Couple sain ? Peut mieux faire ? Décrypter les résultats du test

Posted on

couple sainDans l’article où se trouve le test (cliquez ici), je vous ai laissée sur votre faim… tout à la fin, justement.
Formez-vous un couple sain ? Êtes-vous l’un et l’autre également investis dans ce projet, cette aventure que représente une union durable ? Ou bien avez-vous remarqué que de mauvaises habitudes se sont installées qu’il serait bien de corriger ?

Est-ce que le questionnaire vous a permis d’identifier ce qui est le plus important dans un couple? Pour vous? Pour lui? Vos valeurs et vos attentes coïncident-elles?

Ou encore, avez-vous du mal à déchiffrer la signification de vos réponses, de vos observations ? Si quelque chose ne fonctionne pas, qui en porte la responsabilité : l’un, l’autre, les deux ? Qui peut faire évoluer les choses, et dans quel but ? Existe-t-il des tendances malsaines auxquelles vous ne pouvez rien ?

 

I. Les bases d’un couple: une question de responsabilité

 

Une amie m’a dit qu’après la lecture de ce test, elle avait pris conscience qu’elle ne savait pas « parler » dans son couple.
C’est-à-dire qu’elle ne disait jamais complètement ce qu’elle pensait dès lors qu’il s’agissait de conversations importantes, personnelles, intimes.
Elle se limitait, n’allait jamais jusqu’au fond de sa pensée ou de ses souhaits, et qu’en conséquence directe, les problèmes n’étaient jamais complètement résolu.
Elle avait aussi identifié des lacunes chez son conjoint, mais elle avait bien compris qu’elle ne pouvait pas y faire grand-chose.
Mis à part s’ouvrir elle-même et confier à son mari qu’elle était prête à vraiment l’entendre.
Il le fera, ou non. Sur cela, elle ne peut rien.

Quand je réponds à la ligne de soutien, mes interlocutrices ont une fâcheuse tendance à assumer une part de responsabilité de leur couple trop grande.

Soit qu’elles soient victimes de partenaires manipulateurs qui les forcent à ces responsabilités déséquilibrées, soit qu’elles s’en emparent elles-mêmes, pour garder la tête hors de l’eau et aller de l’avant, il est parfois difficile de voir ce qu’elles pourraient faire « de plus », car elles en ont déjà fait bien trop.

II. Une lecture personnelle des résultats

 

Aussi, il convient de se rappeler qu’analyser sa situation personnelle et celle de son couple par rapport aux 15 points du test est une affaire individuelle.

Le déséquilibre, l’unilatéralité, la répétition sont des facteurs qui devraient déclencher des sonnettes d’alarme et nous inviter à nous remettre en question.

Cette remise en question n’est pas synonyme de « faire plus d’efforts toute seule ». C’est une réflexion à mener : quelles sont mes attentes réelles, suis-je prête à faire des changements, mon compagnon est-il prêt aussi à se remettre en question ?

 

Si par exemple, vous vous apercevez que vous prenez à votre compte une trop grande part de la gestion du quotidien, mais que vous pouvez parler honnêtement à votre compagnon, vous avez les outils pour proposer une réorganisation. Qui adviendra selon vos motivations combinées.

Par contre, si vous n’êtes pas en sécurité et ne pouvez pas vous exprimer, les questions à se poser sont d’un autre ordre, car elles remettent en question l’avenir même de la relation. On ne construit pas un couple seule.

 

La liste des 15 secrets comprend des ingrédients indispensables à notre bien-être et à notre équilibre mental.
Certains sont cruciaux et leur absence témoigne d’une dysfonction dans la relation. Ceci est d’autant plus critique que

  • soit nous n’avons pas la possibilité de changer ces éléments (car ils sont sous le contrôle de notre conjoint),
  • soit nous n’avons pas les ressources pour modifier notre impact.

Dans l’impasse, il est possible de se faire aider par une thérapeute, ou une professionnelle formée aux questions de couple, notamment sur la violence psychologique (ou autre).
Cette aide peut s’avérer bénéfique pour se réapproprier sa place au sein du couple ou pour se préparer à une séparation, si c’est la solution qui vous semble la meilleure pour vous.

relation saineÀ l’issue du test, j’imagine que vous avez déjà une idée globale de la situation de votre relation. Couple sain ? Relation malsaine ? Difficultés passagères ? Problème personnel ? Quoi qu’il en soit, faites-VOUS confiance. Vous êtes la personne qui vous connaît le mieux, même si d’autres clament le contraire. J’ai dressé une liste de précisions pour vous accompagner dans vos réflexions, n’hésitez pas à me faire part de vos remarques en dessous de l’article dans la fenêtre de commentaire.

 

Note :
Si vous arrivez sur cet article sans avoir vu ou lu le test, je vous invite à le lire ici . Munissez-vous d’une feuille et d’un crayon et surtout d’un ou de plusieurs moments tranquilles pour pouvoir vous concentrer sur les questions

Si vous l’avez parcouru à la va-vite, sans vous interroger sur chacun des 15 points et de ce qu’il représente dans VOTRE couple, la suite de cet article vous donnera des indications générales. Celles-ci ne vous seront pas inutiles, mais elles ne vous aideront pas à dresser un bilan fidèle de votre situation. Et sans état des lieux, il est difficile de savoir quoi entreprendre pour améliorer votre bien-être dans votre couple.

 

III: Les 15 secrets d’un couple sain

 

Point 1 : Vous avez un espace privé au sein de la relation

 

Si vous n’avez pas de jardin secret parce que vous laissez vos enfants, votre travail et votre entourage manger tout votre temps, sachez que prendre du temps pour soi est surtout une question de décision à prendre et d’organisation autour de cette décision.
Ce n’est pas toujours facile, mais c’est toujours bénéfique : faites-le !

Peut-être même que votre conjoint vous encourage sincèrement à prendre du temps pour vous, pour vos rêves, votre épanouissement : faites-le !

Si, par contre, votre conjoint vous impose d’être à sa disposition, de confier vos mots de passe, d’ouvrir un compte joint, de révéler votre emploi du temps quotidien : il s’agit de contrôle et il est unilatéral.
Réapprendre à placer vos limites est indispensable. Voire vital.

(Et retrouvez-moi en fin d’article pour une conclusion sur ce point.)

 

Point 2 : Vous décidez d’un commun accord.

 

La réciprocité est un élément capital de ce sujet. Toutes les décisions ne sont pas toujours concertées dans les couples sains, mais au fil du temps et avec confiance, elles s’équilibrent.

Si, par contre, vous n’êtes jamais « autorisée » à prendre de décisions ou bien si celles que vous prenez sont toujours critiquées et remises en cause, votre conjoint, volontairement ou non, dénigre votre qualité d’adulte indépendant.
Si plus est, vous ne pouvez pas décider vous-même des choses qui vous concernent directement, il est primordial de retrouver votre autonomie et votre libre arbitre.

 

(Et lire la conclusion en bas d’article)

Point 3: Vous dites ce que vous pensez

 

Dire ce que l’on pense est un art et une compétence, que nous n’avons malheureusement pas tous appris dès notre plus jeune âge.
Si vos désirs secrets ne sont pas exaucés parce que vous ne savez pas les communiquer, si vous ne savez pas exprimer vos souhaits, vos peurs, vos sentiments, alors ils ne seront pas entendus, car (presque !) aucun conjoint n’est clairvoyant.
Apprendre à communiquer se fait à l’aide de développement personnel, de coaching ou de thérapie, les ressources sont multiples et facilement accessibles à qui souhaite s’améliorer dans ce domaine.

Par contre, si vous ne vous exprimez pas, ou plus, parce que vous avez appris que ça ne sert à rien, parce que vous voulez éviter « des crises », parce que vous ne savez plus ce que vous pensez ou voulez, ou parce que vous avez peur, peur de la réaction de votre conjoint (que ce soit le désintérêt, le dénigrement, la moquerie, la violence physique, etc.), alors rendez-vous à la conclusion ci-après.

Point 4. Vous vous querellez.

 

Je ne tergiverse pas sur ce point, personne n’aime se quereller, mais si les désaccords tournent en foire d’empoigne psychologique ou physique : direct à la conclusion de l’article.

Point 5. Votre couple et votre domicile sont un port paisible et sûr.

 

Le domicile est une nécessité vitale pour l’être humain : un toit sous lequel s’abriter, c’est l’un de ses besoins primaires. Il est aussi indispensable à sa santé mentale, toute personne doit avoir un lieu où elle se sent en sécurité et en paix, totalement libre d’être elle même.

Vous pouvez influer sur les niveaux de stress, les routines, si vous ne parvenez pas à vraiment vous détendre chez vous. Vous pouvez rendre votre domicile plus accueillant et plus agréable à vivre.

Mais si vous avez peur chez vous, qu’une boule se forme dans votre estomac simplement à l’idée de rentrer à la maison, et que vous longez les murs, retrouvez-moi en conclusion.

 

Point 6. Vous vous épanchez avec votre conjoint, pas avec les autres.

 

Dans un couple sain, les piliers d’amour, de respect et de confiance existent. Aussi, quand un problème touche l’un des points de cette liste, les conjoints cherchent en priorité à le résoudre entre eux, ou parfois à se faire aider, ensemble, par une tierce personne.

Si la communication avec votre conjoint est inexistante, si vous n’êtes ni écoutée ni entendue, si vous ressentez constamment le besoin de faire valider votre vécu par des personnes extérieures (des amies, ou sur les forums, par exemple), il semble difficile de voir comment les dynamiques de votre couple peuvent évoluer. Habitude ou pas, autant se débarrasser de ces avis extérieurs, pas forcément compétents et mettre à profit ce temps pour développer des solutions concrètes aux problèmes rencontrés.

Points 7, 8, 9 et 15 : La joie, l’appréciation, l’équilibre et les mots magiques

 

Ce sont des éléments souhaitables, et sur lesquels réfléchir quand on trouve sa relation un peu déprimée et morose…
Leur absence est un peu triste et, accompagnée d’autres symptômes, peut mener à la séparation, mais rien de bien dramatique là-dedans, qui ne soit négociable dans le contexte d’un couple sain.

Point 10 : Vous vous traitez avec gentillesse.

 

(Et si ce n’est pas le cas et vous traitez les gens dans la rue mieux que votre conjoint, il est temps de revoir vos comportements !)
Regarder son conjoint sous le filtre de la gentillesse est révélateur. Certes nous ne sommes pas tous « nés » gentils, mais nos intentions étant le moteur de nos actions, injecter de la gentillesse dans le couple ne fait jamais de mal.

Méfiez-vous par contre de « trop gentille », surtout si cela est dû à des limites personnelles mal placées ou non respectées.

Point 11 : Vous avez confiance en l’autre.

 

La confiance est l’un des piliers indispensables de la relation de couple. Ébranlée, elle peut avec du travail et du temps être reconstruite. Si le manque de confiance est dû à une propre jalousie infondée, mieux vaut se faire aider pour dépasser ses propres peurs et régulariser ce comportement nocif.

Si, cependant, vous ne sentez pas en vous la confiance profonde que votre compagnon veut votre bien, il manque un élément capital à votre couple.

Et en général, ce manque de confiance est malheureusement justifié. Il est impossible à re-conquérir seule, puisque l’autre doit agir — et continuer d’agir — pour se montrer digne de confiance. Les réconciliations superficielles qui n’apportent pas de changement dans le comportement de l’autre sont des gouttes de poison : elles endorment votre méfiance et sont le signe d’une grande dysfonction. Il n’existe pas de couple sans confiance, rendez-vous en conclusion.

 

Point 12 : Vous savez laisser tomber et vous pardonnez.

 

Pardonner : c’est ce que font beaucoup des personnes qui sont abusées dans les relations. Savoir passer à autre chose après avoir remis les pendules à l’heure est salutaire. Comme je l’ai indiqué dans le préambule du test, la réciprocité est une clé des clés 15 indispensables au couple sain.

Si vous êtes, soi-disant — la source de tous les problèmes et si vous passez votre vie à vous excuser (et malgré tout, ce n’est jamais assez…) vous portez une charge déraisonnable.

Il va falloir revoir les rôles et les responsabilités au sein de votre couple. On doit être deux pour danser et celui qui met ses pieds sur les vôtres ne peut pas constamment vous accuser de glisser vos escarpins sous ses grosses pattes.

 

Point 13 : Vous êtes intimes.

 

Ce qui signifie aussi pas de gestes ou de performance contre votre gré. Le non-respect de votre intégrité constitue des violences sexuelles répréhensibles par la loi.

Il ne s’agit plus de relation malsaine, mais bien de crime.

……..Direct en conclusion.

 

Point 14 : Vous avez un objectif commun et il est à jour.

 

projet de coupleAvoir un objectif commun est essentiel pour installer son couple dans la durée et le faire évoluer au fil des différentes phases de vie est important. Son absence peut donner l’impression que l’on vit dans un bateau qui flotte sans direction, mais il ne faut pas s’inquiéter, dès que l’équipage décide d’un nouveau cap, tout va bien.

Il se peut qu’en faisant ce test vous soyez justement à l’un de ces moments de flottement… Alors, réveillez-vous et sortez la carte du monde.

Si vous ne trouvez aucun but commun pour les 10 prochaines années… ou si vous ramez en directions opposées, ça ne va pas forcément marcher…

Mais de ces problèmes aussi, il est possible de sortir sans abus ni violence.

 

IV. Conclusion: Votre couple est-il sain?


Comme vous l’avez compris, la présence, l’absence, l’unilatéralité, la répétition de ces points sont plus significatives dans leur ensemble.
Si un ou deux points sont défaillants, et que les autres sont du côté positif, alors il suffira sans doute de remonter ses manches et de s’attaquer au problème. Ensemble ou séparément, selon la nature du problème et la part de responsabilité que vous vous attribuez.

 

Par contre, des réponses négatives à certains de ces points doivent être interprétées comme de véritables sonnettes d’alarme :

  • ne pas avoir de vie privée à cause du contrôle de son compagnon (1)
  • ne pas être ou ne pas se sentir en sécurité chez soi (5) ni avoir confiance (11)
  • ne pas pouvoir s’exprimer par peur, ne pas être libre de décider de sa vie (2, 3)
  • être victime de violence verbale, physique ou sexuelle (4, 13)

 

Un seul de ces faits devrait vous pousser à réfléchir très sérieusement
à l’avenir de votre relation et à vos propres souhaits.

Vous souffrez déjà certainement beaucoup.

Vous vous interrogez régulièrement.

Vous vous demandez si c’est pareil chez les autres.

Vous vous dites peut-être que cette liste est faite pour les gens qui vivent au pays des « Bisounours ».

Ou bien vous vous dites que vous êtes nulle, et vous ne voyez aucune issue.

Alors, j’en profite pour vous dire que moi aussi j’ai pensé comme ça.
Moi aussi, j’ai commencé par ne pas comprendre que ces faits ne faisaient pas « partie du contrat ».
Moi aussi, j’ai douté.
Je me suis dit que je méritais certainement ce que je vivais.
Ou plus exactement, je ne savais pas que je méritais mieux.
Je n’avais pas appris à me respecter et encore moins à m’aimer.
Et puis, je suis sortie de cette relation MALSAINE.

Et je suis ici pour vous écrire que des issues, il y en a.

Il y en a plein.

Ce ne sont pas des portes faciles à franchir,

mais elles existent.

Si vous avez des sonnettes d’alarme dans ce test :

Réfléchissez. Réagissez. Parlez. Faites-vous aider

 

communiquer sainement

 

Réagissez à cet article dans la fenêtre ci-dessous. Merci !

Rejoins-nous vite sur le groupe privé gratuit sur Facebook:Se reconstruire en toute sérénité”!

Publié le 10 septembre

 

  •  
  •  
Virginie Loÿ
Je m'appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d'une relation abusive ou violente.

4 thoughts on “Couple sain ? Peut mieux faire ? Décrypter les résultats du test”

  1. Bonjour Virginie et merci pour cet article.
    Je me reconnais dans une (bonne) partie de ces points et ça fait plusieurs mois que je “ne sais plus ce que je veux”. J’en ai parlé et suis aidée pour ne pas sombrer et avancer au mieux mais je n’ai aucune idée de ce que je peux faire pour savoir ce que je ferai si je faisais le choix de mettre un terme à ma relation. Pour tout dire, je suis totalement perdue. Que faire? Que décider? Par où commencer? Où aller? Les questions se bousculent dans ma tête alors que je me sens pressée, que j’ai hâte de savoir ce qui me correspond, vers quoi me diriger.
    Je ne suis même pas sûre que mon message soit clair, pour tout dire…
    Je me sens si fatiguée aussi…
    Encore une fois, mille mercis pour ce que vous faites.

    1. Merci Agnès pour ton retour.
      Nous devons parfois accepter que « savoir ce qu’on ne veut plus faire ou subir », c’est la seule chose que nous sommes capables d’entrevoir.
      Au fur et à mesure que nous avançons, la vie met devant nous les pierres qui formeront le gué et qui nous porteront de l’autre côté de la rivière. Nous ne savons pas exactement ce qu’on va trouver là-bas, de l’autre côté.
      Le paysage se dessine quand on s’en rapproche. Plus nous avançons, plus nous sommes convaincues que nous allons y arriver. Il faut juste commencer de mettre un pas devant l’autre, et faire une chose par jour.

      Et puis, aucune des solutions que l’ont met en place n’a besoin d’être définitive : on va avancer, on va se retrouver et on pourra encore changer d’appart, le jour venu, ou de boulot, de groupe d’amis, de style de vie, de coiffure…. de tout !
      Fais-toi accompagner si besoin. Contacte-moi par la page contact si tu souhaites le faire en coaching. Et si tu es très fatiguée, consulte un médecin pour vérifier que tu n’es pas en dépression : la maladie fatigue, rends confuse, empêche de savoir ce qu’on veut et donc de prendre des décisions. Si c’est le cas, un traitement est indispensable et décuple aussi l’effet du travail d’accompagnement, puisque le système neuronal retrouve ses capacités pour construire de nouvelles connexions.

  2. Bonjour, merci pour cet article qui donne une bonne base de réflexion.
    Je le reconnais dans certain point (peur de communiquer à cause de ses réactions, être contrôlé quand elle veut d’tout Savoir at qu’elle me demande de ne plus voir ma meilleure amie par jalousie). Je suis conscient que j’ai ma part de responsabilité car je n’ai pas assez communiqué pour lui dire ce que je ressentais et imposer mes limites.
    Nous avons des discussion et elle n’a jamais voulu changer de perspective (elle. N’essayait pas de comprendre mon point de vue et donc c’était normale qu’elle soit énervée car j’avais tort). J’avais l’impression de toujours céder pour que notre relation soit paisible.
    Je suis parti et maintenant mon amie me dit qu’elle veut changer. Elle a réalisé que ces comportements étaient excessifs et elle a commencé une thérapie. Je suis perdu car j’ai forcément envie d’y croire. Est ce que c’est possible de changer ? Dois-je laisser une chance à notre relation?

  3. Bonjour Gwen, merci de ton commentaire.
    Comment savoir, à l’avance, si quelqu’un changera, ou pas… et de quelle manière?
    Heureusement que nous avons en nous le pouvoir de changer, en tout cas pour la plupart de nous.

    Notons cependant que les personnalités manipulatrices sont spécialistes d’annoncer qu’elles vont changer, de prendre rendez-vous et montrer qu’elles le font, uniquement pour “raccrocher” la personne qui les quitte. Au mieux, elles se désengagent de leur thérapie dès que leur “proie” revient, au pire, elles utilisent tout ce qu’elles apprennent en thérapie pour manipuler l’autre encore mieux. Personne ne peut savoir si c’est le cas de ton amie ou non, peut-être même pas elle-même.

    Le plus important, c’est sans doute de te concentrer sur ton travail à toi et de prendre le temps. Comprendre ce que tu attends réellement d’une relation, comment prendre ta responsabilité au sein de celle-ci, c’est à dire poser tes limites, accepter que l’autre ait ses propres comportements sans en faire tes barrières, et ouvrir le dialogue.
    Une relation n’est pas paisible si la colère ou l’insatisfaction bout sous la surface…. Tu t’en es aperçu.

    Fais le travail que toi-même dois faire et laisse la place à ton ex-compagne pour faire le sien.
    Si ton bonheur est conditionné au changement (éventuel) de quelqu’un d’autre, alors il t’échappera toujours.
    Si tu veux en discuter, tu peux demander un entretien gratuit avec le lien ci-dessous:

    https://une-chose-par-jour.com/accompagnement-et-coaching/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *