Accueil » Développement personnel » Se libérer des pensées négatives : le hic à surmonter !
Se libérer de ses pensées négatives demande de faire le travail préalable de les identifier.

Se libérer des pensées négatives : le hic à surmonter !

Comment se libérer des pensées négatives qui envahissent notre tête, de manière parfois obsessionnelle? Nous nous rendons bien compte que la petite voix à l’intérieur de nous, celle qui ne se tait jamais, n’est pas toujours optimiste ou positive, au contraire. Prendre conscience de la nature de ce discours interne est une étape importante pour nous en débarrasser et ne plus subir les conséquences de nos pensées négatives. J’ai partagé avec toi dans mon article précédent, « Comment arrêter les pensées négatives ? », une technique qui m’aide chaque jour. (Note : il n’y a pas d’ordre pour lire ces deux articles, ils se complètent.) Acquérir la technique et la mettre en pratique est une avancée capitale… si tu sais identifier les pensées négatives ! Car voilà le hic : nous prenons souvent nos pensées pour des réalités. Notre première mission est donc de faire la distinction entre la réalité factuelle et ce que nous prenons pour des réalités : les pensées et les croyances si ancrées en nous que nous ne voyons même plus qu’elles sont optionnelles.

 

Identifier ses pensées négatives

 

Quel est le point commun entre ces phrases ?

J’ai reçu une éducation très rigide.

Ma mère préfère mon frère.

Mon ex est un pervers narcissique.

Je ne pourrais jamais payer le loyer d’un appartement avec 3 chambres.

Je suis impulsive. (Je suis seule. Je manque de confiance… etc.)

 

Elles semblent être des observations de la réalité, des commentaires sur notre passé ou futur. Pourtant, ce sont toutes des pensées. Quand nous les prononçons, nous sommes persuadées de décrire une réalité objective. D’ailleurs, notre cerveau se fera une joie de trouver toutes les preuves pour soutenir ces affirmations. En psychologie, cela s’appelle le biais de confirmation : notre cerveau cherche automatiquement les preuves de ce que nous pensons déjà.

Les points en communs entre ces phrases :

  • elles contiennent des éléments relatifs et subjectifs, invérifiables et sur lesquels chacun peut avoir sa propre opinion/évaluation (=> ce sont des pensées),
  • elles génèrent en nous une émotion désagréable (=> ce sont des pensées négatives)

 

Pour se libérer des pensées négatives : reconnaître les FAITS

 

Quand nous étions petites, on nous reprochait de prendre nos rêves pour des réalités. C’est ce que nous devrions faire un peu plus aujourd’hui ! Si c’était fantasque, au moins ça avait le mérite d’être positif et de nous encourager à entreprendre des actions pour réaliser nos rêves. Adultes, c’est plutôt les pensées négatives que nous interprétons comme notre réalité. Pour retrouver notre équilibre émotionnel, nous devons donc démêler la réalité des pensées. En effet, nous ne pouvons pas changer la réalité, c’est-à-dire les circonstances. Que ce soit les autres, l’économie, la météo ou notre passé. Mais nous pouvons changer ce que nous en pensons.

 

Revenir à une base factuelle

 

Nous devons donc toujours commencer par distinguer ce qui est factuel et ce qui est de l’ordre des pensées, de l’évaluation, du jugement. Reconnaître ce qui est vérifiable et impartial. Pour ce faire, le meilleur moyen est de travailler par écrit afin de bien connaître les phrases qui tournent dans notre tête et les observer.

 

Une fois les phrases posées sur le papier, interrogeons-nous : est-ce vrai, dans l’absolu ? Vérifiable par tous ? Y a-t-il des exceptions ? Est-ce que ces faits pourraient être interprétés différemment ?

J’ai reçu une éducation très rigide.
=> Faits : Je n’ai pas eu le droit de sortir avec des amies avant 18 ans. (vérifiable)

Ma mère préfère mon frère.
=> Ma mère a acheté une voiture à mon frère et pas à moi. (vérifiable)

Mon ex est un pervers narcissique.
=> J’ai lu des articles qui définissent certains comportements que mon ex avait comme de la perversion narcissique. (vérifiable)

Je ne pourrais jamais payer le loyer d’un appartement avec 3 chambres.
=> Mon salaire est x euros, j’ai vu un appartement à z euros. (vérifiable)

Je suis impulsive. (Je suis seule. Je manque de confiance… etc.)
= > Il y a des situations dans lesquelles je le suis et d’autres dans lesquelles je ne le suis pas. (Ce n’est donc pas un élément factuel, mais un jugement ou une opinion.)

Il est essentiel de remettre en question toutes les phrases qui circulent dans notre tête, afin de bien reconnaître les pensées. C’est un réel effort de reconnaître que les phrases que nous avons prises comme des vérités — pendant longtemps parfois — sont en fait des pensées sur lesquelles nous avons un pouvoir total. C’est-à-dire que nous avons toujours eu le choix de les garder ou de les rejeter. C’est un travail que nous devons faire avec bienveillance et humilité.

 

Vrai ou utile ? Quel est le plus important ?

Au-delà d’essayer de prouver (et surtout de nous prouver) que nos pensées sont justifiées, nous devons nous demander ce qu’elles créent dans notre vie. Car les pensées qui génèrent des émotions négatives entraînent des actions (ou réactions/inactions) négatives et donc ces pensées négatives ne nous mènent pas aux résultats que nous voulons dans notre vie.

Est-ce donc important aujourd’hui de justifier que « j’ai reçu une éducation rude » que j’ai reçue et de continuer de me faire souffrir avec cette phrase, qui continue de prouver que je suis la victime de mon éducation ? Est-ce utile de générer en moi de l’anxiété à l’idée d’un loyer que je ne pourrais peut-être pas payer dans le futur (et du coup de procrastiner aujourd’hui) ? Est-ce utile de nommer mon ex comme un pn, ce qui fait que je n’arrive pas à dépasser le stade de « victime » ?

 

Passer par l’écrit

 

Il est crucial de prendre du temps pour mettre au clair ce qui passe dans ta tête. Tu as un pouvoir immense sur ta vie, car tu as le pouvoir sur tes pensées.

Je t’invite à prendre le temps de faire ce travail essentiel, le plus régulièrement possible. En écrivant (voici des suggestions d’écriture qui te permettent de faire ce travail) et en t’interrogeant sur les phrases que tu écris, tu prends le recul nécessaire pour choisir les pensées que tu veux garder pour construire ta vie, et te libérer des pensées négatives ou croyances qui te lient à ton passé.

N’oublie pas d’aller consulter l’article dans lequel je te donne ma méthode pour trier mes pensées ainsi que le Modèle de Brooke, la grille de décodage dont je me sers moi-même pour décrypter les mécanismes qui me bloquent. C’est grâce à ce travail quotidien que je crée le métier et la vie qui me plaît.

 

Si tu as des questions, pose-les ci-dessous !

  •  
  •  

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *