Relation toxique au travail : comment gérer en 3 étapes

Posted on

Relation toxique au travail: comment les surmonter tout en gardant son indépendance émotionnelleRelation toxique au travail : comment faire pour gérer ? La démission ou le burn-out sont-ils les seules solutions ? Comment sortir de l’état de victime et reprendre le contrôle de sa vie professionnelle ? Du sentiment d’injustice à la réalité de la voie de garage, comment s’en sortir ? Parce qu’effectivement, les comportements toxiques ne se limitent pas à la vie de couple. Nous pouvons les rencontrer dans le monde de l’entreprise, en amitié, au sein de la copropriété, de notre équipe de handball, ou notre association locale… Bref, vous l’avez compris, certaines personnes chercheront à asseoir leur emprise, quel que soit l’environnement. Alors que faire face à une relation toxique au travail, ou même ailleurs ?

 

 

Reconnaître la relation toxique

 

Qui que tu sois, en lisant cette introduction, tu as certainement déjà pensé à une personne qui pollue ton environnement. Peut-être même plus d’une… Et au risque de choquer, je vais affirmer ici que c’est tant mieux ! Car ces empêcheurs-de-tourner-en-rond sont, en fait, notre providence. C’est grâce à ces personnes que nous sommes capables d’identifier exactement ce sur quoi nous devons travailler. Elles dirigent leur projecteur sur notre faille, et l’illuminent violemment jusqu’à ce que nous comprenions que le problème n’est pas eux, mais bien nous.

C’est aussi une bonne nouvelle, car vu que nous ne pouvons pas changer les autres, si le problème réside en nous, la solution aussi.

La manière de résoudre une relation toxique au travail est la même qu’avec toute autre : identifier parmi nos pensées celles qui nous font du tort, choisir ses objectifs, aligner nos pensées avec ces objectifs et agir. Le tout, seule, ou au besoin en se faisant aider.

 

Gérer la relation toxique

 

1e étape : utilise tes émotions

 

Tu ressens l’injustice, l’énervement, le découragement, la vexation, le désespoir. Tu te sens dans une impasse, manipulée par une collègue ou une supérieure, tu crois à des bonnes paroles, puis tu te trouves naïve. Tu as l’impression d’une partie de bras de fer, tu te sens dominée ou contrôlée… Voici un chapelet d’émotions qui sont certes désagréables, mais aussi salutaires : elles sont porteuses d’un message. Elles te donnent clairement la couleur de tes pensées. Profites-en pour les coucher sur le papier : écris tout ce qui te vient à l’esprit sur cette personne toxique, cette relation ou un incident précis.

 

2e étape : questionne tes pensées

 

Maintenant que tu as une liste, passe chaque phrase en revue d’un œil critique. Essaie de regarder ces phrases sous des angles différents, avec une amie, pourquoi pas ! Deux cerveaux sont plus efficaces qu’un (et parfois plus objectifs, même si c’est rageant !).

Es-tu sûre que ce que tu as écrit (1) est vrai et (2) te rend service ?

Par exemple :

 

  • « Ma chef ne m’aime pas, elle me court-circuite pour les projets intéressants » :
    Est-ce possible qu’elle pense que tu n’es pas la plus qualifiée ? Ou qu’elle ait elle-même reçu des ordres ? D’où tiens-tu ces informations ? Est-ce envisageable qu’elle ne soit tout simplement pas très douée à son boulot ? Et même si c’est volontaire, as-tu envie de confier ta santé mentale et ton bien-être à une telle personne ?

(Le Travail de Byron Katie est un bon moyen de questionner ses pensées, même dans le cas d’une relation toxique au travail. Sa méthode s’applique réellement à tous les contextes de vie)

  • « Je suis dans une impasse » : honnêtement, est-ce que cette pensée te permet de voir des issues ???
    S’il s’agit réellement d’une impasse, alors un retour en arrière est possible, mais en général, il y a toujours au moins deux solutions possibles : ne rien faire ou faire quelque chose. Voici un exercice de visualisation qui permet de s’en souvenir facilement.

 

Souviens-toi que nos pensées créent nos résultats :-). Tu peux lire ici un article sur comment aligner les pensées de manière intentionnelle.

3e étape : décide de ce que tu veux

 

Le meilleur moyen d’avoir ce que tu veux vraiment, c’est de le décider toi-même. Parce que cette personne qui bloque ton chemin, elle est peut-être là, couchée au milieu de ta route, pour te montrer que ta meilleure vie, ce n’est pas dans cette voie. Mais elle te touche… pourquoi ? Quel est le point que tu dois travailler ?

Tu veux te débarrasser d’une relation toxique au travail ?
Continue à faire ton travail en ignorant cette personne,
Change de travail en te disant que même si tu ne sais pas encore ce que tu vas y gagner, tu n’y perdras pas,
Continue en allant vérifier avec elle quel est le problème,
Crée l’espace mental dans lequel tu es bien.

Si la situation en est à un point grave (harcèlement, illégalité…), décide en premier lieu quel est ton objectif et fais-toi aider par les instances appropriées.

 

Face à une relation toxique au travail, ou ailleurs, rappelle-toi surtout toujours d’une chose importante:

 

Ce que tu choisis de faire, tu le fais pour toi.

Ce que les autres pensent de ce que tu choisis, c’est leur affaire.
Et ça n’a aucun poids, quand tu fais vraiment ton choix pour toi.

C’est ce qu’a fait Stéphanie qui nous confie son experience ci-dessous.

 

Relation toxique au travail: certaines personnes cherchent à asseoir leur emprise
Cet article te plaît ? Épingle-le dans Pinterest pour le retrouver facilement !

 

 

Relation toxique au travail : le cas de Stéphanie

 

Stéphanie travaille à l’aéroport. J’ai commencé à l’accompagner pour gérer une rupture amoureuse. Rupture qui, au départ, lui semblait impossible, elle avait tant de fois essayé… Le stress de sa vie privée, combiné à un environnement de travail exigeant et stressant, était source de nombreux conflits avec ses collègues ou clients. Nous n’avions pas entrevu que les changements qu’elle intégrait à sa vie personnelle allaient porter leurs fruits aussi dans le cadre d’une relation toxique au travail… Jusqu’à ce qu’un client — dans le rôle de la personnalité toxique — demande à ce qu’elle soit écartée sur la base d’arguments tendancieux. Arguments qui, dans un premier temps, furent validés par ses supérieurs. Pour Stéphanie, le sentiment d’injustice était énorme : tout le monde savait que ce client était particulièrement difficile et les collègues étaient bien contents que ce soit elle qui s’en occupe. Ce qu’elle avait fait avec brio jusqu’alors.

 

Son instinct ne lui faisait voir que la porte qu’on venait de lui claquer au nez. Elle voulait immédiatement rétablir la vérité et se justifier. Sa supérieure lui offrait le choix de se désister ou de reprendre avec ce client. Le désir de justice et de ne pas s’avouer battue l’orientait vers la reprise, tout en sachant que servir ce client serait encore plus difficile qu’avant.

 

À ce stade de notre travail, Stéphanie avait appris à prendre du recul. Comme toujours, plusieurs manières de réagir étaient possibles : il n’y avait pas qu’une porte fermée, d’autres portes s’étaient ouvertes.
Elle prit le temps de passer en revue toutes celles qu’elle pouvait imaginer et d’analyser ses pensées. Elle réfléchit à l’influence de ses choix sur son salaire, son bien-être, sur l’équipe, sur son estime… en faisant bien la différence entre ce qui est en son pouvoir de contrôler et ce qui ne l’est pas (typiquement, l’opinion des autres).

 

À la stupéfaction de sa supérieure, habituée à la combativité de Stéphanie, celle-ci choisit la perte de salaire et la bienveillance envers elle-même.
Cette relation toxique au travail la minait depuis longtemps, sans qu’elle en ait pris conscience. L’incident était une porte ouverte.

Elle a décidé, dans ce cas, qu’avoir raison et le faire savoir avait un coût personnel trop élevé. La tranquillité qu’elle avait instaurée dans sa vie privée lui donnait non seulement envie d’assainir son environnement professionnel, mais aussi le courage de passer à l’action.

A posteriori, elle voit cet incident comme une chance qui lui a été donnée. Elle révèle aujourd’hui dans son cadre professionnel une facette plus calme de sa personnalité, une facette qui lui plaît davantage et qu’elle veut développer.

 

Et toi, as-tu vécu une relation toxique au travail ou dans un autre environnement ? De quelle manière as-tu géré cette situation, qu’en as-tu appris ?

 

Tu peux aussi regarder la vidéo: Comment gérer une relation toxique au travail, ci-dessous.

 

 

Rejoins-nous vite sur le groupe privé gratuit sur Facebook: “Se reconstruire en toute sérénité”!

Et abonne-toi à la chaîne YouTube!

 

Attribution des photos : Sam Bark et Rawpixel, courtoisie de Unsplash (modifiées)

Publié le 18 juillet

  •  
    24
    Partages
  • 24
Virginie Loÿ
Je m'appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d'une relation abusive ou violente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *