Modèle de Brooke : nos Circonstances sont neutres

Posted on

Modele-de-brooke-circonstancesJ’ai présenté dans un article précédent la grille de décodage créée par la coach américaine Brooke Castillo, « le modèle de Brooke ».
Cet outil de développement personnel est simple et efficace.
Il permet de décrypter et de comprendre comment nos pensées créent tous les résultats de notre vie.

Dans cet article, j’examine la ligne C : les circonstances.

Cet article est le second d’une série qui complète et approfondit les concepts développés par Brooke.

Si tu n’as pas vu l’article dans lequel j’explique comment se servir du Modèle de Brooke pour explorer notre mental,
je t’invite à le lire en premier en cliquant ici. (Tu peux aussi regarder la vidéo)

 

Rappel

le-modèle-de-Brooke-Castillo

 

 

 

 

 

I. Les circonstances sont neutres

 

Brooke Castillo rappelle régulièrement que les Circonstances, que l’on place dans la première ligne « C »,
sont toujours des faits ou des événements NEUTRES.

Cela signifie que ce sont des faits objectifs, indéniables et vérifiables,
sur lesquels nous pouvons tous nous accorder.

Cette notion de neutralité est très importante et délicate !

 

Mais nous avons une fâcheuse tendance à confondre nos pensées et la réalité.
Notre tendance naturelle est de prendre pour des circonstances notre interprétation des faits, ou bien notre jugement.
Surtout quand il se trouve que la plupart des gens pensent comme nous.

 

Nous devons donc apprendre à examiner la phrase que nous inscrivons en tant que Circonstance
et à bien distinguer ce qui est neutre de ce qui ne l’est pas.

a) Exemples de circonstances neutres

 

Une phrase descriptive est neutre quand tout le monde,
sans une seule exception, pourrait s’accorder sur les faits qu’elle décrit
.

 

« Il fait beau »

Ce n’est pas une circonstance, car il peut faire beau pour moi ici avec 15 degrés ensoleillés,
mais sur la Côte d’Azur, on attend peut-être 35 degrés avant de trouver qu’il fait beau.
Le bulletin météo « soleil + température » est une circonstance neutre.

 

CIRCONSTANCE : La Tour Eiffel mesure 300 mètres.
PENSÉE : La Tour Eiffel est haute.
(En effet une tour de 300m est haute à Paris, mais basse à Dubai.)

 

CIRCONSTANCE : Je pèse 64,3 kilos.
PENSÉE : Je suis grosse.

 

-> Les phrases de CIRCONSTANCES ne contiennent pas de qualificatifs (adjectifs, adverbes)
ni de verbes qui apportent des nuances ou des jugements.

 

PENSÉE : Mon copain passe tout son temps sur la Play Station.
CIRCONSTANCE : Mon copain joue 4 heures par jour, sept jour sur sept, à la Play Station.
(Si l’on installait une caméra de surveillance dans ton salon, c’est ce que tout le monde constaterait.)

 

PENSÉE : Mon mari boit trop. / Mon mari m’a parlé méchamment
CIRCONSTANCE : La consommation d’alcool de mon mari. / Mon mari a dit : « xyz.. mots…xyz… mots »
Même si, dans ton entourage, tout le monde est d’accord avec toi, ce ne sont cependant pas des phrases neutres.
Il boit trop pour qui ? Par rapport à quoi ? / Pense-t-il lui aussi qu’il a parlé méchamment ?

Il suffit qu’une personne puisse penser différemment pour qu’un fait ne soit pas neutre.

 

b) Les cas difficiles

 

Les exemples précédents montrent que nous devons être vigilantes
et toujours nous interroger sur l’objectivité de ce que nous choisissons d’inscrire dans la ligne de Circonstances.
Cela demande parfois une véritable gymnastique intellectuelle !

Plus nous considérons des situations hautement émotionnelles
ou sur lesquelles il existe un consensus,
plus nous avons tendance à faire un amalgame et à prendre nos Pensées pour des Circonstances.

 

Par exemple, il semble difficile de considérer qu’un attentat est une Circonstance neutre.

Nous nous disons que tout le monde est d’accord avec nous sur le fait qu’un attentat c’est horrible.
Et c’est probablement la vérité quand on regarde les gens autour de nous.
Mais si l’on pense à ceux qui ont organisé et réussi leur attentat, ils ne trouvent pas ça horrible du tout.
Donc :

La CIRCONSTANCE  « Un attentat » est neutre.

Ce que je pense de l’attentat, en revanche, n’est pas neutre.
C’est ma PENSÉE.

Elle est totalement différente de celle du terroriste, par rapport à un même événement neutre.

II. Se servir du modèle de Brooke

 

Il est important d’apprendre à reconnaître et à placer des circonstances neutres dans la ligne C,
et de bien les différencier de nos pensées.

Pourquoi ?

Parce que les circonstances, nous ne pouvons pas les changer.
Par contre, nous pouvons changer nos pensées.

Et c’est tout le but du travail avec le modèle de Brooke.
L’objectif est de prendre conscience de nos pensées,
afin d’identifier comment elles créent nos résultats et apprendre à les changer

  • pour ne plus développer les effets que nous ne voulons pas ET
  • pour créer intentionnellement les résultats que nous désirons.

 

Je t’invite à explorer le modèle de Brooke avec les pensées que tu écris tous les matins,
ou bien occasionnellement, quand tu es confrontée à un problème.
Plus tu te sers de la grille, mieux tu la comprends.
Elle devient un outil automatique, un véritable 6ème sens qui simplifie notre vie.

 

As-tu commencé à tester le Modèle de Brooke dans ta vie ?
Ou bien es-tu bloquée dans son utilisation ?
Si c’est le cas, n’hésite pas à proposer ta pensée ou ton Modèle dans les commentaires ci-dessous, je t’aiderais à y voir clair !

Rejoins-nous vite sur le groupe privé gratuit sur Facebook: “Se reconstruire en toute sérénité”!

Et abonne-toi à la chaîne Youtube!

 

Publié le 13 avril

Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
Virginie Loÿ
Je m'appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d'une relation abusive ou violente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

TÉLÉCHARGE le plan en 3 ÉTAPES pour tout recommencer sans peur :-)
x