Se Reconstruire Après une Relation Toxique | Comment Avancer ?

Posted on

Comment avancer et se reconstruire après une relation toxique?Se reconstruire après une relation toxique est un incroyable challenge. Comment gérer le tsunami émotionnel de l’après pn ? Si tu as récemment quitté un manipulateur, tu pensais peut-être que le plus dur était fait. Tu imaginais que sortir de la relation abusive te permettrait d’avancer. Mais tu t’aperçois que tu piétines et que tu rumines. Vivre après l’emprise n’est pas si évident et tu t’embourbes dans la dépression post-pn. Tu ne parviens pas à retrouver confiance après la relation toxique. Il arrive même que tu doutes ! Les yeux dans le rétro, tu as du mal à te projeter dans l’avenir.

Et si c’était normal de se sentir autant engluée ? Cette étape, je la connais bien, j’y suis restée pendant des années. Si tu veux manoeuvrer l’après pn avec adresse et ne jamais replonger, voici quelques conseils pour surmonter la séparation, te reconstruire après une relation toxique et créer la vie qui te ressemble.

 

La difficulté de se reconstruire après une relation toxique

 

Que se passe-t-il quand on quitte une relation toxique ? Bien souvent on a mis un certain temps pour réaliser, puis accepter, que nous étions dans une relation amoureuse malsaine. Décider de la quitter n’a pas été une décision facile à prendre, car nous avions (et avons peut-être encore) des sentiments.

 

La déception de l’après pn

Après tous ces efforts, nous nous attendions à pouvoir enfin aller de l’avant. On imaginait que se reconstruire après une relation toxique est une évolution qui coule de source, en continuation directe et logique de la séparation.

Dans la réalité, nous n’avançons pas, en tout cas, pas autant que nous le voudrions. Nous pensons sans cesse au passé : à lui, à ce qu’il a nous a dit, à ce qu’il fait maintenant. Nous le surveillons sur les réseaux sociaux, nous demandons des rapports à nos enfants quand ils reviennent de weekend. Nous ne voulons plus de lui, mais nous sommes jalouses de sa dernière conquête. Nous ne réussissons pas acheter un nouveau pantalon sans penser à ce qu’il nous dirait. Nous redoutons ses textos et tournons mille fois les réponses dans notre tête.

Et en prime, nous nous en voulons : de ne pas avoir réagi plus tôt, de continuer à vivre par pn interposé et, surtout, de ne pas savoir comment avancer. Nous nous rendons compte que nous ne savons pas comment vivre après l’emprise d’une relation toxique.

Les lourds bagages d’une relation malsaine

Pas d’inquiétude ! La dépression post pn est une phase normale, même si nous n’y étions pas préparées. Pourquoi ? Parce qu’en quittant un conjoint toxique, nous avons certes déménagé notre corps et nos affaires. Mais nous avons aussi emporté notre tête.

Et dans notre tête, il y a tous les mécanismes de rumination, de pensées en boucle et d’autocritique que nous avions mis en place. Nous avons pris dans nos bagages tous les dénigrements que nous avons subis et tous les jugements négatifs que nous avons à notre encontre. Se reconstruire après une relation toxique n’a rien d’évident dans ces conditions !

C’est un peu le même schéma qu’une femme qui se dit qu’elle sera heureuse quand elle aura perdu du poids. Alors elle perd 10 kilos, elle a un corps nouveau et finalement, elle ne se sent pas mieux. Si elle n’a pas travaillé sur les mécanismes mentaux qui la conduisaient à trop manger, elle transporte dans sa tête les mêmes jugements et dénigrements envers elle-même. Avec le risque de reprendre rapidement le poids perdu (et dans notre cas, avec le risque de retourner auprès d’un ex maltraitant ou de se retrouver dans une nouvelle relation toxique).

Les obstacles pendant la période de l’après pn

 

Quels sont les problèmes que tu dois affronter après la séparation d’avec un manipulateur ? Intellectuellement, tu sais que le quitter était le bon choix. Mais tu ne te sens pas mieux et cela te frustre énormément. Se reconstruire après une relation toxique est un processus qui implique la déconstruction de schémas mentaux négatifs et la reconstruction de pensées en ligne avec nos objectifs et nos rêves. Voici quelques émotions caractéristiques de l’après pn.

Les ruminations

Ton cerveau s’est habitué à créer des scénarios catastrophes pour toutes les situations puisque tu ne savais jamais ce qui allait se passer. Ce danger a disparu, mais ton cerveau reste aux aguets, prêt au combat, ce qui t’empêche de te reconstruire psychologiquement.

 

L’anxiété

L’anxiété découle des ruminations. Car le fait est que tu te trouves dans un nouvel environnement, avec un futur incertain que tu n’as pas eu le temps ni la liberté émotionnelle et intellectuelle de cartographier. Bref : tu avances à l’aveuglette, en essayant d’assurer le quotidien. Dans ta vie, tu vois plus d’incertitudes que de faits connus, ce qui explique les angoisses, les peurs et les insomnies.

 

La difficulté à se projeter

Dans la période de l’après pn, il est difficile de se projeter. Parce que, justement, pendant longtemps toutes tes décisions ont été conditionnées au comportement de l’autre. Comment te réapproprier ton avenir ?

 

Le manque de confiance en soi

À force d’entendre que tu étais incapable, nulle, folle, etc., ton cerveau croit que c’est une vérité. Ce n’est pas le cas, bien sûr, mais c’est un mécanisme qu’il faut décomposer pour le remplacer par un autre, plus sain, qui te permettra de te reconstruire après la relation toxique. Retrouver confiance après un manipulateur est un véritable challenge.

 

Le manque de lui

Eh oui, c’est terrible à dire, mais le cacher ne serait pas honnête. Malgré tout ce que le pn nous a fait, nous gardons parfois des sentiments ou l’illusion de sentiments. D’autre part, les neuropsychologues confirment par leurs études qu’une telle séparation est aussi violente qu’un sevrage brutal pour un toxicomane. Prendre cette réalité en considération est un élément essentiel pour ne pas rechuter et réussir sa reconstruction psychologique. Et le no contact n’est pas la seule solution, il n’y a pas de recette miracle, mais il a des techniques fiables que tu peux choisir.

 

La culpabilité

Tu te sens coupable de tout ce qui s’est passé, de n’avoir pas su réagir à temps, de ne pas réussir à t’en sortir toute seule, de ne pas avancer assez vite et revivre après l’emprise. Et ton entourage enfonce le clou : même s’ils manifestaient leur soutien avant et pendant la séparation, pour eux, le chapitre est clos puisque tu l’as quitté.

 

La liste d’émotions et des difficultés qu’il faut surmonter pour se reconstruire près une relation toxique est longue, et individuelle. Savoir que certains schémas sont typiques de l’après pn peut nous réconforter et nous aider à voir qu’il ne s’agit que d’une phase temporaire. D’autres sont déjà passées par là et en sont sorties plus fortes, résilientes, indépendantes, heureuses et libres. Il suffit de se donner les moyens de la traverser.

 

Le temps ne suffit pas pour revivre après l’emprise

 

Tout le monde te dit que le temps fera son effet. Mais je pense que s’en remettre seulement au temps, c’est souvent prolonger sa souffrance et continuer d’ancrer plus profondément les schémas de pensée qui nous paralysent. Au pire, c’est prendre le risque de retourner auprès du pn ou de se lancer dans une nouvelle relation déséquilibrée, voire toxique.

La bonne nouvelle, c’est que nous avons le contrôle total de ce qui se passe dans notre tête. Nos pensées créent tous les résultats que nous observons dans notre vie. Nous avons donc la possibilité merveilleuse de faire le travail nécessaire pour avancer et révolutionner notre vie !

Pour se reconstruire après une relation toxique, nous pouvons apprendre à modifier nos pensées, nos émotions, nos actions et nos comportements pour les aligner avec la personne que nous voulons devenir et la vie que nous voulons créer.

Pour faire cela nous devons :

  • Identifier les schémas de pensée qui nous bloquent actuellement, en nous posant les bonnes questions.
  • Choisir nos objectifs en fonction de nos valeurs profondes et de nos rêves (et plus en fonction d’une tierce personne ni des pressions de notre entourage, ni de « la société »).
  • Mettre en place une stratégie pour passer de l’un à l’autre. La manière d’avancer la plus efficace et la plus sûre est d’implémenter des petits changements quotidiens en commençant chaque matin en alignant nos pensées avec nos objectifs.

 

Les nombreux outils pour se reconstruire psychologiquement

 

Il appartient à chacune de trouver la manière qui lui convient pour se reconstruire après une relation toxique. C’est d’ailleurs un des bénéfices cachés, mais à fort impact positif, de cette démarche : choisir enfin seule exactement ce dont on a besoin pour évoluer.

Se sentir libre de tester plusieurs méthodes de reconstruction

Je t’encourage à te libérer des « modèles » qui te disent ce qu’il faut faire, comment il faut le faire et avec qui : écoute ta petite voix et choisis ce qui te fait du bien, ce qui résonne en toi et ce qui te fais progresser. Teste, expérimente et quand ça ne marche pas ou plus, change. Change de méthode, change de professionnel, de gourou, de livre, de technique.

Certaines éprouvent le besoin de revisiter le passé et d’identifier des causes afin de se reconstruire après une relation toxique. Et cela peut être légitime tant que nous ne cherchons pas à nous déresponsabiliser. C’est-à-dire tant que notre but n’est pas d’arriver à la conclusion : « Tout est la faute de mes parents, donc je ne peux rien faire. » Chercher la responsabilité hors de nous-mêmes est une démarche qui ne nous permettra jamais de prendre le contrôle de notre vie.

 

L’éternel problème de la mise en pratique

Pour la plupart d’entre nous, le principal obstacle dans la période de l’après pn est que nous ne savons pas comment faire pour changer nos comportements. C’est le manque de technique qui nous empêche d’avancer et, surtout, le fait de ne pas mettre en pratique dans notre vie quotidienne.

Je précise d’ailleurs que c’est rarement le manque d’information qui nous bloque. En effet, presque toute l’information et les outils dont nous avons besoin sont en accès libre sur internet.

Seulement, nous devons accomplir ces 3 étapes :

  • Comprendre que pour changer nos actions durablement nous devons accéder à nos pensées
  • Savoir quels outils nous sont utiles
  • Passer à la pratique quotidienne

Je propose en effet de nombreux outils sur ce blog. J’y explique le Modèle de Brooke Castillo, un outil fantastique pour prendre conscience de nos schémas mentaux et enclencher le changement dans nos vies. Je propose différentes formes d’écriture. J’aborde les bénéfices de la respiration et la méditation. J’offre des techniques pour gérer l’angoisse, ce que nous attendons des autres, ou comment poser des limites.

Tous ces outils sont en accès libre. Cependant, lire les articles et les comprendre « intellectuellement » ne suffit pas. Pour en bénéficier et se reconstruire après une relation toxique, nous devons choisir les bons et les mettre en pratique de manière quotidienne.

 

Mon expérience de la dépression post pn

 

Si j’ai choisi de partager tous ces outils sur mon blog, c’est parce que j’ai été dans cette même situation. L’après pn, je connais, et j’ai fait toutes les bêtises que je te souhaite de ne pas faire.

Les fausses pistes et les errances

J’ai cherché des explications dans mon passé, j’ai essayé de trouver la solution en dehors de moi, j’ai trouvé le réconfort dans d’autres bras, qui me semblaient différents et qui n’étaient guère plus bienveillants. Je suis passée par l’euphorie, le doute, le découragement, la déprime, la remise en question.

Tout ce que j’ai appris à l’époque, je l’ai fait « à la dure », par les erreurs. Maintenant, j’ai évolué et je continue d’apprendre. Je suis coach et j’ai les outils. La première personne sur laquelle je les utilise tous les jours, c’est moi-même. J’observe mes pensées et je décortique mes blocages, je me sers de mes techniques pour arrêter de ruminer et pour gérer mon anxiété et mes angoisses. Je sais comment gérer le manque. J’ai défini où je veux aller et comment m’en donner les moyens.

Mon ambition avec ce blog

Les femmes qui sortent d’une relation toxique le font par un immense effort de volonté. C’est un acte de courage, de foi en soi et d’amour de la vie.

Si c’est toi cette femme qui se trouve dans le flou de l’après pn, mon rêve, c’est que tu deviennes indépendante émotionnellement, que tu acquières les bases saines pour toujours avoir ton bien-être, ta santé mentale et ton bonheur en top priorité.

 

Un dicton bien connu dit : « Rien ne changera si tu ne changes rien. » Plonge dans le blog, utilise les outils qui te sont utiles. Dès aujourd’hui. Si tu as du mal à commencer, prends contact avec moi. Je sais ce que tu vis. Je connais les problèmes spécifiques que tu rencontres dans cette phase de ta vie. Je sais comment t’aider pour te reconstruire après une relation toxique. Je peux t’aider à engager le changement que tu souhaites.

Comment se reconstruire après une relation toxique: les clés pour avancer.
Cet article t’intéresse? Épingle-le dans Pinterest pour le retrouver facilement !

Une vie de rêve en retrouvant la confiance

 

Les lectrices du blog ou les personnes que j’accompagne me parlent souvent de « vie normale ».

 

Une vie normale ?

Se reconstruire après une relation toxique et ses montages russes pour vivre une « vie normale » ne semble pas particulièrement attrayant.

Tu te demandes peut-être : « Est-ce ça, ma nouvelle vie ? Ce vide ? Cette absence de repères, ce futur flou et limité par tout ce qu’on m’a fait croire et que j’ai fini par adopter ? Si c’est ça, la vie normale, est-ce que j’en veux ? Au moins, avec l’ex, j’avais l’impression de vivre… »

 

Non, une vie de rêve !

Alors je te dis ceci : Prends le contrôle et choisis toi-même la vie que tu veux. Construis-la. Ma vie à moi n’est pas « normale ».

Voici comment je l’ai créée :

–              J’ai décidé que je voulais absolument aider les femmes qui vivaient la même chose que ce que j’ai vécu en apportant des solutions nouvelles, c’est-à-dire autre chose que les associations et les psys, parce que le passé, ça m’intéresse moins que le futur. On peut TOUT faire dans le futur !

–              J’ai aussi décidé que je voulais vivre à ma manière, en dégageant du temps pour me promener tous les jours avec ma chienne, et en imaginant la possibilité de travailler de partout dans le monde.

–              Et ensuite, j’ai cherché les solutions : j’ai décidé de lancer ce blog et j’ai appris à gérer internet (les réseaux sociaux, la chaîne YouTube, les podcasts, les accompagnements en ligne). J’ai trébuché, je suis tombée et je me suis relevée. Je me suis formée aux États-Unis avec une des plus grandes coachs de vie. J’écris cet article de Sicile, et qui sait d’où j’écrirai le prochain. Je n’ai pas regardé les infos depuis 5 ans. Je fais ma routine tous les matins : yoga, méditation, flot de pensées par écrit, travail sur mon mental, promenade avec ma chienne, petit-déjeuner de légumes et houmous. Voilà un début de journée dans ma vie « normale ».

–              Sur ma liste de rêves, il y en a qui me semblent fous. Je n’arrive pas à croire qu’ils soient possibles un jour. Mais au moins, je me donne la possibilité d’y rêver. (Comme celle qui se délecte à imaginer comment elle dépenserait les millions du loto). Et chaque jour, je fais quelque chose pour les concrétiser. Une petite chose, une chose par jour.)

 

Se reconstruire après une relation toxique est un passage qui te semble aujourd’hui difficile, mais il peut devenir le tremplin d’une nouvelle vie. Qui sera tout sauf normale, si tu le décides. Vise une vie extraordinaire ! Vise les étoiles !

 

  •  
    559
    Partages
  • 559

2 thoughts on “Se Reconstruire Après une Relation Toxique | Comment Avancer ?”

  1. Plusieurs relations toxiques m’entourent… parents, boulot, conjoint… je comprends que ce sont des mécanismes de pensées que j’ai ancré en moi qui m’ont fait vivre tour à tour plus pour les autres que pour moi…
    Un sentiment de grand vide, de perte de sens est venu s’installé progressivement ces dernières années. Et après avoir essayé de lutter et me débattre dans mon environnement, eu des retentissements sur ma santé physique et mentale , j’ai pris avec grande difficulté la décision de m´arreter de travailler. Mon médecin a parlé de burn out. J’ai découvert au cours de mon suivi psy que je vivais en fait plusieurs relations abusives. À différent degré, mais que j’ai laissé s’installer jusque dans l’intimité.
    Après quelques mois d’arret, je vis cette « dépression » et n’arrive pas encore à me reconstruire. Aujourd’hui mon psychiatre met l’accent sur une fragilité psychologique dans ma personnalité.
    Je me suis arrêtée pour m’en sortir, enfin penser à moi, et retrouver ce que veut dire « aimer la vie ». Et je me rend compte que j’en suis incapable. J’ai honte de moi.
    Comme si je ne savais vivre qu’à travers les autres. Mais je sais aujourd’hui que je m’y détruis.
    J’ai hâte de sortir de ça et sent en même temps l’enorme Gouffre qui me sépare de ce nouvel objectif de vie. J’ai du mal à définir ce que je veux concrètement.
    Merci pour cet article qui me déculpabilise un peu et me laisse croire qu’il y aura de meilleurs lendemains.
    Faites vous des suivis/coaching?

    Bien cordialement,

    Véronique.

  2. Merci Véronique, je suis contente que cet article t’apporte déjà quelques pistes.

    Comme tu le dis, nos pensées sont en jeu dans tout. Nous pouvons réellement nous en servir pour développer la vie que nous voulons, y compris notre résilience.

    Je trouve dommage que des professionnels posent des verdicts tels “qu’une fragilité psychologique dans la personnalité”, sans parler de nos incroyables capacités d’apprentissage, grâce à la neuroplasticité de notre cerveau ni de la croissance post-traumatique.
    Nous n’avons pas besoin de nous définir par rapport à notre passé.

    Pour le coaching, oui, j’accompagne un petit nombre de personnes individuellement.
    Voici le lien COACHING (qui est aussi dans le menu du haut):
    https://une-chose-par-jour.com/accompagnement-et-coaching/

    Je te réponds aussi en privé. À bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *