Groupe de parole : pourquoi et comment ça aide les victimes

Posted on

Comment un groupe de parole aide les victimes de violence conjugale, violences sexuelles et viol?Participer à un groupe de parole est l’un des moyens que nous pouvons choisir sur le chemin de notre reconstruction. Les groupes de paroles s’adressent aux victimes de problématiques et traumatismes très divers : violences conjugales, violence psychologique, harcèlement, inceste… La plupart des groupes sont proposés et gérés par des associations. Pour comprendre leur fonctionnement, j’ai demandé à Anya de nous parler de son engagement dans cette voie. Anya a fondé son association et son blog « Les Résilientes » pour proposer des groupes de parole aux victimes de viol et de violence sexuelle.

Dans le podcast :

Présentation d’Anya et de l’association « Les Résilientes »

 

Min 01:25 – Anya, victime d’un viol dans sa jeunesse, a commencé à aller mieux 20 ans plus tard, lorsqu’elle a pour la première fois parlé de son secret et s’est libérée par la parole. Depuis elle s’est reconstruite et formée, et veut partager avec d’autres cette option de reconstruction.

 

Comment fonctionne un groupe de parole ?

 

Min 02:38 — Dans le cas des groupes d’Anya, les participantes ont un entretien privé préalable (ce n’est pas le cas de tous les types de groupe, je t’invite à vérifier selon tes souhaits). Le petit groupe (max. 10) se retrouve tous les 15 jours pour partager : leur vécu, leurs difficultés, leurs avancées…

Min 04:40 — Le groupe ne remplace pas une thérapie : l’objectif est d’aller de l’avant, dit Anya. Grâce aux échanges entre participantes et en s’appuyant sur les outils acquis par l’animatrice lors de sa formation.

 

La parole : outil de libération

 

Min 06:10 – Anya partage comment, après 20 ans de silence, parler l’a libérée et a engagé son processus de reconstruction. Plus elle parlait, mieux elle allait, ce qui l’a incitée — dans un premier temps — à chercher une aide thérapeutique, et désormais à s’engager pour offrir cette possibilité à d’autres victimes de violences sexuelles, en proposant son propre groupe de parole.

Min 07:40 — Anya rappelle que vivre une expérience traumatique ne nous définit pas à vie.

 

Des groupes de parole pour toutes formes de violence

 

Min 08:10 — L’écoute bienveillante et la validation des expériences vécues est une expérience qui aide les victimes de traumatismes divers : violence conjugale, familiale, inceste.
(Voir ici d’autres thérapies recommandées pour les personnes souffrant de Stress Post-Traumatique)

Min 08:40 — Les participantes bénéficient à un engagement régulier, même s’il n’est nullement obligatoire. Anya rappelle que tout part des souhaits et de la volonté de la participante elle-même.

Min 10:10 — D’ailleurs, il n’y a pas d’obligation de parler ou partager non plus. On peut participer en écoutant les témoignages des autres jusqu’à ce que l’on soit prête. L’écoute seule est déjà un soutien énorme, puisqu’elle peut aider la victime à mieux se comprendre et à mieux comprendre ses souffrances.

 

Les Résilientes et autres groupes de parole

 

L'association les résilientes propose des groupes de parole pour les victimes de violences sexuellesLe groupe de parole d’Anya se réunit actuellement tous les 15 jours (à Paris). Voici le lien vers sa page de Contact, et le lien vers son blog « Les Résilientes ».

Il n’existe malheureusement pas autant de groupes de paroles que nous le souhaiterions. Je t’invite cependant à te renseigner auprès de tes associations locales. Certaines thérapeutes proposent aussi des groupes de parole, c’est le cas notamment d’Anne-Laure Buffet.

Si, de ton côté, c’est une forme de soutien dans laquelle tu aimerais t’engager, n’hésite pas non plus à te renseigner auprès d’Anya ou des associations de ta région pour savoir quelles sont les formations accessibles et/ou demandées et les possibilités d’intégrer des équipes existantes ou de créer de nouveaux groupes de parole.

As-tu bénéficié du soutien d’un groupe de parole ? As-tu une expérience ou des conseils à partager ?

 

se faire aider par un groupe de parole pour guérir de la violence conjugale
Cet article te plaît ? Épingle-le sur Pinterest pour le retrouver facilement !

 

Attribution des photos : Ethan Hu (modifiée) et Anya

Publié le 24 octobre

  •  
    7
    Partages
  • 7
Virginie Loÿ
Je m'appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d'une relation abusive ou violente.

2 thoughts on “Groupe de parole : pourquoi et comment ça aide les victimes”

  1. Merci CTE pour ta remarque.

    C’est vrai, c’est encore difficile de trouver des groupes de parole locaux. Nous avons la chance de vivre dans un monde où internet nous permet de trouver l’information et de nous retrouver autour d’un même thème. Bientôt, j’espère, des groupes s’organiseront en ligne.
    En attendant, je souhaitais faire l’éloge de l’initiative d’Anya qui, je le souhaite, en inspirera d’autres!

    D’autres options actuelles sont l’accompagnement en ligne (de plus en plus fréquent et facile à trouver, je propose le mien sous la page Coaching) et les groupes FERMÉS Faceboook. Celui du blog s’appelle “Se reconstruire en toute sérénité”.

    Voici le lien à copier-coller:
    https://www.facebook.com/groups/197285234210096/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *