Une astuce géniale pour visualiser ses options

Posted on

visualiser

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous ne sommes pas toutes nées sous la même étoile : la mienne est très visuelle et j’ai souvent besoin d’inventer des « trucs » pour visualiser mes possibilités, mes objectifs, les chemins pour y arriver… ce que je vais partager avec vous ici. Je suis presque sûre qu’il vous arrive aussi de vous perdre dans votre tête, chaque pensée entraînant la suivante, sur des chemins invisibles dans une tête déjà remplie de tous les tracas du quotidien.

Bref, on perd le fil et ne nous reste que le vague sentiment de ne pas savoir où on en est. J’ai de la chance puisque mon étoile est aussi créative. Je me suis aperçue au fil du temps que les astuces que je m’invente sont parfois très utiles aux autres. Je vois facilement des « messages » cachés dans mon environnement (là… ça fait un peu peur… Mais il n’y pas de quoi, je vous promets ! Continuez à lire, voyez si ça marche pour vous, et sinon, oubliez vite. Mais si ça vous parle, ça ne prend aucun temps ni aucune énergie…)

Je partage ici une astuce de visualisation qui m’aide quand j’ai l’impression de n’avoir aucun choix, le sentiment d’être acculée dans un coin et de n’avoir aucune issue possible ou aucune option.

 

Visualiser ses options

 

De quoi avons-nous besoin pour visualiser ?

De deux murs.

À moins que vous soyez en train de me lire sur votre portable à bord d’un bateau à voile ou au milieu d’une forêt*, il vous suffit de lever les yeux : ils sont là. Et on en trouve partout.

(Si vous me lisez alors que vous êtes en plein air, c’est ok si c’est votre seule possibilité. Si ce n’est pas le cas, je vous invite à mettre votre portable dans votre poche, et à profiter de la nature et de la respiration. La combinaison des deux est une ressource inestimable — et gratuite. Retrouvez-moi plus tard, je serai encore là !)

Donc vous avez ces deux murs. Un angle, un coin, une voie sans issue.

Suivez l’arête vers le haut, la ligne où les deux murs se rencontrent, jusqu’au plafond (ou bien jusqu’au sol, personnellement, je préfère vers le haut, mais s’il n’y a pas de plafond, ça marche aussi vers le bas). Observez que la ligne que vous suivez des yeux se divise en deux et forme la lettre

 Y 

Que représente cet « Y » ?

 

À mes yeux, cet « Y » représente bien plus que deux murs, un plafond, un coin.

J’y vois une route, la route sur laquelle je voyage. Et sur laquelle j’arrive à une fourche : un endroit où la route se sépare en deux et où je dois faire un choix. Où j’ai la POSSIBILITÉ DE FAIRE UN CHOIX.

C’est ce que tous ces angles me rappellent constamment. Je peux être en train de rêvasser (les toilettes sont un lieu parfait pour trouver plein de coins et l’inattention propice aux voyages dans la tête…)

Et dans la vie, il y a toujours des choix. Il y a plein de choix possibles.

Il y a toujours au moins DEUX options. Ce n’est pas forcément entre option A et option B., car souvent c’est entre faire A ou ne rien faire que l’on doit décider. Et ça aussi, c’est un choix.

Les angles des murs me permettent de visualiser que, quoi que je fasse, j’ai toujours des options. Continuer à vivre comme je vis maintenant est un choix : le choix de ne rien tenter de nouveau. (Et là j’en profite pour rappeler la mécanique : si on fait toujours la même chose, on obtient toujours les mêmes résultats.)

 

Comment « visualiser mes options » me rend service ?

 

Pour commencer, ça me motive en remettant les bases en place.

Si je me sens coincée dans une situation sans solution apparente, il suffit que je lève les yeux pour me rappeler « que c’est n’importe quoi ». J’ai des options, c’est simplement que pour l’instant, je ne les vois pas (ou je ne veux pas les voir = même résultat, je me sens bloquée).

Ensuite, ça m’incite à faire un choix, à essayer une nouvelle route. Et si ça me marche pas, je peux soit revenir en arrière soit être sûre qu’un nouveau choix se présentera à moi. Des coins, il y en a partout, autant que de choix qui s’offrent à moi et je ne vois pas toujours.

L’important, c’est :

  • de lever la tête, pour s’en rappeler (l’expression « la tête dans le guidon » est très parlante, et on l’associe souvent à « et droit dans le mur », no comment…)
  • d’avancer : choisir une route ou l’autre, expérimenter, faire des erreurs, tomber, se relever, et de nouveau DÉCIDER.

 

L’avantage, c’est qu’en prenant ainsi l’habitude de prendre des petites décisions chaque jour, plutôt que de rester dans le statu quo :

  • j’apprends à prendre des décisions, donc ça devient de plus en plus facile,
  • je coupe l’éléphant en morceau : chaque tâche est plus facile à atteindre, quand l’objectif est découpé en morceaux
  • les décisions que je prends deviennent meilleures puisque, comme toutes les compétences, on s’améliore en s’entraînant. Donc, j’atteins de mieux en mieux mes objectifs, ce qui me fait avancer, ce qui me donne la possibilité de faire de nouveaux choix et petit à petit d’atteindre mes objectifs. C’est un cercle vertueux. Je suis plus satisfaite de mes réussites, que je ne dois qu’à moi (et non pas « au temps qui passe ») et moins déprimée par mes échecs puisque je sais que de nouvelles alternatives vont se présenter à moi.

 

Je peux influencer mon destin

visualisation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est le message que m’envoient tous les murs, ceux-là mêmes contre lesquels je me tapais la tête autrefois. Ceux-là mêmes que je prenais de plein fouet quand j’avais la tête dans le guidon et que je croyais que ma seule option, c’était d’aller tout droit.

Trouvez vos « coins ». Ces angles qui vous rappellent que la vie est un chemin, un chemin avec des choix possibles, les erreurs de cap aussi, autant que les changements de barre.

Trouvez vos coins : ceux que vous voyez d’un regard vide dans la pénombre de votre chambre quand vous n’arrivez pas à dormir. Ceux qui vous entourent de tous côtés quand vous vous enfermez dans les toilettes pour une minute de calme. Ceux qui suivent les tunnels du métro, les murs de votre bureau.

Se rappeler que l’on a des options, c’est le début d’un mouvement où l’on devient maître de ses choix.

 

N’oubliez pas de me dire dans les commentaires si vous me trouvez folle ! À bientôt !

 

 

publié le 20 septembre

Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
Virginie Loÿ

Je m’appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d’une relation abusive ou violente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement le guide "Comment reprendre le contrôle de sa vie"
x