Surmonter ses peurs en 4 étapes

Posted on

Voici un plan en 4 étapes pour surmonter ses peur et réaliser tous ses rêves. Surmonter ses peurs, c’est le point de départ pour créer la vie qu’on veut… et un bien vaste programme ! Combien de projets as-tu en tête et qui n’avancent pas parce que tu te sens paralysée par la peur ? Quand nous ne prenons pas suffisamment de temps pour réfléchir, nous nous disons souvent que nous sommes bloquées par des circonstances extérieures : ce n’est pas le bon moment, je n’ai pas l’argent maintenant, je le ferai pendant les vacances, après les vacances, quand ça ira mieux… Bref, toujours plus tard. Alors qu’en fait, si nous prenions conscience (1) que c’est la peur qui nous empêche d’avancer et (2) qu’il suffit de vaincre ses peurs pour passer à l’étape suivante, nous pourrions commencer à avancer sur nos projets dès aujourd’hui et atteindre nos objectifs plus rapidement. J’ai fait beaucoup de choses dont j’avais peur dans ma vie. J’ai vaincu : la peur de quitter mon mari, la peur de rester à l’étranger en tant que divorcée, maman solo sans emploi. J’ai surmonté la peur de changer de carrière et de me lancer en tant qu’entrepreneur. La peur de montrer ma tête sur YouTube, la peur d’être rejetée, la peur d’être moi. Voici ma méthode en 4 étapes pour faire ce qui me fait peur.

Surmonter ses peurs, ce n’est pas sorcier !

La peur est une émotion. Quand nous avons peur, notre cerveau entre en état d’alerte. Il informe le corps pour qu’il se prépare à fuir ou se battre. C’est un réflexe qui garantit la survie de notre espèce. Cependant, au 21e siècle, cette peur nous entrave plus qu’elle nous protège. La psychologue Susan Jeffers, auteur de « Tremblez, mais osez ! », explique que toutes nos peurs ont une origine unique: la peur de ne pas être capable de gérer ce que la vie va nous présenter.

Donc pour vaincre la peur, la meilleure solution c’est de décomposer notre projet en plein de petites parties qui nous font moins peur. En abaissant le seuil, nous pouvons prendre des actions que nous sommes mieux capables de gérer. Du coup, nous progressons sans mourir de trouille et chaque pas en avant renforce notre courage et notre confiance.

4 étapes pour dépasser sa peur

Je sais très bien que ma peur est à l’intérieur de ma tête et que je la crée avec mes pensées. Voici comment je procède quand je m’aperçois que je procrastine et que j’évite de me lancer dans ce qui me fait peur. Tu peux appliquer cette méthode pour tout. Quitter définitivement quelqu’un qui n’est pas bien pour toi, déménager, chercher un nouvel emploi, te lancer à ton compte, sortir pour te faire de nouveaux amis, partir en voyage en solo… Pour illustrer cet article, je l’ai appliquée pour me jeter dans le vide de 4000m d’altitude, pour la première fois = trouillomètre à zéro. Mais le résultat de l’expérience… waooowww. Inoubliable !

  • Étape 1 : identifier ta raison suprême
  • Étape 2 : anticiper les obstacles et définir une stratégie pour les surmonter
  • Étape 3 : suivre le plan à la lettre
  • Étape 4 : profiter de l’instant présent

Étape 1 : Identifier une raison suprême d’affronter sa peur

Rien ne motive davantage que de comprendre « pourquoi » je veux faire ce que je veux faire. Quand mon projet s’inscrit dans un objectif qui a du sens pour moi, je suis capable de faire la différence entre les deux types d’inconforts de la vie. Exactement comme pour tenir ses “bonnes” résolutions de début d’année. En effet, quand nous ne réalisons pas ce qui nous tient à cœur, nous sommes dans l’inconfort, mais c’est un inconfort improductif. Nous sommes frustrées de ne pas avancer et de ne pas atteindre nos objectifs. Nous nous plaignons (au moins à nous-mêmes) et nous nous scotchons devant YouTube avec un pot de Ben&Jerry’s pour regarder ceux qui, eux, font ce qu’on voudrait faire.

L’autre option, c’est un inconfort qui nous fait avancer. Nous devons trouver et mobiliser le courage enfoui en nous. Avec une raison suprême, nous savons, au plus profond de nous, que le jeu en vaut la chandelle. Par exemple :

  • tu as peur de t’inscrire à OVS pour rencontrer de nouvelles personnes et faire de nouvelles activités, mais tu SAIS que tu ne veux plus passer tes soirées seules.
  • tu veux demander le divorce, ça te fait peur, mais tu sais que c’est le seul moyen de te libérer
  • tu l’as quitté et tu ne sais pas comment surmonter la peur qui est devenue ta compagne de vie
  • tu veux arrêter de boire des petits coups le soir pour te remonter parce que tu veux acquérir l’indépendance des addictions et ta liberté émotionnelle.

Quand tu connais ta raison ultime pour braver ta peur, tu trouves les ressources pour cesser de voir ton objectif comme un immense projet infaisable et tu te donnes les moyens de te préparer. Dans mon exemple, j’ai décidé de faire un saut en parachute dédié à toutes les lectrices du blog. C’est une cause supérieure qui motive chaque fois qu’on se dit « Ah quoi bon » ou « Plus tard ».

Étape 2 : anticiper les obstacles et définir une stratégie pour les surmonter

Pour avancer de manière concrète, je te conseille de prendre le temps de t’installer avec un papier et un crayon et de noter les 3-5 obstacles principaux. Ce sont quelques fois des informations qui nous manquent, des compétences que nous n’avons pas ou des éléments qui nous semblent hors de notre contrôle.Ensuite, tu peux regarder chaque obstacle et lister des solutions possibles. Le résultat de ce travail fera apparaître une liste de tâches. Je trouve que pour passer à l’action et effectuer ces tâches, c’est plus efficace de les inscrire tout de suite dans son calendrier, plutôt que de faire des listes «À faire » dont la longueur démoralise.

Voici les obstacles que j’ai identifiés pour mon saut et les stratégies que j’ai mises en place :
Obstacle #1 : ça va rester au stade de l’idée.
Stratégies : 
– Annoncer publiquement ce que je vais faire
– Visualiser le déroulement du projet et le décomposer en tâches (me renseigner, réserver, aller au rendez-vous)
– Demander à quelqu’un de le faire avec moi (j’ai demandé à Lucie du blog « Formation-Rédaction-Web », j’en profite pour conseiller une visite sur son blog à toutes celles qui, justement, souhaitent reprendre une carrière, notamment à distance ou en parallèle à leurs activités actuelles)
Obstacle #2 : ne pas savoir comment faire
Stratégie :
Embaucher les services d’un professionnel (dans d’autres circonstances que le saut en parachute, cela pourrait être recruter un professeur, suivre un mentor ou quelqu’un qui a déjà l’expérience, consulter une coach)
Obstacle #3 : me laisser vaincre par la peur au moment crucial
Stratégie :
Revenir à ma visualisation et choisir les techniques qui m’aideront :
– respiration abdominale chaque fois que je sens le stress monter.
– Pleine conscience : décider de profiter de mes 5 sens et du moment présent

Étape 3 : suivre son plan à la lettre

Cette étape est celle qui permet de passer à l’action. Une fois que j’ai tout planifié, je m’engage totalement à suivre mon plan. C’est une étape à laquelle nous pensons rarement, et qui pourtant est décisive. L’objectif, c’est de mettre fin à ces voix intérieures qui disent « Et si ceci.. et si cela ». Il s’agit de prendre la décision consciente et active de me faire confiance et de ne plus revenir sur tout ce que j’ai déjà décidé.

Je ne suis pas en train de conseiller d’appliquer un plan à la lettre si les circonstances changent. Je constate simplement qu’il est très facile de perdre du temps en tergiversant, c’est-à-dire en revenant sans cesse sur nos décisions, alors que rien n’a changé. C’est contre-productif et démotivant. Décider de suivre son plan à la lettre n’est pas une capacité innée : c’est une décision à prendre consciemment. Plus tu fais cela dans ta vie, plus tu remarques que tu avances dans tes projets, plus c’est facile à faire. Décider une fois pour toutes et s’engager pour sa décision.

Étape 4 : profiter de l’instant présent

Maintenant que je sais parfaitement pourquoi je veux faire ce qui me fait peur, que j’ai décomposé le projet en actions faciles à mettre en œuvre et que j’ai décidé de ne plus remettre mon plan en question, il ne me reste plus qu’à ouvrir mon cœur et profiter de l’expérience.

Je pourrais avancer dans mon projet avec résistance, en me disant que ça va être difficile, dur ou douloureux, ou bien en me disant que ça va être intéressant et enrichissant. Comme ce sont mes pensées qui créent mes émotions, ce sont mes pensées qui créent mon expérience. Je choisis donc d’aligner mes pensées pour profiter de ce que la vie va m’offrir.

Je n’ai aucun moyen de savoir à l’avance si sauter de 4000 mètres d’altitude va être horrible ou génial. Mais je sais que bientôt, je saurai si c’est quelque chose qui me plaît ou pas. Je saurai que j’ai les capacités de faire ce sur quoi je m’engage. Je saurai que le courage est en moi et que je sais le trouver et l’utiliser. Que l’expérience en elle-même soit positive ou non a posteriori, elle m’aura enrichie.

Tu sais peut-être que je suis très « fan » du « pire scénario ». Il me donne de la perspective dans tous les aspects de la vie. Donc voici comment mon cerveau fonctionne : « Au pire, mon parachute ne s’ouvre pas et je meure ou deviens invalide. Est-ce que je veux passer le vol à stresser ou à profiter du paysage, du vent, de la camaraderie et de l’excitation avec tout mon être ? » Le pire, en fait, ce serait que mon parachute s’ouvre et que je n’aie pas profité de ce moment de ma vie. Donc, je choisis d’en profiter !

La peur en mille morceaux

J’ai sauté. C’était fantastique. Une expérience inoubliable. J’ai dépassé des peurs. Celle de sauter, celle d’en parler, celle de publier ma vidéo sur YouTube. Mais la conclusion la plus grande, finalement, c’est qu’aucune des petites peurs auxquelles j’ai fait face dans ce projet n’a été à la hauteur de l’appréhension de départ qui m’a fait repousser ce projet pendant des années. Il était toujours dans la liste des choses que j’aimerais faire un jour, mais ne venait jamais en « top 3 » !

J’aimerais ajouter que cette stratégie est celle que je mets en place dans tous les domaines. Je ne déplace pas des montagnes, mais quand je regarde de temps en temps derrière moi, je vois que j’ai fait plein de choses qui me faisaient peur. Le résultat, pour moi, c’est une vie plus intense, plus pleine et plus engagée. C’est aussi une vie beaucoup plus sereine dans laquelle les « et si… » disparaissent les uns après les autres.

La première étape pour surmonter sa peur est de puiser sa motivation dans une raison suprême.
Cet article t’intéresse? Épingle-le dans Pinterest pour le retrouver facilement !

Et toi, quel projet que as-tu du mal à concrétiser ? Quelles sont les raisons qui te bloquent : as-tu des peurs à surmonter… Tu as la recette, maintenant. Partage tes succès ci-dessous !

  •  
  •  
Virginie Loÿ
Je m'appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d'une relation abusive ou violente.

4 thoughts on “Surmonter ses peurs en 4 étapes”

    1. …. mais n’oublie pas, Martine, que moi aussi, un jour, j’étais loin d’en être là où j’en suis. Peut-être même au même stade que toi 🙂
      Il y a de la lumière au bout du tunnel, et même des étoiles et des arc-en-ciel 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *