Une chose par jour: un défi à relever

Posted on

Bienvenue sur le blog « Une chose par jour » et à la lecture de ce premier article

En janvier 2003, je quittai un partenaire abusif et violent, un homme avec lequel j’avais été presque quinze ans et qui est le père de mes deux filles. Aux yeux de monde, mon divorce fut le début de ma renaissance.

Cependant, pour moi, le déclic et les premiers pas vers ma libération se sont produits le jour où un tas de révélations toutes les plus incroyables les unes que les autres me sont tombées dessus :
– non, de nous deux, ce n’était pas moi « la folle »,
– non, ce n’était pas « normal »
– oui, il était possible que j’y laisse un jour ma peau…
Et surtout :
– non, ce n’était pas « ça » la vie. Il y avait forcément quelque chose de « moins pire ». Je ne voulais pas que ma vie se résume à cette histoire, je ne voulais pas un tel exemple pour mes filles. Je ne valais peut-être pas grand-chose… mais quand même un peu mieux que ça !

entraide, soutien aux femmes, s'engager contre la violenceDésormais, je réponds au téléphone dans une association de soutien aux femmes victimes d’abus et de violences. Je m’implique de façons diverses et je ne veux pas garder le silence. Cependant, dans ce blog, ce n’est pas de moi que je souhaite parler, même si mon expérience peut me servir à comprendre certaines dynamiques ou à illustrer des propos. Aujourd’hui, évoquer cette —longue — période de ma vie ne provoque pas en moi d’émotion particulière. Je me dis que c’est dommage d’avoir dû en passer par là… de la même manière que je me dis que c’est dommage qu’il ait plu dimanche… (Si vous m’aviez prédit cela il y a quinze ans, je ne vous aurais jamais cru.)

À l’instar de certaines autres victimes qui se sont engagées contre ce fléau, je veux en parler à voix haute et à visage découvert. J’aimerais que toute femme qui doute de la « normalité » de sa relation amoureuse puisse trouver des ressources pour s’interroger, évaluer sa situation, remettre en cause ses convictions, confronter ses peurs, comprendre les mécanismes, retrouver des forces, prendre des décisions et redevenir l’actrice de sa propre vie. Et sur ce chemin, être accompagnée.

Une chose par jour : une démarche pour relever tous les défis !

 

On ne part pas sur la lune en ne faisant qu’en rêver…
Tous les grands voyages commencent par un premier pas : l’objectif en tête et les pieds sur terre !

J’ai depuis longtemps le désir d’apporter ma contribution à la lutte contre ce fléau qu’est la violence domestique (qui comprend la violence psychologique, dans les faits, même si rarement dans les statistiques). Je ne me suis pas précipitée. Intuitivement, je savais que je reconnaîtrais l’opportunité et la manière de le faire quand elle se présenterait. Et voilà : le jour est venu !

Comment partager avec un grand nombre de personnes sans lourde structure ?
Internet, bien sûr…
Mais je suis technophobe (… et j’ai cinquante+ ans, je ne suis pas née avec un smartphone entre les doigts). Donc c’est un défi, un défi que je vais relever en faisant une chose par jour. Je suis les cours d’une formation en ligne (merci à Olivier Roland). Je m’engage à faire une chose par jour, pour apprendre la technique, faire les recherches pour mes articles, trouver des intervenants, des partenaires, des liens pertinents, pour développer des guides et, à terme, un accompagnement des femmes qui le souhaitent. J’apprends à utiliser des programmes, des plugins, des widgets, toutes sortes de services dont je ne connaissais ni l’existence ni le nom il y a quelques mois. Je vais apprendre à faire des podcasts, des vidéos sur YouTube, à faire le buzz sur les réseaux sociaux. J’ai même déjà manipulé des photos ! C’est fou, plus j’apprends, plus je suis curieuse et audacieuse ! J’ai enterré l’idée que « ce n’était pas possible » et vous savez quoi ? … Je danse sur cette tombe !

Je compte sur vous pour m’aider à relever ce défi et faire circuler l’information.
40 % des femmes en France sont victimes à un moment de leur vie. Même si vous n’êtes pas concerné(e) vous-même, regardez autour de vous et comptez : la boulangère, votre cousine d’Alsace, la dermatologue de votre ado boutonneux, la voisine du 4ème, la comptable de votre boîte, votre amie d’enfance dont vous n’avez plus guère de nouvelle, une vague connaissance qui poste un article sur les pervers narcissiques sur Facebook, votre sœur dont le mari n’est vraiment pas commode, votre copine du cours de danse, la fille qui s’assoit à côté de vous dans le bus tous les matins… Parmi ces dix, quatre sont concernées. Savez-vous lesquelles ?

La violence ne se voit pas toujours. Mieux vaut faire circuler l’information. Partagez !

Je vous en remercie de tout cœur <3

Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
    41
    Partages
  • 41
  •  
  •  
  •  
Virginie Loÿ

Je m’appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d’une relation abusive ou violente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement le guide "Comment reprendre le contrôle de sa vie"
x