Harcèlement : No-Contact ou Slow Contact, quelle est la différence ?

Posted on

J’ai récemment publié un article « Pour ou contre le No Contact ? ».

C’est un article qui m’a valu beaucoup de courrier, ce qui illustre à quel point le harcèlement est un problème réel quand on se sépare d’un conjoint ou compagnon toxique.
La conversation qui s’est engagée était, par moment, polarisée.
Certaines plaident le No Contact absolu.
D’autres mettent en avant que c’est une solution difficilement applicable quand on a des enfants avec la personne responsable (et coupable) du harcèlement.
Cette remarque est pertinente.
N’oublions pas que ne pas communiquer certaines informations à un parent au sujet des enfants communs peut constituer une infraction à la loi.

(Je rappelle ici que le harcèlement est une forme de violence psychologique pénalement répréhensible.)

I. La notion de “Slow Contact”

 

En alignement avec ma position, qui est en faveur d’une attitude réfléchie, évolutive et adaptée à chaque situation, une lectrice du blog a partagé la notion de « Slow Contact ».

Le « Slow Contact », c’est l’idée de ne pas couper les ponts, mais d’apprendre à les franchir avec patiente et lenteur.

Au lieu d’inciter à la réactivité, souvent cause d’énervements et d’envenimement des situations, cette technique encourage un contact réfléchi et posé.

« Suis-je obligée de répondre ?
Est-ce urgent ?
Est-il nécessaire de répondre 32 fois à 32 messages
qui disent la même chose en langage de plus en plus imagé ? »

 

Le Slow Contact recommande de toujours prendre son temps avant de répondre ou d’engager une communication.

 

II. Alors, en cas de harcèlement
No Contact ou Slow Contact ?

 

J’aime beaucoup le concept de l’expression « Slow Contact ».

Loin de l’idée qu’il existe une solution unique qui fonctionne pour tout le monde,
le Slow Contact est une version plus subtile que le No Contact.

C’est un moyen de s’engager dans l’action intentionnelle.

Au lieu de donner les clés de son destin à la personne qui harcèle,
c’est une habitude à prendre pour ne pas donner prise
et pour réellement choisir ses propres priorités.

 

Et pourquoi ne pas, pour décupler les effets, combiner le Slow Contact avec une communication pré-formatée ?
Et toi, que penses-tu de ces techniques ? En cas de harcèlement : No Contact ? Slow Contact ? As-tu testé ?
Partage ton expérience ci-dessous avec nous, de même que cette lectrice qui m’a fait connaître le concept !

 

 

Rejoins-nous vite sur le groupe privé gratuit sur Facebook : “Se reconstruire en toute sérénité” !

Et abonne-toi à la chaîne YouTube !

 

Publié le 27 avril

  •  
    26
    Partages
  • 26
Virginie Loÿ
Je m'appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d'une relation abusive ou violente.

2 thoughts on “Harcèlement : No-Contact ou Slow Contact, quelle est la différence ?”

  1. Moi, je serai d avis d un slow contact….
    Certes, cette relation m a complètement détruite, anéantie et je sais qu elle est hautement toxique pour moi (du moins, mon cerveau en est convaincu) mais au milieu de tt ça, il y a ma fille et la sienne qui se sont reconnues comme sœurs, il y a sa mère qui a été une perle dans ma vie…..
    Le No contact ne me paraît pas constructif pour tt ça. Certes , il me protège du jeu mais il ne me permet pas de me positionner comme individu à part entière….
    J ai subi cette relation d emprise mais je ne veux pas qu elle définisse le reste de ma vie.
    Oui, il y aura un avant et un après (irrémédiablement, comme tout traumatisme) mais je vais profiter de cette épreuve pour apprendre à m aimer moi, pour exister toute seule comme une grande…. Je veux faire quelque chose de positif de toute cette souffrance.
    Du coup, le slow contact, c est l occasion pour moi de m essayer au positionnement de ce qui est bon pour moi et quand c est ok pour moi ….

  2. Merci, Laurence : comme tu le fais remarquer, chacune doit choisir en fonction de son histoire personnelle, de la phase de sa reconstruction, des tentatives de manipulation plus ou moins virulentes auxquelles elle doit faire face, de ses forces, des risques, des enfants, des « pièces rapportées » .

    Il n’y a ni solution unique ni solution immuable. L’intelligence c’est de s’adapter à l’impermanence ☺
    Bravo, il me semble que tu as fait beaucoup de travail pour laisser derrière toi le manteau de victime et pour te relever comme une femme, forte de son histoire. Du positif, c’est ce que nous ressortons de toutes ces épreuves quand nous avons démêlé tous les liens et les pensées qui nous entravent.
    Pour moi, le bien qui est sorti de tout cela, c’est la vie que je veux, avec qui je veux, où je veux (en ce moment à Lecce dans le sud de l’Italie pour échapper à l’hiver ☺ ) ET ce blog qui donne un petit coup de pouce aux unes et aux autres en plus de celles que j’accompagne en privé en ligne.

    Je ne demande rien de plus !
    Bonne chance, tu es sur le tremplin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *