Reconnaître une Relation Toxique : 5 signes révélateurs

Posted on

L’un des points primordiaux pour quitter une relation toxique est de prendre conscience que la relation est malsaine. Cela semble évident sur le papier, et pourtant, c’est l’une des choses les plus difficiles à reconnaître dans la vraie vie. Arrêter une relation amoureuse toxique semble souvent l’unique alternative, ce qui rend la prise de conscience plus délicate. Car nous ne voulons pas perdre les bons côtés, même quand ceux-ci n’existent parfois que dans notre mémoire.

Alors, comment reconnaître une relation toxique, quand nous voulons y croire et que nous sommes tellement « dans » notre histoire que nous n’avons pas toujours le recul nécessaire. Quels sont les signes d’une relation destructrice ?
Depuis des années à la ligne de soutien, j’ai passé beaucoup de temps à dialoguer avec des femmes qui se posent ces questions. « Est-ce que je suis avec une personne toxique ? Est-ce que ce que je vis est normal ? ». Ou bien qui va mal, lui ou moi?
En addition à mes lectures, j’en suis venue à cette liste de 5 signes principaux :

  1. le doute
  2. l’isolement
  3. l’instabilité émotionnelle (yoyo)
  4. la dépendance
  5. la dépression

 

I. Reconnaître une relation toxique…
ou une personne toxique ?

 

a) Bien se poser la question

 

Dans beaucoup de livres, d’articles et de groupes, le cœur du contenu se fonde sur la personnalité toxique, définie par ses caractéristiques (souvent regroupées sous les termes de manipulation, perversion, narcissisme…).

J’aimerais offrir ici que l’important est moins de déterminer les problèmes dans la personnalité de l’autre que les souffrances chez soi-même.

Bien des relations sont toxiques sans que l’on puisse facilement cataloguer « l’autre ».
Les cas de grande perversion narcissique existent, et c’est bien qu’on en parle, mais ils sont loin de représenter la majorité des scénarios ou
des causes des relations toxiques.

 

Je constate qu’une grande partie de relations malsaines au sein du couple sont souvent de « mauvaises rencontres ».

Chacun des protagonistes arrive dans le couple porteur de ses propres failles, ses blessures.
Malheureusement, dans certains cas, ces blessures (ou ces mauvaises constructions dans l’enfance) sont complémentaires dans leur négativité ou dans leur « nocivité ».

Au lieu de se faire du bien l’un à l’autre, les deux partenaires se lancent des flèches là où ils sont déjà faibles, dans une spirale de violence psychologique qui les affaiblit davantage, tout en les rendant dépendants de ce mécanisme.

 

Dans un couple sain, en revanche, ces faiblesses sont reconnues, acceptées et protégées.
Le couple forme un espace rassurant dans lequel chacun va pouvoir (entamer ou) continuer son travail de développement personnel.

b) Comment reconnaître si je suis dans une relation toxique ?

 

Pour comprendre si tu es dans une relation qui est nocive pour toi,
le plus important n’est pas d’essayer de mettre une étiquette sur les maux de l’autre
ni de décrypter ce qu’il fait ou les motivations derrière ses paroles ou ses gestes.

Le plus important est de te tourner vers toi-même et te demander comment tu te sens réellement.
Et pourquoi.

Voici 5 signes à observer.

 

II. Les signes d’une relation toxique

a) Le doute

 

Le premier signe est le doute quasi permanent que l’on se met à entretenir, et plus spécialement quand l’autre est absent.

 

Ce doute devient un questionnement constant 

 

  • tu doutes de ce que l’autre dit ou fait.
    Tu passes beaucoup de temps à analyser ses paroles, ses comportements ou ses gestes.
    Le plus souvent, tout te semble clair quand vous êtes ensemble… mais dès qu’il a le dos tourné ou qu’il s’absente, ton cerveau passe en revue tous les événements et les dialogues à la recherche de double-sens, d’interprétation différente ou de spéculation…Ces réflexions infinies t’amènent peut-être à douter de la sincérité de l’autre, mais comme cela est une voie sans issue (puisque nous n’avons pas de contrôle sur les autres), ce sentiment se retourne… et :
  • tu te mets à douter de toi.
    Tu penses souvent que tu n’as pas dit la bonne chose, que si tu avais parlé ou agi différemment, tout se serait passé autrement.
    Tu te sens responsable de tout ce qui ne va pas bien, sans pour autant réussir à vraiment mettre le doigt sur ce que tu as « mal fait ».

C’est le doute qui fait que de nombreuses personnes demandent si ce qu’elles vivent est « normal ».
La ligne entre ce que leur vie — ou leur relation — devrait être et ce qu’elle est devenue floue et elles sentent qu’elles ont réellement besoin d’un regard extérieur.

 

Ce qui m’amène au deuxième signe :

 

b) L’isolement

 

Ce n’est pas un isolement physique que j’évoque ici, bien que ce soit le cas de certaines victimes qui sont petit à petit éloignées de tout leur réseau affectif : famille, amies, etc.
On parle souvent de compagnons qui isolent peu à peu leur femme, en interdisant directement certains contacts, ou plus subtilement, en dénigrant, en râlant, en rendant la vie impossible et désagréable en présence de proches.

 

J’aimerais souligner que cet isolement n’est qu’une partie de l’iceberg,
qui est parfois visible, mais qui peut exister aussi, bien qu’on ne le voit pas.

 

Il s’agit d’une coupure relationnelle, dont nous sommes en partie l’auteur,
car en voulant croire à notre relation amoureuse nous balayons tout ce qui se trouve sur notre chemin.

Cela inclut les mères inquiètes qui trouvent qu’il n’est pas assez ceci ou trop cela, les copines qui disent que « je ne le sens pas trop, lui » et préfèrent te voir quand il n’est pas là, et la meilleure amie — qui ne te lâche pas, même si elle te dit franchement ce qu’elle pense quand elle voit que tu n’es pas heureuse (et par forcément ce qu’elle pense de lui, mais ce qu’elle pense de ne pas te voir heureuse à un moment où tu devrais l’être).

 

Aussi, tu espaces les visites parentales pour ne pas te prendre la tête
(et d’ailleurs, comment faire la différence, certains parents se mêlent de tout, est-ce pour ton bien ou le leur ?)
Et puis tu prends de la distance et tu vois moins tes copines.

Quant à ta meilleure amie, tu continues de la voir, mais tu lui caches une partie de ta vie, les événements ou les pensées qui te font douter et qu’elle questionne. Votre amitié devient plus superficielle.

 

Nous ne gardons pas les mêmes rapports avec notre entourage toute notre vie, ils évoluent, tout comme nous…
Mais s’éloigner — ou ne garder que des liens superficiels — est un signe à prendre en compte.

 

Si tu as l’impression que les rapports que tu avais avec tes proches ont changé depuis que tu es dans cette relation, même si cela fait des années, tu peux t’interroger sur le pourquoi

 

Et si tu veux vraiment en avoir le cœur net, le plus simple (mais pas le plus facile) est simplement d’aller demander à ces gens leur avis.

« Pourquoi nous sommes-nous éloignés ? Est-ce que ma relation avec X est en cause ? »

Il faut faire preuve d’humilité et garder l’esprit ouvert,
car poser des questions délicates requiert d’accepter que les réponses ne fassent pas forcément plaisir
mais elles permettront de réfléchir.

 

c) L’instabilité émotionnelle

 

Le doute permanent installe dans la relation une véritable instabilité émotionnelle.

On y croit à fond quand tout va bien et c’est la dégringolade dès le moindre incident.

 

Nous devenons très réactives et donnons des significations importantes à tout fait et geste :

  • il téléphone, c’est qu’il pense à nous, qu’il nous aime, etc. Alors qu’un appel, c’est juste un appel, point. On peut y attribuer de multiples significations.
  • Il ne téléphone pas : il boude, il nous a oubliées, il nous provoque. Alors que, peut-être, son téléphone est à plat.

Ce yoyo émotionnel est épuisant et particulièrement négatif.
Les bases d’une relation épanouie sont dans la stabilité affective et la certitude que l’autre veut notre bien.

Cette stabilité permet à chacun de vivre sa vie personnelle et de s’y développer dans l’assurance qu’on se retrouve ensemble pour partager la vie commune.

Dans un scénario de vie équilibré, « il appelle » signifie qu’il a quelque chose à dire (peut-être qu’il pense à moi, ou peut-être toute autre chose) et le fait qu’il n’appelle pas ne signifie rien de particulier par rapport à la relation.

 

Si tu reconnais dans ta vie des signes de yoyo émotionnel, dans lequel tu passes d’un extrême à l’autre,
je te recommande de bien analyser les causes de ces retournements d’humeur.

Il est aussi possible qu’elles soient aussi le fruit d’une relation toxique en dehors de ton couple, ou bien liées à des cycles hormonaux, ou une maladie…
Tenir un journal  pour bien repérer quels sont les éléments et les pensées qui modifient tes humeurs à tel point est une bonne manière de ne pas « réécrire l’histoire » de manière biaisée.

 

 

d) la dépendance

 

Les comportements précédents sont en général associés à une attitude de dépendance.

 

Comme nous doutons souvent de beaucoup de choses, y compris de notre propre perception,
et que nous sommes parfois moins intimes, voire coupées, des personnes qui nous aideraient à prendre du recul,
nous nous trouvons dans une situation où notre conjoint devient notre seul référent.

Nous nous en remettons à lui pour l’humeur du jour, et nous mettons à plier notre vie à ses désirs.
Ceci parfois sans qu’il les ait forcément exprimés.

Nous n’invitons plus unetelle parce qu’il ne « l’aime pas », nous ne faisons plus telle chose pour éviter qu’il grommelle…

Et plus grave encore,
nous nous mettons à prendre nos décisions avec la « fonction automatique »
de nous demander en premier lieu ce qu’il va en penser ou s’il va accepter.

Nous nous mettons à vivre notre vie avec le GPS d’une autre personne !

 

Cette dépendance est nocive, et inadéquate pour une relation équilibrée.
Ne plus être capable de vivre sa propre vie au sein du couple est un facteur aliénant
qui ne se guérit qu’en apprenant à fixer soi-même ses propres priorités
et en plaçant des limites,
si nécessaire.

Si procéder ainsi met en jeu l’équilibre du couple,
c’est un signe que celui-ci ne tient que par ta capacité à sacrifier ton équilibre personnel pour la relation amoureuse.
Faire ce genre de compromis est une phase qui est parfois nécessaire à travers certains passages difficiles de la vie,
mais ce n’est pas une base pour une relation saine et équilibrée qui se fonde sur le partage et la réciprocité.

 

Je t’invite à réfléchir à ta manière de prendre tes décisions :

  • Dans quel ordre places-tu tes priorités quand tu prends tes décisions et pourquoi ?
  • Qui cherches-tu à satisfaire en premier lieu : toi ? lui ? la famille ou le couple ?
  • Si la réponse n’est jamais toi, je t’invite à t’interroger sur les causes et à te rappeler que nous n’avons qu’une vie à vivre, la nôtre, et que nous n’en avons qu’une 🙂

e) la dépression

 

Il suffit de lire les quatre points cités précédemment pour comprendre que ce serait normal
pour n’importe qui de se trouver dans un état dépressif.
L’absence de contrôle sur sa vie, l’absence de satisfaction de ses propres besoins,
la confusion mentale, l’éloignement des personnes de confiance, etc:
tous ces comportements favorisent une attitude pessimiste qui ne valorisent pas ton rôle et ta responsabilité d’être humain.

 

Souffrir de dépression est un signe sérieux.

Il est important de passer en revue tous les pans de sa vie pour établir un bilan de satisfaction.
Pourquoi pas avec une personne extérieure neutre, comme un psychologue, un coach ou un thérapeute ?

Une aide extérieure est, à mon avis, importante, car il arrive que certaines personnes cherchent à garder leur position dominante dans le couple en maintenant leur compagne dans l’état léthargique lié à la dépression, ceci consciemment, ou pas.
Les médecins sont souvent ceux qui posent le diagnostic, mais la cause peut rester floue.
Une partie des personnes souffrant de dépression vont chercher les raisons ailleurs que dans leur couple, tant est forte la volonté de garder l’union intacte.

 

5 signes pour reconnaître une relation toxique
Cet article te plaît ? Épingle-le dans Pinterest pour le retrouver facilement !

III. En conclusion :

 

J’ai regroupé sous ces 5 signes révélateurs d’une relation toxique des attitudes ou comportements que l’on peut analyser plus en profondeur.

Si tu veux faire un bilan en détail, je t’invite à consulter cet article, qui est un test dans lequel je passe en revue 15 points essentiels pour une relation saine et équilibrée.

Prendre conscience que la relation dans laquelle tu vis ne t’est pas bénéfique pour toi est une étape capitale.

En sortir est une autre étape, qui implique de bien définir quels sont tes objectifs de vie et tes priorités.

Si se séparer n’est pas forcément l’unique solution, savoir l’envisager permet de prendre du recul et de choisir en profondeur et en conscience la vie que l’on veut.
Si l’analyse met en évidence un comportement violent et aliénant du conjoint, accepter que cette personne ne change pas est un élément capital de cette remise à plat. Nous ne pouvons changer que ce qu’il est en notre pourvoir de changer (c’est à dire : jamais les autres).

Pour obtenir les bonnes réponses, il faut se poser les bonnes questions.

 

J’espère que cet article t’a aidé à faire le bilan de ta situation et à te poser des questions pertinentes par rapport à ta situation.

N’hésite pas à le commenter, le partager ou à poser tes questions ci-dessous.

 

Rejoins-nous vite sur le groupe privé gratuit sur Facebook: “Se reconstruire en toute sérénité”!

Et abonne-toi à la chaîne Youtube!

 

Attribution des photos : Tony Lam Hoang (couverture, modifiée)

Publié le 18 avril

  •  
    24
    Partages
  • 24
Virginie Loÿ
Je m'appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d'une relation abusive ou violente.

One thought on “Reconnaître une Relation Toxique : 5 signes révélateurs”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *