Les vêtements (venaient) du secours catholique et de friperies ».

Un an après son arrivée, la violence de son mari l’envoie à l’hôpital. Malgré l’intervention de la police, et comme de très nombreuses femmes, elle refuse de porter plainte, car « j’avais peur de lui… », confie-t-elle.

Après être de nouveau battue l’année suivante, elle raconte :

« Les voisins me conseillent de me sauver… Je n’ai pas de ressources, je ne connais pas mes droits, j’ai un récépissé de la carte de séjour, j’ai peur de ne pas avoir l’argent pour nourrir ma dernière qui a deux ans, je pars de la maison en confiant les enfants à un compatriote qui va alerter le service social de la PMI. »

 

Persévérance et déterminationCette fuite sera un pivot dans sa destinée.

Elle reçoit une place dans le foyer « mère et enfants ». En 1985, elle enchaîne des séjours en foyer, avec ou sans ses enfants (alors placés en famille d’accueil). C’est une lecture éprouvante de suivre les pérégrinations de Marie-Alphonsine et de ses enfants en l’espace de si peu de temps, dans un pays nouveau pour eux, sans l’aide de sa famille. Cependant, le soutien qu’elle a reçu à ces occasions est déterminant. Trente ans plus tard, elle peut en effet encore citer les noms des foyers et les dates de ses séjours ! Elle reprend ses études, grâce à l’aide du personnel spécialisé : éducateur, assistante sociale, prospecteur placier.

Une brève réconciliation, trois ans plus tard, est suivie par son départ définitif. Marie-Alphonsine dévoile avec une fierté justifiée qu’elle est désormais diplômée, et propriétaire de son logement :

« Je suis partie, j’ai continué à me battre. Je suis assistante dans le domaine médical et technicienne gestionnaire dans une administration. Mon ex est RMiste… J’ai repris ma place d’être humain et je suscite la jalousie de Monsieur M. ».

Marie-Alphonsine a eu d’autres enfants d’une union ultérieure. Ses jumeaux aînés l’ont retrouvée et elle a réussi à les aider pour obtenir la nationalité française, avoir le bac, trouver du travail.

« La violence morale a laissé des séquelles en nous, mais le plus dur est fait, constate-t-elle. Nous l’avons vaincu, la meilleure vengeance, c’est la réussite. Je ne savais pas mettre un nom sur ma situation, donc il était difficile de guérir sans diagnostic. C’est fait, à présent. Je fais ma démarche thérapeutique pour permettre à mes enfants de trouver l’issue. 

Ses parents sont persuadés qu’il est maudit. (Version africaine… ajoute-t-elle, avec une pointe d’humour !) Moi, je crois simplement que le manque de maturité de ma part a favorisé cette situation qui a failli engloutir toute la cellule familiale. »

Marie-Alphonsine n’avait que 16 ans quand elle a rencontré son compagnon.

« Je me suis installé en province, pour une meilleure respiration, là où l’herbe est fraîche. Malgré la souffrance, il m’a appris à ne pas baisser les bras. N’est-ce pas merveilleux ?

 Même mes enfants en veulent à leur père, après avoir compris que c’était moi qui apportais l’énergie positive dans le foyer. Mes derniers enfants font leur licence, l’une en Allemagne, la grande est à la banque… J’ai un ami actuellement et gloire à Dieu, tout est possible. Persévérance et détermination. Seule la lutte libère. Nous sommes plus forts que nous le croyons ! »

 

Marie-Alphonsine conclut son témoignage par une constatation qui vaut pour nous toutes :

Moi, j’ai simplement décidé de me faire exister en m’aimant davantage. 

Bravo, Marie-Alphonsine, pour votre persévérance et merci pour votre témoignage.

 

N’hésitez pas à partager cet article à toute personne de votre connaissance qu’il pourrait inspirer !

Publié le 13 août

Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Virginie Loÿ

Je m’appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d’une relation abusive ou violente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement le guide "Comment reprendre le contrôle de sa vie"
x