Relation toxique : qui va mal, lui ou moi?

Posted on

relation-toxiqueComment reconnaître une relation toxique, et surtout, comment savoir qui, dans le couple, est la personne toxique ?
La question qui m’a été envoyée « Comment accepter que je suis sous l’emprise d’une personne toxique? Comment savoir qui ne va pas bien : lui ou moi ? » touche un point essentiel.
C’est une interrogation qui revient souvent dans le contexte de relations de couple abusives.
Il est fréquent, en effet, que la personnalité toxique soit très douée pour « retourner » les rôles, et parvienne même à donner à la personne qui subit cette manipulation la responsabilité de son mal-être et de la mauvaise santé du couple.

Comprendre de quoi on est potentiellement victime est évidemment l’étape préliminaire pour sortir d’une relation toxique.

Cet article fait partie d’une série dans laquelle je réponds aux questions que vous m’avez posées.

 

Dans ma réponse, je m’attache à 2 points :

  • le premier est qu’avant de savoir qui de vous va mal, tu dois reconnaître que ton couple va mal, et donc dire « au revoir » à la conception du couple que tu portais en toi : c’est un processus de deuil
  • la seconde est que je m’interroge s’il est pertinent de savoir qui est responsable : est-ce que le fait que TU n’ailles pas bien, que TU ne sois pas heureuse n’est pas suffisant pour se chercher des solutions ?

 

I. Comprendre que je suis dans une relation toxique

 

La première étape, comprendre que mon couple va mal, est une transition énorme.

Elle ressemble à un deuil :

Tu dois enterrer tes rêves, l’illusion que tu t’étais mariée pour toujours,
l’idée que ton prince charmant est celui qu’il était le jour où tu l’as rencontré.
Il te trouvait plein de qualités, et vice-versa, vous alliez vieillir ensemble…

 

Le processus de deuil se déroule en 5 étapes :

  • le déni,
  • la colère,
  • le marchandage,
  • la dépression,
  • puis l’acceptation.Pour arriver à accepter d’abandonner l’idée de cette union durable et saine, nous devons passer par ces 5 phases.

Au début, nous sommes toutes dans le déni et refusons de voir les signes que notre couple est dysfonctionnel
et notre relation amoureuse, toxique (et ceci, même quand nos proches nous mettent en garde).

 

Quand tu te demandes : « Est-ce que c’est lui, est-ce que c’est moi, qui va mal ? »,
tu es en train de marchander…
Tu cherches comment tu pourrais, toi, de ton côté, faire des changements, prendre à ton compte ce qui ne va pas,
car si cela dépend de toi, alors tu ne serais pas impuissante, face à cette réalité :

« N’y aurait-il pas encore quelque chose que je puisse faire ?
Pour retourner la situation ?
Pour éviter cette réalité qui ne me convient pas ?
 »

Le point positif, c’est que tu avances dans ton cheminement.
Tu te renseignes, tu regardes ce qui se passe dans ta vie d’un œil différent.
Peut-être même décryptes-tu votre passé avec un regard nouveau,
en analysant des événements de votre histoire commune sous une nouvelle perspective.


Le point positif, c’est que tu te diriges vers l’acceptation de la situation dans laquelle tu te trouves.
Ton cerveau est en train de passer en revue les informations qu’il a et de les traiter de nouveau,
à la lumière des nouvelles possibilités que tu lui présentes.

Quand il arrive à la conclusion que tu as fait tout ce que tu pouvais faire (le déni, la colère, le marchandage, la tristesse),
tu es à la phase d’acceptation.
Cette acceptation est la pierre de socle des actions que tu vas pouvoir engager pour changer ta situation,
car tu ne luttes plus contre la réalité.

 

II. Qui est responsable ?

 

Tu demandes dans ta question comment savoir lequel de vous va mal ?

Peut-être cherches-tu à savoir à qui est la faute ?
Est-ce que l’un de vous est le responsable, le coupable ?
Ton conjoint te pousse probablement à penser qu’il en est ainsi : il y a un coupable (toi).

 

J’aimerais offrir une piste de réflexion différente :
celle de s’éloigner de la question de chercher la personne fautive, la personne à l’origine des « problèmes »,
et te proposer prendre du recul par rapport à ces interrogations :
« C’est la faute de qui ? Qui va mal ? »

 

Car pour moi, le plus important,
la seule chose qui compte, c’est que

tu n’es pas heureuse.

 

Peu importe, au fond, qui de vous va bien ou mal.
Qui de vous est malade, déprimé, manipulateur, trop ceci, pas assez cela…

Qu’il aille bien — lui — ou pas, que tu sois responsable, ou pas, le fait est que tu n’es pas heureuse.

 

C’est le signe qu’il faut changer quelque chose.
Car rien ne changera sans rien changer.

 

 

Le seul fait de savoir que l’on ne se sent pas heureuse est une raison suffisante.

Sans avoir besoin de savoir pourquoi. 

Trouver les raisons et trouver les solutions,
c’est le travail que tu peux désormais faire, seule ou accompagnée, pour faire évoluer ta situation.

 

N’hésite pas à chercher de l’aide.
Parmi ceux qui t’entourent, ta famille ou tes amies
(en gardant à l’esprit que malgré leur bienveillance, elles ne sont pas toujours les personnes les plus qualifiées pour aider).
Ou à l’extérieur : ton médecin, une association, une coach, une thérapeute, le 3919, etc.

 

Tends le bras, décroche le téléphone, prends un rendez-vous, ouvre un livre…
L’aide est à portée de la main, au bout du fil, derrière les touches de ton clavier.

 

Nous méritons toutes de vivre heureuses.

 

Fais une chose par jour, pour te rapprocher d’une vie où tu es toi et tu te sens bien  !

 

 

Que penses-tu de ma proposition ?
Quels obstacles rencontres-tu dans ta réflexion ou ton cheminement ?
Tu peux écrire ci-dessous dans les commentaires, le blog est de plus en plus actif et participatif, et l’information circule. Merci !

Rejoins-nous vite sur le groupe privé gratuit sur Facebook: “Se reconstruire en toute sérénité”!

Et sur la chaîne Youtube!

Attribution des photos : Peter Hershey (couverture, modifiée)

Publié le 16 mars

  •  
    62
    Partages
  • 62
Virginie Loÿ
Je m'appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d'une relation abusive ou violente.

6 thoughts on “Relation toxique : qui va mal, lui ou moi?”

  1. Bonjour
    Nous avons longtemps essayé de savoir qui était responsable.
    De mon côté, je ne trouve qu’un coupable : moi. J’ai laissé faire, j ai accepté l’inacceptable en pensant que si je faisais le dos rond alors il se rendrait compte … mais se rendre compte de quoi ? Finalement mes limites ont été dépassées et c’est moi qui ai accepté cette situation.
    On ne refait pas le passé mais je m’attele à améliorer mon présent pour changer mon future.
    Aujourd’hui j ai décidé de partir, mais voilà, je suis attirée comme un aimant.
    Malheureusement ce qui mettait des mois à se déclencher ne prend que quelques heures aujourd hui et le cheminement se précise.
    Je ne vois pas de solution, après son refus d’aller voir un conseiller.
    Il m’arrive de flancher et de retomber sous le charme de ses mots, mais je suis de plus en plus lucide, et consciente qu’il s’agit de ma vie, mon bonheur, avant tout.
    Je garde en tête que je suis MA priorité, quelque soit ses mots.
    Merci pour vos conseils 🙂

  2. Merci Stefany de partager ici tes difficultés.

    En effet, prendre conscience n’est que le premier pas sur une route ardue.
    Il faut se rappeler que notre cerveau cherche toujours la solution de facilité et la familiarité.

    Entre un plaisir immédiat, qui nous fait du mal à long terme,
    et un effort à faire qui nous fait nous sentir mal maintenant,
    même si c’est la condition pour s’en sortir et aller mieux,
    il voudra toujours prendre la première route.

    Se libérer demande d’accepter l’inconfort et la souffrance dans les premiers temps.
    Il faut « recalibrer » son cerveau, pour qu’il comprenne qui est le maître à bord ☺

    La bonne nouvelle, c’est que ce travail qui nous libère de cette situation est aussi la base du travail que l’on peut faire dans tous les aspects de sa vie.

    Je t’encourage à persévérer dans ta démarche et à chercher tous les appuis à ta disposition.

  3. Merci pour tes conseils. Ça m’aide beaucoup à réfléchir de notre relation actuelle. J’aime bien tous tes articles et ton blog aussi. Bonne continuation !

  4. Wow.. Jen ai lu de bon articles sur les relations toxiques mais la votre est venu me checher droit au ❤ elle me donne le gout darreter de chercher et avancer.. merci xx

    1. Merci Melanie.
      Je suis ravie que cet article t’aide et je que tu aies pris le temps de le partager avec nous. Nous avons parfois besoin de temps pour faire notre chemin intellectuel ET émotionnel.
      Les chemins ne se croisent jamais par hasard. Quand nous sommes prêtes, la voie s’ouvre. C’est parfois une remarque, un article, une personne…
      L’essentiel, c’est de comprendre que la clé du changement est réellement en nous ☺

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *