Faut-il avoir confiance en soi pour réussir à se libérer?

Posted on

confiance en soi« Avoir confiance en soi » : est-ce indispensable pour sortir d’une relation toxique? Pour reprendre le contrôle de sa vie ? Pour quitter un conjoint abusif? Qu’est ce qui vient en premier? La confiance en soi – qui fait agir – ou l’action –qui donne confiance ?

C’est une question que je me suis posée grâce à mon amie blogueuse, Carolle Amorrich, du blog « Entrepreneuses à succès ». En fait, quand Carolle a proposé un carnaval d’article sur le thème « Avoir confiance en soi pour réussir », j’ai été interpellée par le sujet et j’ai eu deux réactions spontanées :


La première s’est présentée sous forme de question : « confiance en soi…


 …pour réussir quoi » ?
Et l’autre réaction–comme je suis une personne parfois logique- sous forme de réponse. Cette réponse instinctive était que « 
oui, évidemment, il faut avoir confiance en soi pour réussir ». Je n’avais pas réfléchi et je suis maintenant convaincue que c’était une réponse TOTALEMENT FAUSSE.


Pas besoin d’avoir confiance en soi pour réussir,
ni dans les affaires, ni dans les relations humaines,
et je vais vous expliquer pourquoi ci-dessous.

 

J’ouvre une parenthèse pour rappeler qu’un carnaval d’article est un événement inter-blogueurs qui nous permet –nous les rédacteurs- de nous rassembler autour d’un thème choisi par le blog hôte et de traiter le sujet chacun à sa manière. Carolle publiera sur son blog un récapitulatif des articles publiés. L’avantage pour vous, lectrice, est de découvrir des points de vue variés sur un sujet, et donc des sources d’inspirations différentes ainsi que de nouveaux blogs qui peuvent vous intéresser.

 

Avoir confiance en soi pour réussir ?

 

Ma réponse en 3 dixièmes de secondes était donc : « Bien sûr que oui ! », avec un petit côté « …faut-il même se poser la question? ».
Dès que je pense à des gens qui me semblent avoir « réussi », souvent des personnalités, j’ai la tête pleine de visages qui semblent remplis d’une bonne dose d’assurance…

Puis rapidement, je me suis dit… que je n’évaluais que le résultat de leur travail, et peut-être même, que je ne voyais qu’une façade qu’ils me présentaient.

Alors j’ai repris le thème et je me suis aperçue

  • que ce n’était pas une question, mais une affirmation (ce qui n’avait peut-être pas échappé aux lectrices plus perspicaces ou attentives que moi…)
  • et qu’en fait, c’était un thème hautement philosophique car :

 


Est-ce parce que l’on a confiance en soi qu’on réussit

ou est-ce qu’on réussit parce qu’on a confiance en soi ?

 Alors, j’ai pris un peu de temps pour réfléchir. Et j’en suis arrivée à cette conclusion :

Avoir confiance en soi n’est pas un handicap à la réussite.

Et ne pas avoir confiance en soi, non plus.

Ce qui compte en fait,

c’est le DÉSIR ET LE COURAGE DE PROGRESSER.

 

 

Le désir de progresser : le moteur de la confiance en soi

 

Ce qui m’a aidée dans ma réflexion, ce sont toutes les femmes qui ont réussi à quitter leur conjoint abusif.

Toutes ces femmes, qui ont réussi à reprendre le contrôle de leur vie, alors qu’elles partaient du niveau zéro en terme de confiance en soi. 

Toutes ces femmes qui, à force d’être insultées, dénigrées, abusées, violentées, se sentaient nulles et archinulles, incapable de faire quoi que ce soit correctement.

Ces femmes qui ne croyaient pas en elles-mêmes, se sentaient emprisonnées dans une vie épouvantable, jusqu’au jour ou elles ont VOULU que ça change. Jusqu’au jour où le désir de changement est devenu si profond et si violent qu’il a dépassé leurs peurs. Qu’il est devenu le moteur d’une transformation pour laquelle elles étaient mal équipées, mais qu’elles désiraient ardemment.

 confiance en soi

 


Avaient-elles confiance en elles ?

Non.
La plupart du temps, elles ne croyaient ni en elles-mêmes, ni en leurs chances de succès.
Quitter la relation leur semblait impossible et, parfois, plusieurs tentatives leur ont été nécessaires.
Le désir de changer leur vie leur a ouvert des portes et des fenêtres, leur a fait remarquer des possibilités qu’elles ne voyaient pas auparavant. Elles ont commencé petit, parfois très petit.
En ne disant plus toute la vérité, en cachant qu’elles avaient repris contact avec leur famille, en ouvrant un compte en banque, en téléphonant à une association… peu importe.

Par un petit geste, elles ont défié le destin.

Et chaque pas en avant est devenu une victoire.

Un jalon posé dans la reconstruction de leur confiance en elle.

 


Le courage de progresser : le moteur de la réussite

 

Le désir de changer ne suffit pas. En effet, sans passer à l’action, rien ne change. Et cela demande du courage. Le courage :

  • de renoncer à ce que l’on quitte, car le positif et le négatif sont toujours les revers d’une même médaille. En abandonnant une relation toxique, on abandonne aussi les rêves qui nous ont conduits dans cette relation.
  • d’aborder l’inconnu, ce qui réveille souvent toutes nos peurs les plus archaïques
  • de se relever à chaque chute, car on avance rarement debout et en ligne droite. On fait des erreurs, on tombe, on apprend, on recommence, on avance. Tel l’enfant qui apprend à marcher, qui tombe et se relève, et agrandit continuellement le champ de ses possibilités et sa confiance en lui.

perte de confiance

La confiance s’alimente petit à petit

 

Quand mes enfants étaient petits, je leur avais expliqué la confiance de cette manière:

« La confiance est comme un verre à eau, que tu remplis goutte à goutte, chaque fois que tu fais une bonne action et que tu es honnête. Le verre se remplit et plus il est plein, plus je te fais confiance. Si tu racontes un mensonge, c’est comme si tu donnais un coup de pied dans le verre : il est vide et je n’ai plus confiance. Alors tu dois recommencer à le remplir petit à petit et de nouveau, je verrai tes efforts et toi aussi, et la confiance reviendra. »


Il en est de même pour la confiance en soi.

Certaines personnes victimes de relations abusives n’ont jamais eu de verre plein, parce qu’elles ont grandi elles-mêmes dans des relations toxiques où l’on ne leur a pas appris à remplir leur propre verre.
D’autres ont rencontré un personne toxique, juste après un événement personnel qui les avait déstabilisées (un divorce, un deuil, la maladie d’un enfant…) et qui avait fait basculer leur verre.
D’autres n’ont pas vu que leur conjoint y perçait un petit trou par lequel leur confiance en elles fuyait.

 

Mais toutes ont la possibilité de remplir de nouveau leur propre verre,
de cesser de remplir de leurs larmes et parfois de leur sang,
un verre commun que leur conjoint renverse constamment.

 

C’est souvent long, c’est astreignant. Mais c’est gratifiant. Le succès vient en même temps que la confiance en soi.

 

Il n’y a pas de confiance en soi absolue

 

Réussir pour l’une, c’est atteindre le chiffre d’affaire qu’elle s’est donné pour objectif. Pour une autre, c’est quitter son conjoint. Pour une troisième, c’est prendre ou perdre 5 kilos, changer de boulot, partir seule avec un sac au dos, etc.

Et peut-être que la femme d’affaire pleine d’assurance n’aurais pas assez confiance en elle pour partir à l’aventure avec pour seul compagnon un sac à dos. Ou peut-être même que la femme d’affaire n’aurait pas aussi confiance pour un prochain défi ?

J’ai quitté un partenaire abusif, et j’ai fait beaucoup de travail sur moi-même pour évoluer dans mes relations avec moi-même et avec les autres . Est-ce que cela m’aide pour ce blog ? Un peu, mais pas toujours.

 

Je suis toujours aussi terrorisée par la technique.
Chaque fois que je lance une nouvelle fonction sur mon blog, je commence par me dire que je n’y arriverai jamais.
Que là, cette-fois, j’ai atteint ma limite.
Ou bien, je me demande si mon article sera intéressant.
Et puis, je m’y mets, je découpe mon objectif, je prends mon temps, j’essaye de ne pas m’énerver, je recommence quand j’échoue, et puis, quand j’y arrive, ma confiance a monté d’un cran.

Dans ce domaine, je n’ai aucune confiance en moi,
mais je le fais quand même, et j’avance.
Et au bout du compte, parfois,
je peux même me dire que JE RÉUSSIS !

Ma conclusion peut donc se résumer finalement assez simplement :

CONFIANCE EN SOI OU PAS,

QU’IMPORTE SI LE DÉSIR ET LE COURAGE SONT AU RENDEZ-VOUS !

 

 

Et vous ? Avez-vous super-confiance en vous pour certaines choses et pas pour d’autres ? Ou bien êtes-vous d’un avis totalement opposé au mien ? N’hésitez pas à partager votre expérience ci-dessous !

 

 

Publié le 7 oct.

Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
Virginie Loÿ

Je m’appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d’une relation abusive ou violente.

2 thoughts on “Faut-il avoir confiance en soi pour réussir à se libérer?”

  1. Super l’image du verre qu’on remplit ! Je vais l’utiliser… Pour ma part je trouve que la confiance se construit aussi en passant à l’action. Un petit pas à la fois…

    Je pense que la confiance en soi est un mouvement, elle vient, peut s’en aller puis revient. Et l’on n’a pas la même confiance dans tous les domaines de la vie…

    Merci pour ce sujet très intéressant 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement le guide "Comment reprendre le contrôle de sa vie"
x