Mère Toxique : “Les mères qui blessent” d’Anne-Laure Buffet

Posted on

Mère toxique: revue du livre les mères qui blessent d'Anne-Laure BuffetMère toxique. Mère manipulatrice. Mère négligente. Mère insupportable, vicieuse, infantile, immature, perverse… Un symptôme commun : la souffrance de l’enfant que nous étions. Parfois, souvent même, la souffrance de l’enfant que nous sommes encore. L’incompréhension, la honte, le rejet. L’obligation de couper les ponts pour se protéger, parce qu’on ne voit pas d’autre solution. Comment comprendre, comment accepter, comment dépasser et s’approprier pleinement sa vie ? C’est ce qu’aborde la thérapeute Anne-Laure Buffet dans son dernier livre, « Les mères qui blessent », que je présente dans cet article.

 

Mère toxique ou bien… ? Qui est ma mère ?

 

Comment définir la toxicité d’une mère si ce n’est par la souffrance de son enfant ? En séances thérapeutiques, Anne-Laure Buffet a entendu de nombreuses personnes qui, venues consulter pour un problème différent, s’apercevaient au fil de leur travail de la toxicité de leur relation avec leur mère. Indispensable au nourrisson, la mère restera toujours unique pour son enfant… et « parfaite » : la société ne nous assomme-t-elle pas de cette évidence « une mère aime son enfant » ?

 

Malheureusement, volontairement ou non, certaines n’ont pas eu la capacité d’apporter à leur enfant ce dont elle avait besoin pour se construire. En première partie de son livre, la thérapeute passe en revue différents types de comportements qui créent ce lien toxique : désir de perfection, immaturité, narcissisme, possession, maltraitance, abandon… Elle nous explique comment ces conduites se manifestent et affectent l’enfant qui en est l’objet. Ses propos sont illustrés de témoignages.

 

La maltraitance exercée sur un enfant se détermine en fonction de la fréquence et de la répétition de comportements, de l’absence de remise en cause personnelle, et de la non-prise en compte des intérêts de l’enfant.

 

Origine de la violence

 

La thérapeute rappelle que comprendre les causes de la maltraitance de l’enfant n’est pas synonyme de les minimiser ni de les excuser. Dans sa deuxième partie, elle explore les origines de la violence psychologique ou des comportements maltraitants. Cette compréhension permet à l’enfant devenu adulte d’éclairer son histoire sous un autre projecteur et de redistribuer les responsabilités :

  • Quelles étaient les attentes de la société ?
  • Quel est l’impact d’une séparation conflictuelle ?
  • Est-ce que l’instinct maternel — s’il existe — équivaut à un « savoir-faire » ?
  • Que peut faire une mère qui souffre de dépression post-partum ? De burn-out ?
  • Quel est le rôle des injonctions personnelles et familiales ?
  • Quel est le poids des secrets familiaux ?
  • Et le père ?

 

Autant de points qu’Anne-Laure Buffet détaille et qui nous permettent d’aborder notre vécu sous un angle spécifique, pour le remettre « en contexte ».

 

Pour ma part, j’ai beaucoup réfléchi au contexte dans lequel je suis née, pour comprendre mon histoire familiale et le comportement de mes parents, la rigidité de l’éducation qu’ils m’ont donnée, les choix qu’ils ont faits, leur incapacité à me respecter en tant qu’individu unique et indépendant. L’introduction du livre d’Edith Lombardi, “Sortir de la maltraitance”, explique le poids de la culture napoléonienne dans la société française, qui place la femme en bas de la pyramide sociétale, au même rang que les enfants, les déments et les criminels.
Quand je suis née, la loi française définissait encore le mari comme chef de famille, les femmes ne pouvaient pas avoir de compte en banque à leur nom (même si elles pouvaient travailler). Je comprends que seules les têtes brûlées étaient capables de briser de telles chaînes et de prendre une place d’égale dans la société ou face à leur mari. Or toutes les femmes ne sont pas des pionnières.

 

Certaines mères seront capables — un jour — d’écouter leur enfant, de s’interroger sur leur parcours, de se remettre en question, voire de demander pardon. D’autres n’auront pas ces capacités. Mais faut-il pour autant continuer de souffrir ou peut-on se construire ?

 

Devenir l’enfant bien portant d’une mère toxique

 

Anne-Laure Buffet examine, en troisième partie, les conséquences sur l’enfant des comportements maternels toxiques et nous offre des pistes pour cheminer vers la maturité et la liberté.

 

La thérapeute observe que les enfants maltraités peuvent rester longtemps « enfant » de leur mère au lieu d’acquérir leur indépendance émotionnelle et leur maturité d’adulte. Un blocage parfois encouragé, consciemment ou non, par la mère toxique qui veille à maintenir son emprise. Dans les cas graves, des troubles dissociatifs que l’enfant a mis en place pour sa propre protection peuvent bloquer à l’âge adulte et nous maintenir dans certaines peurs ou certains comportements. Anne-Laure Buffet rappelle qu’éviter de penser n’aide pas à aller mieux. Elle invite les victimes à chercher des appuis extérieurs pour surpasser les traumatismes vécus.

 

Devenir adulte

 

Avoir conscience de son vécu permet de devenir un adulte sain, capable de choisir ses propres valeurs de vie au lieu de répéter, voire de transmettre, celles par lesquelles son enfance a été dominée. Nous ne sommes pas toutes résilientes, mais la capacité de guérir de ses traumatismes d’enfance et de transcender le lien maternel malsain peut être encouragée par un accompagnement thérapeutique.

 

Ce travail permet à l’enfant devenu adulte d’abandonner ses sentiments de culpabilité et d’endosser ses responsabilités : pas la responsabilité du lien toxique passé, mais la responsabilité de se prendre en charge en tant qu’adulte indépendant et mature, maintenant. Le recentrage sur soi lui donne la possibilité d’accepter ses émotions et ses fragilités avec bienveillance, de se (re) découvrir et en tant qu’adulte autonome, de dialoguer son enfant intérieur et d’apprendre à l’aimer.

 

Ce travail permet aussi une rupture assumée, qui ne s’entend pas forcément dans le sens classique de rupture totale (« couper les ponts »). Rompre, c’est faire le deuil de la mère aimante idéalisée et accepter de vivre le sentiment de tristesse associé à cette rupture.

 

Comme pour toute rupture, elle laisse une question : « Ai-je été aimé ? »

 

L’indépendance

 

« Suis-je adulte ? » est une question que la thérapeute entend souvent. Elle répond que nous sommes adultes quand nous admettons que la première personne qui compte est soi-même, pour être mieux « aux autres ». Un enfant blessé n’est pas un enfant condamné, rappelle-t-elle. Le travail pour acquérir la maturité et l’indépendance émotionnelle est douloureux… et fructueux : il mène à la découverte, la réalisation et l’épanouissement de soi.

 

Mère Toxique: comment accepter et dépasser? Les mères qui blessent, de Anne-Laure Buffet
Cet article te plaît ? Épingle-le dans Pinterest pour le retrouver facilement !

 

Mon avis

 

J’admire, une fois de plus, Anne-Laure Buffet pour la qualité de son travail, la manière droite avec laquelle elle s’attaque aux tabous, sans haine et sans hargne. Son livre est un message d’espoir. Être l’enfant d’une mère toxique n’est pas une condamnation, mais comprendre que l’on a été victime d’un lien malsain, et de quelle manière, peut aider de nombreuses personnes à avancer.

Si quelques témoignages nous rappellent que certains enfants ont réellement vécu sous la domination de véritables Cruella D’Enfer (Les 101 Dalmatiens), même celles de nous qui étaient dans des relations moins dramatiques pourront trouver des pistes à exploiter pour évoluer vers leur paix intérieure.

 

Car l’essentiel est bien de parvenir à faire la paix avec notre passé, et de créer la nouvelle relation selon les termes qui nous conviennent et engendrent notre sérénité au présent, que l’on choisisse de ne plus se voir ou de conserver des liens familiaux.

 

Je recommande vivement la lecture du livre « Les mères qui blessent » à toute personne qui vit encore sous le signe d’une relation maternelle douloureuse.

Je rappelle mon article sur le livre d’Anne-Laure Buffet : « Victimes de violences psychologiques : de la résistance à la reconstruction », ici.

Et toi, comment vis-tu ta relation avec ta mère?

 

 

Attribution des photos : Eddy Lackmann (modifiée)

Publié le 1er août

  •  
    45
    Partages
  • 45
Virginie Loÿ
Je m'appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d'une relation abusive ou violente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *