La sophrologie pour se reconstruire

Posted on

La sophrologie: une thérapie pour se reconstruire après une relation abusiveLa sophrologie : est-ce une thérapie qui peut aider les victimes de relations abusives et de violences conjugales à se reconstruire ? J’ai à cœur d’offrir sur ce blog des ressources variées, car la reconstruction est une affaire personnelle : chacune doit définir son chemin, unique, et les solutions qui lui conviennent pour dépasser l’expérience traumatique vécue. Si nos blessures sont souvent similaires, notre manière de les panser dépendra de nos besoins, notre inclination personnelle ainsi que de l’étape à laquelle nous en sommes dans notre reconstruction.

J’ai demandé à Caroline Müller, sophrologue et auteure du blog Colibri Imparfait de nous donner plus d’information sur cette thérapie. Caroline souhaite faire sa part pour œuvrer à un monde plus doux et bienveillant. Voici son article:

« Certes, la situation amoureuse dans laquelle je vis n’est pas saine, mais existe-t-il vraiment une solution pour en sortir ? Qu’est-ce qui est bon pour moi ? » Ces deux questions, de nombreuses femmes les tournent en boucle dans leur tête sans trouver de réponse. Alors parfois elles poussent la porte d’un thérapeute pour tenter de comprendre et d’avancer. Je te propose de découvrir la sophrologie pour faire un premier pas essentiel : un pas vers toi-même.

 

La sophrologie, OK, mais c’est quoi ?

 

Dans les années 1960, le neuropsychiatre Alfonso Caycedo, trouvant très lourds les traitements infligés à ses patients (lobotomie, électrochocs, coma insuliniques…) décide de créer une méthode plus douce pour les soigner. D’abord attiré par l’hypnose, il craint pour sa réputation, car à l’époque on associe hypnose à charlatans, spectacle, mais absolument pas à thérapie.

En partant voyager, notamment en Inde, il découvre diverses techniques qu’il combine entre elles afin de créer sa propre méthode. Ainsi, hypnose, certes, mais aussi, yoga, phénoménologie, zen, méditation, entre autres, sont passés entre les neurones du professeur pour en ressortir décortiqués et savamment mélangé sous le doux nom de « Sophrologie ».Étymologiquement, ce mot inventé par Alfonso vient du grec ancien « Sos » harmonie, « Phren » conscience et « Logos » étude. On pourrait donc traduire par l’étude de la conscience en harmonie.

Waouh, tout un programme… mais concrètement, c’est quoi ?

 

La méthode

Cette méthode de développement personnel douce, mais non sans bousculer et faire bouger, permet à chacun d’améliorer son quotidien grâce à l’expression de tout son potentiel. À la fois thérapie et philosophie de vie, la sophrologie offre l’occasion de se remettre à l’écoute de son corps. Tu sais, ce corps qui te parle sans cesse, mais que tu n’écoutes pas (j’en ai plein le dos, j’ai la boule au ventre…). Le corps et l’esprit sont intimement liés et chaque action-pensée sur l’un a des retentissements sur l’autre. Autrement dit, ma façon de penser a un impact sur mon corps et réciproquement, la façon dont je me tiens, ou je bouge influence mon mode de pensée et mes émotions. C’est une bonne nouvelle, car cela signifie donc que nous avons diverses portes d’entrée pour reprendre le contrôle… de nous-mêmes.

 

Les outils de sophrologie

Le travail en sophrologie se base sur trois types d’outils : la respiration contrôlée, la détente musculaire et la suggestion positive (ou visualisation) sont abordées à chaque séance.

La respiration permet de calmer rapidement le mental et de revenir au moment présent, la détente musculaire fait renouer avec le corps et nos ressentis et enfin la visualisation remodèle en quelque sorte le cerveau en lui proposant de nouveaux scénarios, de nouvelles connexions cérébrales.

On cherche à atteindre un niveau de conscience modifié dans lequel le cerveau est très réceptif, mais surtout libéré de tous les filtres (familiaux, sociaux, croyances limitantes…) qui freinent notre potentiel. Cet état tout le monde le connaît et y passe deux fois par jour minimum : c’est le moment entre la veille et le sommeil. Ce moment où l’on sombre dans les bras de Morphée ou quand on se réveille. Comme une sensation de doux flottement.

Il y a de nombreux ouvrages complets qui parlent de la sophrologie, et j’aurais beau écrire des romans épais comme l’encyclopédie Universalis que tu ne serais pas plus avancés, car c’est une méthode qui doit se vivre, se ressentir.

En une séance, normalement (si le courant passe bien avec ton sophrologue – c’est très très important, on appelle cela l’Alliance) ;) tu es détendue. Après entraînements réguliers (en séance, mais aussi en autonomie chez toi), tu es plus sereine et remplie des ressources que tu as travaillées selon l’objectif fixé avec ton thérapeute.

La sophrologie intervient dans de très nombreux domaines (gestion du stress, accueil des émotions, préparation mentale, gestion de la douleur, troubles du sommeil, acouphènes…), mais voyons de plus près comment cette méthode peut te venir en aide.

 

La sophrologie et toi

 

Lorsqu’une femme est « malmenée » par la vie, par les relations, l’image qu’elle a d’elle-même est souvent bien amoindrie. La femme a alors besoin de douceur, de compréhension et de soutien pour avancer et se reconstruire. Chaque histoire, chaque femme, chaque parcours est différent, c’est pourquoi le sophrologue s’adapte à chacune. Il n’y a pas de protocole copié-collé, même si les lignes directrices sont les mêmes.

1ère séance

Après une séance d’échange pour cerner tes besoins, tes attentes et définir tes objectifs, ton sophrologue te fera goûter aux premiers exercices de relaxation dynamique et de détente pour s’assurer de ta réceptivité et pour que tu puisses juger si oui ou non cette méthode d’accompagnement te convient.

Vous vous reverrez ensuite une fois par semaine maximum — le temps d’intégration des séances est important, car c’est dans cet espace de temps que tu chemines, que tu progresses et que tu gagnes en autonomie. (Ah oui, le but ultime du sophrologue est de te rendre autonome et non dépendant de lui !).

Ensuite

Lors des premières séances, tu vas expérimenter des exercices qui auront pour but de t’aider à « décharger », à vider tes tensions. Puis, en avançant à ton rythme, le sophrologue viendra nourrir les ressources dont tu as besoins et qui se trouvent déjà en toi. Si, si, tu as déjà tout en toi. Peut-être ne le sais-tu pas encore, mais tu es un diamant, un diamant brut que ton thérapeute, tel un joaillier t’aidera à façonner afin de le faire briller au grand jour.

L’estime de soi sera souvent très largement abordée ainsi que les blessures afin de les panser. En fonction de tes besoins, tu retrouver confiance en toi, force, sérénité, courage. Tu reconstruiras ton Image en renouant avec ton corps, ton corps plaisir, celui qui te veut du bien, celui qui sait ce qui est bon pour toi et te guidera vers le meilleur de toi-même dans le respect et la bienveillance.

Chez toi

Comme je le dis à chacune de mes clientes, nous ne sommes pas magiciens, ainsi il te sera nécessaire de t’entraîner dans ton quotidien (des exercices allant de quelques secondes à 15/20 min). Je cherche toujours une baguette magique afin de t’apaiser en une seule seconde, mais les Merlin et autre Harry Potter ont bien planqué leurs instruments ; du coup, je suis encore obligée de te faire travailler sur des périodes plus ou moins longues. Mais sois tranquille cependant, la sophrologie s’inscrit dans les thérapies brèves donc tu ne seras pas embarquée pour des années d’accompagnement (à moins que tu désirasses en faire une philosophie de vie et que tu aimais t’offrir ce temps de calme régulièrement). Il est assez difficile de donner une moyenne de durée, car chacune a son rythme de progression, son intensité de travail et les histoires sont diverses, mais compte entre 6 et 12 séances d’une heure pour atteindre un objectif.

L’efficacité de la sophrologie

La douceur de la sophrologie n’entache en rien son efficacité. Tu seras peut-être surprise de voir l’intensité des émotions qui peuvent remonter pendant les séances ou après. Eh oui, on remue, on brasse afin de mieux se débarrasser de ce dont on ne veut plus !

Chaque exercice a pour vocation de te faire prendre conscience de ce qui se passe en toi. Chaque ressenti, chaque émotion conscientisée te guide vers Ta vérité, vers ce qui te correspond. C’est ainsi que le chemin se fait : par des suites de prises de conscience, tu t’orientes vers des décisions, des habitudes et des modes de vie plus en accord avec toi même. Tu te relies à tes valeurs.

 

Se reconstruire avec la sophrologie
Cet article te plaît ? Épingle-le dans Pinterest pour le retrouver facilement !

Comment choisir son thérapeute

 

Il y a presque autant de sophrologie que de sophrologues… Nous sommes scindés en deux écoles cependant : les Caycediens et les non Caycediens. Cette première distinction est à éclairer, car lorsqu’on commence nos investigations, cette première mention peut induire en erreur.

Les “écoles”

Les sophrologues Caycediens sont des thérapeutes qui ont suivi le cursus établi par le fondateur de la sophrologie dans son entièreté et sa rigueur. Ils ont suivi leur formation dans des écoles affiliées à la fondation Caycedo, c’est ce qui leur donne une sorte de « marque », de « label ». Les sophrologues dits non-Caycediens, exercent la même profession, cependant ils se sont formés dans des écoles qui ne sont pas affiliées. Ils utilisent la même méthode et les mêmes outils pour parvenir aux mêmes résultats.

La scission s’est opérée tardivement quand le professeur Caycedo a commencé à sortir du champ thérapeutique et à orienter son travail vers des valeurs qui ne correspondaient pas forcément à tous. Son positionnement sur des sujets tels que l’avortement ont fini de diviser les professionnels. Bien sûr chaque camp défendra au mieux ses intérêts et donc les opinions sont libres.

Le choix

Pour que tu puisses choisir en toute quiétude, je te recommande de téléphoner ou de rencontrer une première fois ton sophrologue et de « sentir » comme le courant passe entre vous. C’est, à mon sens, primordial ! Si l’alliance ne se fait pas, je recommande à mes clients de ne pas revenir et de trouver un autre thérapeute ; c’est pourquoi je ne fixe jamais de rendez-vous à l’issue du premier contact, afin de laisser cette porte ouverte, cette liberté de choix. Ce lien que vous allez établir est important, car il te faudra faire confiance à ton sophrologue afin d’oser te livrer, afin d’oser te laisser emporter par les relaxations et pour être réceptive.

Il y a un autre critère à prendre en compte : le titre RNCP. C’est un titre reconnu par le ministère du Travail et qui garantit que la formation qu’a suivie le professionnel est de qualité, qu’il a validé son titre par un examen. Toutes les écoles (Caycedienne ou non) ne délivrent pas de titre RNCP puisque cette profession n’est pas réglementée. Ose demander à ton sophrologue quel cursus il a suivi.

Enfin, le bouche-à-oreille peut être une bonne source d’information, mais fais-toi quand même ta propre opinion, car on ne peut pas aimer et être aimé de tout le monde ; ainsi un sophrologue qui aura été carrément génial avec ton amie pour régler ses problèmes de sommeil, sera pour toi un piètre professionnel face à ta demande. Et inversement, celui que tu estimeras extraordinaire sera considéré comme mauvais par ton voisin…

Ta liberté

Il est important que ton sophrologue te laisse libre de tout jugement, interprétation ou orientation dans tes choix. TU as tes réponses, le thérapeute est seulement là pour t’aider à mettre de la lumière sur tes potentiels.

L’accompagnement sophrologique ne se substitue en aucun cas à un suivi médical ! Ton sophrologue ne doit pas intervenir dans tes prises de traitement.

Les tarifs sont fonction de la notoriété et la localisation du sophrologue. Tu peux aussi choisir des séances de groupes qui seront moins onéreuses ou te rapprocher de certaines associations qui font appel à des sophrologues.

 

Quoi qu’il en soit, essaie, fais-toi ton opinion de la méthode sophrologique et dis nous dans les commentaires tes ressentis et impressions. Pour te donner un tout petit aperçu de la relaxation (qui n’est qu’un élément parmi tant d’autres de la sophrologie), je te laisse cliquer ici pour écouter et surtout pratiquer cet exercice de respiration consciente afin de trouver un instant de calme.

Bonne détente à toi et en avant… vers le meilleur de toi-même

Tu trouveras ici un article sur la kinésiologie et ici un sur la méditation.

Attribution des photos : merci Unsplash (modifiée)

Publié le 21 novembre

 

 

  •  
    5
    Partages
  • 5
Virginie Loÿ
Je m'appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d'une relation abusive ou violente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *