Arrêter les Pensées Négatives en 3 Étapes

Posted on

Comment arrêter les pensées négatives ? Quand serais-je débarrassée des pensées négatives automatiques ? C’est une question que je me suis longtemps posée et cet article est inspiré des interrogations d’une participante au programme d’accompagnement mensuel « Super Vivantes ». Question légitime : si on fait un travail sur soi, l’objectif est bien de se sentir mieux et donc d’évoluer vers un environnement mental plus positif… Pourtant, il semble impossible d’en finir avec les pensées négatives.
Où est le « hic » ? Prépare-toi, dans cette vidéo, à un petit spoiler ! Mais pas d’inquiétude : je partage aussi les 3 étapes qui m’aident quotidiennement à me libérer des conséquences des pensées négatives.

Arrêter les pensées négatives

 

[Spoiler !] Arrêter les pensées négatives… c’est malheureusement impossible! Avec 60-65 000 pensées par jour, notre cerveau nous proposera jusqu’à la tombe aussi bien le meilleur que le pire. Autant de pensées négatives, dévalorisantes ou désagréables que de pensées positives, agréables et constructives. C’est le rôle de la partie primitive de notre cerveau, celle qui nous a permis de survivre en tant qu’espèce et en tant qu’individu, jusqu’à aujourd’hui.

Cela ne veut pas dire que nous sommes condamnées au pessimisme ou au négativisme ! Car, avec la partie plus évoluée de notre cerveau, nous avons le pouvoir de choisir les pensées auxquelles nous accordons notre attention.

3 étapes pour vaincre les pensées négatives

Notre pouvoir est total : notre pouvoir est celui de décider ce en quoi nous voulons croire. Nous devons commencer par apprendre à bien faire la différence entre les circonstances et nos pensées (je t’invite à lire cet article sur la neutralité des circonstances). Ensuite, à nous de porter notre attention et nos efforts sur les pensées qui nous mènent vers le climat émotionnel propice à la réalisation de nos objectifs. Il ne s’agit donc pas tant d’arrêter les pensées négatives, que de cesser de leur accorder de l’importance.

 

Étape 1 : installer une station de tri des pensées

Pour illustrer ce principe, nous pouvons imaginer une station de tri dans notre tête avec un volet qui dirige les pensées soit vers une gigantesque poubelle sans fond, c’est là que nous orientons les pensées négatives, inutiles (=qui ne produisent pas les résultats que nous voulons), désagréables ou qui nous font souffrir et de l’autre, les pensées que nous voulons conserver, développer ou cultiver : celles qui nous font du bien et nous portent vers la vie que nous voulons créer.

Ainsi dans nos situations de la vie quotidienne, nous pouvons reconnaître quand une de nos pensées négatives récurrentes se présente et décider consciemment de la « mettre à la poubelle ».

 

Dans le cas de ma participante à Super Vivantes, cette pensée est « Il y a ZÉRO côté positif à être seule. »

 

Étape 2 : choisir consciemment une pensée plus utile

L’objectif n’est pas de se lancer dans le positivisme à tout prix, mais de travailler avec une pensée un cran plus agréable et à laquelle tu es capable de croire, c’est-à-dire un tout petit effort de confiance, d’élargissement de ta zone de confort.
Il faut donc faire le travail de trouver cette pensée et de bien vérifier qu’elle génère en toi une émotion plus agréable et plus porteuse que la première pensée. Pour explorer ce travail, tu peux lire ici l’article sur les passerelles de pensées.

Pour la personne citée précédemment, se dire qu’être seule a plein d’avantages est totalement hors de portée actuellement : l’émotion générée pour elle par cette phrase serait plutôt de l’ordre de l’angoisse. En revanche, « Je suis mieux seule qu’avec quelqu’un qui me fait du mal » la fait immédiatement se sentir un peu mieux, ce qui se traduira par des petites actions concrètes dans sa vie.

 

Étape 3 : Répéter, répéter, répéter

Une fois qu’une bonne pensée de travail est trouvée… il faut la mettre en pratique en répétant inlassablement. Dans la pratique, cela signifie que chaque fois que sa pensée “Il y a ZÉRO côté positif à être seule” et ses sœurs :  “ C’est nul d’être seule ; tout le monde me délaisse ; si je suis seule, c’est que je ne vaux rien… ” se présente, elle doit donner l’ordre à son cerveau de les refuser, de les mettre à la poubelle et de se connecter totalement avec la pensée actuelle qu’elle pratique actuellement: “ Je suis mieux seule qu’avec quelqu’un qui me fait du mal ”.

Cet exercice permet d’arrêter les pensées négatives dès leur apparition et de les remplacer par de plus constructives. Ce faisant, nous déconstruisons des connexions neuronales néfastes et en construisons de nouvelles qui sont propices au développement que nous souhaitons.

Une fois que ce premier stade sera devenu familier et automatique, nous pouvons passer à une nouvelle pensée un cran émotionnel au-dessus, et petit à petit créer les résultats que nous voulons puisque nous nous sentons de mieux en mieux.

 

En résumé

Quand tu prends conscience de pensées qui ne te sont pas bénéfiques, reste consciente ! Fais le choix délibéré de:

  1. jeter cette pensée à la poubelle,
  2. la remplacer par une pensée qui te rapproche de tes objectifs et à laquelle tu es capable de croire actuellement et
  3. entraîne-toi quotidiennement jusqu’à ce qu’elle devienne une seconde nature.

Ce sont des exercices que tu peux pratiquer seule ou accompagnée. Attention à bien faire la différence entre tes pensées et la réalité factuelle, et de trouver le chemin qui mène pas à pas vers ton objectif ultime. Si cette forme de travail te parle, et si tu souhaites entreprendre un travail pour t’affranchir de tes schémas négatifs et construire une vie qui te plaît, n’hésite pas à me contacter pour en parler.

 

  •  
  •  
Virginie Loÿ
Je m'appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d'une relation abusive ou violente.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *