Modèle de Brooke : choisir et vivre ses émotions

Posted on

Dans cet article, j’aborde la ligne E, Émotions, du Modèle de BrookeCette grille de décodage créée par la coach américaine, Brooke Castillo, nous permet de comprendre comment nos pensées créent nos résultats dans notre vie. Grâce à cet outil, nous visualisons le cheminement de nos pensées, et nous nous rendons compte que nous ne sommes pas otages de nos émotions, nous pouvons les vivre, plutôt qu’y résister. Et nous pouvons les choisir pour créer les résultats que nous souhaitons voir dans notre vie. Je recommande chaleureusement d’apprendre à choisir ses pensées et à vivre ses émotions, c’est une technique qui a changé ma vie.

Cet article est le troisième d’une série qui complète et approfondit les cinq lignes du Modèle de Brooke.

Pour en savoir plus sur l’utilisation du Modèle, tu peux lire cet article.

 

le-modèle-de-Brooke-Castillo

 

J’ai préparé un pense-bête pour t’aider te rappeler des éléments importants pour chaque ligne du Modèle de Brooke,
tu peux le télécharger avec un formulaire à la fin de l’article.

 

I. Vivre ses émotions
(pas seulement les positives)

 

a) Résister aux émotions négatives ?

 

Beaucoup d’entre nous ont été éduquées selon des principes qui ne nous permettaient pas d’exprimer nos émotions négatives.
Nous en avons intégré la croyance que les sentiments négatifs sont mauvais et qu’il vaut mieux chercher à les éviter. Nous rentrons notre colère, qui se retourne contre nous ; nous n’exprimons pas notre peur ; nous n’osons pas dire que nous sommes tristes ou que nous avons honte.

 

Le message de la société consumériste dans laquelle nous vivons tend à renforcer ses croyances.
Notre malaise fait le bonheur des sociétés qui nous vendent des produits pour nous faire « nous sentir mieux », et créent immédiatement la version suivante pour créer un manque constant… ce qui n’est pas une émotion particulièrement agréable.
Ajoutons que les réseaux sociaux nous donnent l’idée que tous les autres ont une meilleure vie que nous, difficile de nous sentir à notre place.

 

b) Le contraste des émotions

 

La palette entière des émotions fait toutefois partie de notre vie.
Elle constitue même le cœur de l’expérience humaine.

Sans émotions négatives, il n’y aurait pas non plus d’émotions positives.
Sans tristesse, il n’y aurait pas de joie.
Seulement des émotions grises et plates, que nous ne ressentirions pas.
Nous avons besoin de ce contraste pour faire l’expérience des émotions.

 

II. Les émotions sont des vibrations

 

a) Que sont les émotions après tout ?

Une émotion est simplement une réaction physique qui se passe dans notre corps en réponse à un stimulus.
Ce stimulus peut être extérieur, comme dans le cas d’une peur subite. Dans ce cas, le réflexe ne passe pas par notre pensée consciente et est très rapide, dans le but de nous protéger.
Mais dans la plupart des cas, nos émotions sont générées par nos pensées.

C’est une bonne nouvelle !

Parce que cela signifie qu’en observant nos pensées, nous pouvons mieux comprendre nos émotions.

 

b) Reconnaître ses émotions

 

Pour mieux comprendre et vivre ses émotions, on doit apprendre à les reconnaître et à les nommer.
Commençons par examiner ce qui se passe dans notre corps.

Si nous ressentons, par exemple, de l’angoisse, que se passe-t-il ?
Avons-nous la gorge serrée, une boule dans le ventre, les épaules contractées ?
Ressentons-nous de la chaleur, du froid, nos mains sont-elles moites ?

 

En prenant le temps d’observer ces manifestations physiques, nous pouvons apprendre à les reconnaître et ne pas leur résister. Nous pouvons les laisser nous traverser.
Ce n’est certes pas très agréable, mais nous n’en mourrons pas et nous pouvons ressortir de l’autre côté de cette émotion.

 

Ce qui est bien plus productif et bienveillant que d’y résister et d’être entraînée dans des comportements dérivatifs qui, à terme, nous causent davantage de mal que l’émotion que nous cherchions à éviter.

 

III. Choisir ses émotions

 

Deuxième bonne nouvelle dans cet article : nous avons le pouvoir de choisir librement les émotions que nous voulons ressentir.

Brooke Castillo compare les émotions à des petits fours servis lors d’un buffet : l’éventail de possibilités est large, à nous de choisir les émotions qui conviennent à ce que nous voulons vivre.

 

Exemple:

Je suis, au moment où j’écris cet article, au cœur d’un défi : publier 30 vidéos et 30 articles en 30 jours. Ce n’est pas facile tous les jours de trouver l’inspiration à un tel rythme ou de dégager le temps nécessaire.

Si je pense que c’est trop d’effort, je crée en moi des émotions de démotivation et de lassitude qui ne m’aident pas à me mettre à la tâche et le résultat serait que la réalisation de mes vidéos traîne et que je me sente dépassée.

Modèle possible :

C : Défi 30 vidéos/30jours

P : « Ah, je n’en peux plus… ça prend trop d’énergie de faire des vidéos tous les jours ! »

E : Lassitude, démotivation

A : Je procrastine, je n’arrive pas à m’y mettre.

R : mes vidéos se rajoutent à ma « To Do List » qui s’allonge et me semble me demander de plus en plus d’effort. Mes vidéos n’avancent pas.

 

Je suis libre, en revanche, de choisir moi-même les émotions dont j’ai besoin pour atteindre mon but.
Dans ce cas, je construis mon Modèle de Brooke en partant de la ligne R et en remontant les lignes pour identifier l’émotion qui me sera utile, et par conséquent, la pensée que je dois créer.

(J’écris le modèle en ordre chronologique de l’exercice, donc inversé)

Modèle alternatif:

R : 30 vidéos en 30 jours (c’est le résultat que je veux à terme)

A : Scripter et filmer 3 vidéos aujourd’hui (c’est l’action que j’ai besoin de faire pour atteindre mon Résultat)

E : Enthousiasme, Motivation, Fierté (ce sont les émotions que je choisis, car ce sont les émotions qui me permettront de passer à l’action -> c’est un choix tout à fait personnel, et que je peux faire différemment à chaque occasion)

P : « Waouw ! J’ai déjà publié plus de 20 vidéos, c’est fabuleux ! Bravo ! Ce n’est pas le moment de lâcher le défi ! »

Voilà la pensée qui fait que je suis derrière mon ordinateur en train d’écrire mon texte d’accompagnement à la vidéo que je viens de tourner et qui se trouve en encart un peu plus haut. Objectif atteint !

 

Choisir et vivre ses émotions est le point de départ d'une vie intentionnelle.
Cet article te plaît ? Épingle-le dans Pinterest pour le retrouver facilement !

 

IV. Le Modèle de Brooke, pour une vie intentionnelle

 

Nous ne somme otages ni de nos émotions ni de nos pensées.

Apprendre à observer et à décoder nos pensées, choisir et vivre ses émotions, et comprendre comment elles créent nos résultats est l’un des plus beaux cadeaux que nous puissions nous offrir.

 

Il ne s’agit pas d’un stratagème ou d’une tactique, mais réellement d’un moyen de comprendre les bases de notre fonctionnement et des fondations de notre vie.

C’est le meilleur moyen de vivre notre vie intentionnellement.

 

Si tu souhaites approfondir le sujet, j’ai aussi publié un article sur :

 

Te laisses-tu vivre tes émotions ? Intentionnellement… ou non ? Que penses-tu de cette manière de procéder ? As-tu essayé ? As-tu des doutes ou des difficultés ? N’hésite pas à en faire part dans les commentaires. Apprenons ensemble !

Rejoins-nous vite sur le groupe privé gratuit sur Facebook : « Se reconstruire en toute sérénité » !

Et abonne-toi à la chaîne YouTube !

 

 

Publié le 12 mai

  •  
    4
    Partages
  • 4
Virginie Loÿ
Je m'appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d'une relation abusive ou violente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *