Plan de sécurité : les documents à emporter et autres astuces

Posted on

plan de sécuritéAvez-vous un plan de sécurité ?
Si vous n’avez jamais encore réfléchi à la question, je vous invite à le faire.
De manière théorique, du moins.
Vous vous apercevrez vite que cela ne peut vous faire que du bien et je vous invite à passer rapidement à la pratique, au rythme d’Une chose par jour.

Vous remarquerez que, non seulement, penser à votre plan de sécurité ne vous fera pas de mal, mais qu’en plus, l’élaborer vous fera prendre conscience de vos ressources (Oui ! Vous êtes tout à fait capable de bien vous débrouiller toute seule !)
Vous pouvez même découvrir quelques vérités sur votre situation qu’il vous faut mieux connaître, plutôt que de vivre dans l’ignorance et être désagréablement surprise plus tard… 

 

Cet article appartient à la rubrique 1CPJ : Une chose par jour.
Les articles de cette rubrique sont des conseils concrets à mettre en application chaque jour, dans l’ordre qui vous convient. Je vous conseille de morceler les tâches en mini-action et d’en faire une par jour : en un mois, votre situation sera déjà grandement transformée.

 

Mais revenons à notre point de départ…

 

Qu’est-ce qu’un plan de sécurité ?

 

Le plan de sécurité est un plan que vous faites à l’avance, au calme, pour vous guider et savoir comment agir en cas d’urgence : que faire, où aller, qui contacter, quoi emporter… etc.

Que vous soyez victime de violences physiques ou psychologiques, si vous vivez dans une relation instable, dans laquelle la situation est susceptible de changer d’une minute à l’autre, vous bénéficierez sérieusement à établir votre plan de sécurité.

Même s’il ne vous est encore jamais arrivé d’avoir à quitter votre domicile…

Au « pire », établir le plan de sécurité ne vous servira jamais dans l’urgence.
Dans ce cas, tant mieux ! C’est ce que je vous souhaite, mais malheureusement, je sais que parmi vous se trouve une femme qui devra véritablement l’utiliser, le jour où elle devra se sauver avec ses enfants au milieu de la nuit, par exemple. 

Au mieux (qui se trouve en fait être le pire, je pense que vous me suivez)… en cas de menace, donc, il peut vous sauver la vie ou, en tout cas, largement simplifier un départ en urgence, ainsi que la suite de vos démarches.

 

Enfin, sachez que faire votre plan de sécurité ne vous servira jamais à rien. Car mettre votre nez dans vos affaires, vos papiers, vos comptes en banques, vos déclarations, etc., surtout si cela fait longtemps que vous vous désintéressez de ces choses-là (ou bien, qu’« on » vous en écarte) vous permettra de vous faire une idée claire de votre situation à beaucoup d’égards.

 

Les deux niveaux de votre plan de sécurité

 

Lorsque vous réfléchissez à votre plan de sécurité, il est important de distinguer deux niveaux.

 

Le premier est celui de l’urgence,

c’est un plan à mettre en œuvre dans la panique, lorsque vous devez quitter votre domicile précipitamment parce que vous êtes physiquement menacée, ou que vous êtes mise à la porte, ou que vous décidez de vous éloigner pour arrêter de subir un harcèlement, etc.

 

Le second niveau

est celui qui consiste à préparer ses arrières, c’est-à-dire à s’organiser de manière à s’armer et à se simplifier la vie, si ce départ est amené à durer ou être définitif.

 

Dans cet article, je vais m’intéresser à l’organisation des documents et des informations pratiques.
Dans le deuxième volet de cet article, j’aborderai l’aspect concret (physique) du plan de sécurité.

 

 

 

Comment gérer les documents,

les détails et les informations pratiques ?

 

 

  • le plan de sécurité pour l’urgence


Si vous devez quitter votre domicile précipitamment, il y a certains documents qu’il est indispensable d’avoir dans votre sac à main. 

Vous pouvez aussi créer un sac de secours contenant les photocopies de tous les documents cités ci-dessous, que vous conserverez en dehors de votre domicile : soit chez une personne de confiance soit dans un endroit secret auquel vous avez facilement accès.

 

Il contient :

  • votre carte d’identité, votre passeport (éventuellement carte de séjour), votre chéquier et carte bancaire, votre carte vitale (et l’équivalent pour vos enfants)
  • une photo de votre conjoint (pour la communiquer à la police si nécessaire)
  • une somme d’argent liquide
  • un carnet ou une feuille avec les numéros ET les adresses importantes en cas d’urgence : amis ou membres de la famille susceptibles d’aider, refuge, avocat, médecin et association locale ou autre contact au courant de votre situation.
  • éventuellement, un portable bon marché équipé d’une carte prépayée et chargé.
  • les médicaments indispensables pour 24 h si vous ou vos enfants suivez des traitements (par exemple diabète)
  • votre journal
  • les documents cités en partie 2, s’ils n’ont pas été mis en sécurité auparavant.

 

 

Conseils :

 

  • Ne pas négliger qu’en cas de grand stress, on peut oublier des informations que l’on récite normalement sans réfléchir (le numéro de sa sœur, le nom de son avocat, etc.).
  • Ne pas s’en remettre uniquement aux informations que vous avez dans votre portable, envisagez que vous ne l’ayez pas ou que la batterie soit à plat.
  • Ne pas attendre la dernière minute pour se renseigner sur son refuge ou son association locale
  • Ne pas hésiter à cacher et « oublier » des petites sommes (billets de 5 e, 10 e, ou 20 e un peu partout, dans les poches arrières des jeans, au fond de la boîte à gant, dans le sac à langer, etc.).

 

 

  • le plan de sécurité à long terme

 

documents à emporterMême dans l’éventualité où vous n’ayez jamais à quitter votre domicile précipitamment, il se peut que vous vous trouviez acculée dans une situation où vous devez partir sans avoir beaucoup de temps pour réfléchir. Ou bien que votre conjoint vous empêche d’accéder à certains documents, s’il ne les a pas déjà détruits ou cachés, si ce n’est pas dans son intérêt que vous y ayez accès.

 

Certaines personnes malheureusement n’hésiteront pas à supprimer ou falsifier des informations pour pouvoir manipuler les représentants de la justice, pour minimiser leurs responsabilités ou leurs obligations financières ou pour accabler leur compagne. La préparation est primordiale. (Pour lire l’article sur pourquoi bien s’armer, cliquez ici).

 

Aussi il est très important de ne pas faire l’autruche, en se disant que ça ira mieux quand l’orage sera passé. Mieux vaut sortir la tête du sable, même si cela fait des années, ou bien des lustres, que vous avez délégué la gestion de votre foyer à votre conjoint.
Employez-vous, bien en avance, à documenter votre situation véritable,
autant que vous le pouvez.

Ne soyez cependant pas obnubilée par la perfection.
La moitié des documents de côté est mieux qu’aucun.
Faites ce que vous pouvez, au mieux et sans vous mettre en danger.

 

 

Voici une liste non exhaustive de tous les documents que vous devez avoir en votre possession, en version originale chaque fois que possible et particulièrement quand il s’agit des vôtres (a minima faites des copies, des photos ou des scans).

  • informations relatives à votre logement : contrat de location, titres de propriété, contrats d’emprunt, hypothèque,…
  • informations relatives au travail et aux revenus : diplômes, contrats de travail, avis d’imposition, fiches de paie, autre source de revenus,…
  • informations relatives à la santé : livret de famille, carnets de santé, informations médicales (et celles des enfants)
  • éléments attestant de violences précédentes : certificats médicaux, attestations de main courante, photos, plaintes antérieures,…

 

(Liste constituée sur la base de la liste décrite par Sébastien Auberger, Responsable de la formation des brigades départementales de protection des familles, intervenant du Mooc contre les Violences Faites aux Femmes)

 

Il est important de constituer ce dossier petit à petit le plus tôt possible, et de le confier à une personne de confiance en dehors de votre domicile, ou bien de garder toutes les copies en version numérique et en sécurité.

Dites-vous bien que si vous n’en avez jamais besoin, ce ne seront qu’un tas de feuilles A4 inutiles et quelques heures passées à vous en occuper.

Ces heures peuvent être les bienvenues, car il arrive parfois que certaines femmes s’aperçoivent que leur conjoint a tenu certaines informations cachées ou que leur situation réelle n’est pas celle qu’elles imaginaient.

Mieux vaut le savoir en amont que le découvrir plus tard. Même si ces découvertes ne sont pas plaisantes, il est toujours plus facile de se protéger d’un danger que l’on connaît.

 

N’hésitez pas à partager cet article si vous connaissez des personnes qui sont concernées ainsi que sur les réseaux sociaux. Je compte sur vous aussi pour faire des commentaires, particulièrement si vous constatez des omissions ou bien si vous avez de bonnes astuces à partager. Merci!

 

Attribution des photos: dans l’ordre Felix Russell-Saw, Geisteskerker

Publié le 3 décembre

Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Virginie Loÿ

Je m’appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d’une relation abusive ou violente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement le guide "Comment reprendre le contrôle de sa vie"
x