Comment sortir d’une relation toxique : coaching ou thérapie ?

Posted on

Bienvenue à nouveau sur le blog ! Comme ce n'est pas la 1ère fois que tu viens ici, as-tu bien téléchargé ton PLAN en 3 ÉTAPES pour TOUT RECOMMENCER SANS PEUR? C'est le guide parfait pour identifier ses peurs et agir en conséquence 🙂 : clique ici pour le télécharger gratuitement !

[Article invité] J’accueille aujourd’hui Christophe Peiffer, auteur du blog des rapports humains depuis 2011 (www.le-brh.com). Partisan des parcours variés, il est à la fois infirmier en psy depuis 1998 et coach professionnel depuis 2009, ce qui lui permet de nous apporter son regard éclairé sur la question de l’accompagnement quand on se demande comment sortir d’une relation toxique. En effet, la combinaison de ses activités où l’humain est au centre, a tissé son fil rouge professionnel, qu’il qualifie de projet de vie : accompagner l’Humain vers ce qui est important pour lui : la santé (en tant que soignant), des objectifs (en tant que coach) et de l’information (en tant qu’auteur). Dans son article, il nous aide à :

  • définir ce qu’est une relation toxique,
  • analyser pourquoi nous « tombons » dans ces relations malsaines,
  • comprendre les difficultés à surmonter pour en sortir,
  • évaluer, entre coaching et thérapie, l’accompagnement qui nous convient.

 

Merci à toi, Virginie, de me donner l’occasion de partager un peu de contenu avec tes lecteurs. Et d’autant plus, sur un sujet se trouvant précisément sur une frontière souvent difficile à identifier pour les clients entre la thérapie et le coaching. Je vais donc tenter un numéro d’équilibriste en partageant ce que je vois depuis ma fenêtre sur le sujet et sous cet angle bien particulier que sont les relations toxiques, et comment s’en sortir.

 

D’autres questions viennent d’ailleurs volontiers s’y associer : qu’est-ce qu’une relation toxique ? Pourquoi s’y être engagé ? Pourquoi est-ce difficile d’en sortir ? Qu’est-ce que cette relation vient (quand même) satisfaire comme besoin ? etc. Avant de voir quelle est l’approche qui convient pour savoir comment sortir d’une relation toxique, je vous propose de répondre à ces questions.

I. Qu’est-ce qu’une relation toxique ?

 

Désolé de commencer avec ça, mais rappelez-vous la dernière fois où vous avez eu une gastro ou une intoxication alimentaire ; c’était pas la joie n’est-ce pas ? Sans rentrer dans les détails, votre corps a fait en sorte d’évacuer par tous les moyens un virus indésirable dans votre organisme. Ce virus vous a retourné tripes et boyaux et vous a mis à plat pendant plusieurs jours. On peut alors dire que la relation que vous avez eue avec ce virus était on ne peut plus toxique.

 

Et bien pour une relation toxique avec une personne, c’est un peu la même image, mais avec une durée beaucoup plus longue. Et au lieu de vous retourner tripes et boyaux, cette relation vous retourne le cerveau. Malheureusement, là où votre corps pouvait rejeter le virus indésirable, votre cerveau ne peut pas en faire autant avec la personne à l’origine de la toxicité de la relation. Et le mal s’installe en souhaitant vous dire quelque chose… que vous n’entendez pas ! La « mal-a-dit » n’est alors pas très loin de montrer le bout de son nez (trouble anxieux, dépression, conduites addictives, troubles somatiques, etc.)

 

Pour revenir un peu dans le concret, je dirais qu’une relation devient toxique dès qu’elle remet en question votre équilibre psychique à plus ou moins long terme. Plus précisément, la relation toxique vient altérer plusieurs éléments composant cet équilibre :

  • Confiance en soi
  • Image de soi
  • Amour de soi
  • Identité
  • Valeurs et croyances

 

Elle agit donc comme un virus installé dans votre psychisme ; virus qui finit par saboter votre équilibre intérieur à petit feu.

II. Pourquoi s’être engagé dans une relation toxique ?

 

« Eh ben voyons ! Comme si j’avais fait exprès de m’engager dans une relation toxique. »

Attendez. Ne partez pas, laissez-moi argumenter.

 

Imaginez que vous ayez un don d’extra-lucide et que vous lisiez votre avenir aussi clairement que vous êtes en train de lire ces lignes ; si vous aviez vu que la relation dans laquelle vous êtes sur le point de vous engager vous amènerait à de multiples sources de stress voire de souffrance, il y a fort à parier que vous auriez fait d’autres choix (je vous fais grâce de certaines dispositions exceptionnelles liées au masochisme affectionné par certain(e)s). Et comme la plupart d’entre vous ne possèdent pas ce don de voyance, il n’y a donc aucune culpabilité à avoir à vous être engagée dans ce type de relation.

 

Pour autant, une relation est comme une écharpe tenue à chaque bout par chacun des acteurs de la relation. Du coup, chacun est responsable de son bout. Il y a donc bien des « choses » qui vous ont conduit à saisir cette écharpe par le bout qui vous appartient. Et la première de ces « choses » porte un nom, ATTENTE et plusieurs prénoms, MAGIQUE, IMPOSSIBLE, ILLUSOIRE.

 

Chaque relation naissante est alimentée par tout un tas d’attentes plus ou moins conscientes (plutôt « moins » que « plus » d’ailleurs). Et parfois, il s’avère que certaines de ces attentes soient purement et simplement impossibles ou à minima, non adaptées. J’en avais d’ailleurs donné quelques exemples avec cet article dans mon blog « Les 7 attentes impossibles ».

 

Du coup, répondre à la question « Pourquoi je me suis engagé(e) dans cette relation toxique ? » revient à vous demander « Quelles étaient mes attentes au départ de cette relation ? » Et en faisant preuve d’un minimum d’objectivité vous en verrez apparaître une ou plusieurs pouvant entrer en résonance avec le caractère toxique du résultat.

Bon, ça, c’est pour l’entrée dans la relation toxique.

Mais qu’en est-il de la sortie ?

 

III. Pourquoi est-ce difficile de sortir d’une relation toxique ?

 

C’est vrai après tout. Quand vous avez mangé un truc qui vous a achevé pendant trois jours, vous n’allez pas manger à nouveau ce truc pendant un bon bout de temps (voire plus jamais).

Alors pourquoi n’est-ce pas pareil avec une relation toxique ?

Vous vous doutez bien qu’il n’y a pas une, mais plusieurs raisons à ça. Je vous en cite quelques-unes en vrac, qui mériteraient un article à part entière pour chacune :

  • L’escalade de l’engagement – C’est un biais cognitif qui consiste à vous accrocher à une situation en justifiant la décision prise dans le passé d’y être entré ou de l’avoir généré… même en observant ses conséquences négatives.
  • L’effondrement de l’estime de soi – C’est malheureusement l’une des conséquences majeures d’une relation toxique sur le long terme. Le partenaire « intoxiqué » ne trouve plus les ressources internes pour sortir de cette situation.
  • Les (fausses bonnes) raisons de l’engagement dans la relation – Voir le paragraphe précédent.
  • La faille du lien d’attachement – C’est dans cette faille que le partenaire toxique s’est inséré avec malice et perfidie. Si au début la faille était en apparence comblée, il s’avère qu’avec le temps le partenaire toxique prend un malin plaisir à la creuser pour rendre encore plus dépendante sa victime.

 

Voilà un aperçu des grands thèmes qui font de la sortie d’une relation toxique un véritable combat difficile à mener. Il en existe bien d’autres, mais tous tournent autour de ces grands thèmes.

 

Pour autant, il est toujours possible de s’en sortir. Pour cela, être accompagné dans cette épreuve me semble important, voire indispensable dans certaines situations.

 

Et c’est là que je réponds enfin à la question de départ (c’est pas trop tôt:-) )

 

IV. Comment sortir d’une relation toxique – Coaching ou thérapie ?

 

Depuis que j’exerce dans ces deux disciplines (vingt ans pour la psy, dix pour le coaching), j’ai observé un élément clé pouvant fournir un début de réponse. Cet élément ne situe pas forcément au niveau de la méthode (coaching ou thérapie), mais plutôt au niveau de la personne qui souhaite être accompagnée. Et plus précisément de là où elle en est dans son processus de transformation, de transition, de mobilisation de ressources et d’élaboration psychique.

 

Prenons un exemple pour rendre tout ce charabia plus vivant.

 

Florence est engluée dans une relation avec homme qui, bien que d’apparences « gendre idéal », lui fait vivre un enfer dès qu’ils se retrouvent sans regard témoins. Critiques incessantes, dépréciations à la limite de l’humiliation, retournement de « comportements fautifs », tout est là pour anéantir le peu de confiance qu’elle avait en elle au départ de la relation. Il ne lui reste que très peu d’amies, car « IL » a fait en sorte de l’isoler peu à peu de ses relations sociales. Florence pense à partir, mais cette idée est source d’anxiété prenant une ampleur démesurée dès qu’il s’agit de passer à l’action. Un mélange de peur, de doute, de vide, de faux espoirs vient étouffer son étincelle de motivation. Du coup, elle se dit pour la énième fois que « ça » va s’arranger… bien qu’elle sache au fond d’elle-même que c’est peine perdue.

 

Voici pour le contexte.

De là, plusieurs options s’offrent à elle :

 

Option 1 :
Florence va voir un coach pour trouver en elle les ressources nécessaires pour s’extraire de cette relation dans un premier temps et « tenir bon » une fois le pas franchi.
Le travail se fera autour de sa confiance en elle, de l’ouverture aux possibles en dehors de cette relation toxique, du renouement avec ses relations sociales et des nouveaux engagements qu’elle est prête à passer avec elle-même.
Malgré la peur, elle se sent prête à prendre sa décision.
Elle a surtout besoin d’explorer comment elle va s’y prendre pour sortir de la relation.
Elle se penchera sur le « Pourquoi » elle en est arrivée là plus tard ; pour éviter de retomber dans le même type de relation.

 

Option 2 :
Florence va voir un thérapeute pour déposer la souffrance qu’elle éprouve, trouver des réponses et des conseils avisés sur ce qu’elle doit faire et ne pas faire ou comprendre ce qui l’a conduit à s’engager et maintenir cette relation.
Elle n’est pas encore prête à prendre de décision ; elle a d’abord besoin de comprendre pourquoi elle en est là et de retrouver un peu d’estime d’elle-même.
Peut-être, alors, qu’elle pourra se pencher sur le « Comment » sortir de la relation toxique.

 

Vous voyez que la frontière est assez poreuse entre les deux approches dans ce type de contexte. Il n’y en a pas une meilleure ou plus efficace que l’autre. Je connais des coachs capables d’accueillir Florence avec l’option 2 et des thérapeutes intervenir avec l’option 1.

Comme je le disais précédemment, choisir l’une ou l’autre option dépendra de là où vous en êtes dans votre réflexion, vos émotions, votre capacité à agir.

 

Partir sur une thérapie et comprendre les « Pourquoi » si votre priorité est de savoir « Comment » vous y prendre pour sortir de la relation peut se révéler contre-productif.

De la même manière, partir sur un coaching pour voir « Comment » sortir d’une relation toxique, alors que vous êtes tellement fragilisée que la moindre décision à prendre est devenue un calvaire, risque d’ajouter du stress et une « surcouche » de culpabilité à votre mal-être.

 

En conclusion, je dirais que la meilleure méthode pour sortir d’une relation toxique est celle qui vous permettra de le faire en étant en accord avec votre écologie personnelle.
Et au-delà de la méthode, je reste aussi convaincu que l’élément clé de votre accompagnement se tient dans le feeling que vous aurez avec votre [choisissez l’appellation qui vous convient:-) ]

 

Merci Christophe pour cet article qui nous éclaire d’une manière nouvelle 🙂
J’ai précédemment publié un article sur la question du choix de l’accompagnement: tu peux le lire ici.

Et toi qui lis cet article, quelle solution d’accompagnement as-tu choisi pour avancer ou bien quelles sont tes hésitations pour t’engager dans l’une ou l’autre de ces voies ?

Tu es la bienvenue pour échanger dans le groupe privé gratuit sur Facebook : « Se reconstruire en toute sérénité » !

Et tu peux, si tu le souhaites, t’abonner avec ce lien à la chaîne YouTube !

 

Attribution des photos : Brandon Kelley(couverture, modifiée)

Publié le 30 mai

  •  
    2
    Partages
  • 2
Virginie Loÿ
Je m'appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d'une relation abusive ou violente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *