Aider avec un blog : est-ce possible ? Est-ce réaliste ?

Posted on

J’écris cet article de Paris, où je suis en visite pour me former et développer des contacts pour le blog. Et comme je rencontre beaucoup de nouvelles personnes, je dois souvent expliquer pourquoi j’écris ce blog et comment l’idée m’en est venue… On me demande aussi si l’on peut réellement aider les victimes de relations toxiques, abusives ou violentes avec un blog.

Je partage ici mes réponses avec vous.

 

aider les victimesPeut-on réellement aider avec un blog ?

 

Ma réponse est que l’on verra plus tard.

Si je pensais que le blog n’aiderait personne, je ne me serais certainement pas lancée dans cette entreprise. Je n’aurais pas eu la motivation pour dépasser ma peur de l’aspect technique ni celle des critiques, je ne suivrais pas de formation pour bloguer et j’aurais beaucoup de mal à me tenir à la régularité de publications qu’exige un blog inspirant.

Mon constat, à la suite de mon expérience personnelle de couple et de celle d’écoutante, est que l’information sur les violences que rencontrent les gens la sphère familiale ne circule pas encore assez.

Nombre de femmes et d’hommes sont dans des relations toxiques et hautement conflictuelles.

  • Ou dans la dépendance affective.
  • Ou dans des relations déséquilibrées qui constituent un terrain propice au développement de l’abus et la violence.
  • Les proches, l’entourage et la société d’une manière générale sont souvent aveugles, parfois complaisants (même si ce n’est pas intentionnellement).
  • Trop de victimes se « réveillent » et ne prennent conscience du degré de toxicité et d’isolement dans lequel elles vivent que lorsque la situation est déjà très avancée et donc qu’il leur est d’autant plus difficile d’en sortir.

Alors est-ce que mon blog peut aider ?
Je ne sais pas quelle sera ma contribution, une goutte d’eau dans l’océan, probablement. Mais si mes articles peuvent aider ne serait-ce que quelques personnes à se libérer… si quelqu’un parvient à trouver la corde à agripper, celle avec laquelle elle se sortira de l’abîme dans lequel elle était en train de s’enfoncer… alors ça me va. Tous mes efforts ne seront pas vains.

 

Je fais souvent référence à tous les services institutionnels et ceux des associations qui existent déjà, et qui sont indispensables. (cliquez ici pour l’article)
Cependant, une partie des victimes ne se retrouve pas dans les services qu’elles offrent, car leur situation de couple ou de famille n’est pas aussi « avancée », ni aussi « extrême » que les exemples qu’elles lisent et auxquelles elles se comparent. Elles estiment ne pas avoir besoin des services proposés, pas besoin de fuir le domicile, de trouver un avocat, etc. Elles ne subissent pas de violence physique, il n’y a pas d’urgence, ou bien pas d’isolement, pas de menaces « évidentes »… juste un très grand malaise, une vague dépression, une souffrance diffuse, beaucoup d’efforts pour satisfaire leur conjoint et de nombreuses interrogations, qui les poussent à se demander si ce qu’elles vivent est « normal ».

 

J’espère que le blog peut donc aider ces personnes à identifier les raisons de leur mal-être, à pointer les dysfonctionnements de leur relation et à identifier les éléments qu’il est en leur pouvoir de changer, et ceux qui ne dépendront jamais d’elles. J’espère que les articles peuvent aider les victimes à s’orienter et trouver des solutions qui leur permettent de s’orienter et de trouver des appuis pour progresser.

 

Comment peut-on aider avec un blog ?

 

Il est clair que le blog a ses limites, celles qui sont aussi le pendant de ses atouts. Je continue d’intervenir en tant qu’écoutante et j’aide entre 2 et 6 personnes en 4 heures. J’écris un article en 4 à 8 heures et ce sont déjà des centaines de lectrices qui en prennent connaissance. L’article est pertinent pour certaines et pas pour d’autres, il convient à la phase de questionnement où elles sont dans leur vie — ou non. Elles peuvent utiliser les conseils — ou pas. Ou pas maintenant, mais plus tard.

Et si vous êtes inscrites à la Newsletter, vous recevez des informations même quand c’est calme à la maison, même quand vous avez tendance à oublier pourquoi vous êtes arrivée sur ce blog la première fois : il n’est pas inutile de garder cette perspective.

 

Pas thérapeute ni juriste:
Je ne suis pas thérapeute, ni juriste. L’aide du blog n’est pas personnalisée. Même si vos questions et vos remarques m’aident à choisir mes sujets d’articles et faire mes recherches sur les thèmes que vous me proposez. Les processus d’abus et de violence ont été étudiés, analysés et compris. Il en va de même pour les mécanismes et les démarches pour en sortir. Nombreuses de nous ont fait face aux mêmes constats, aux mêmes interrogations : leur expérience et leur parcours sont des guides motivants.

 

Et c’est pour cela que j’écris le blog : pour vous dire que vous n’êtes pas seule. Si les mécanismes de la violence sont connus, les démarches et les mécanismes pour en sortir aussi. VOUS N’ÊTES PAS SEULE.

 

Le blog pour diffuser et aider virtuellement

 

Pendant l’année précédant ma décision de commencer le blog, je me demandais comment aider plus efficacement. Je me suis naturellement intéressée aux possibilités du monde virtuel. C’est le moyen idéal pour faire circuler l’information. Et de nombreux spécialistes se servent de ce média pour aider dans leur domaine, que ce soit dans la cuisine ou derrière l’objectif d’un appareil photo, dans le sport ou dans le développement personnel.

Mais j’avais deux réticences de taille. La première concernait l’aspect éthique de la question, la seconde, le côté technique.

 

blog pour aidEst-il éthique d’aider virtuellement ? (Et est-ce que ça fonctionne ?)

La réponse est venue lors d’une séance de formation continue des écoutantes de l’association pour laquelle je travaille bénévolement. Puisque nous y développons de nombreuses manières d’intervenir, notamment via internet, une psychologue du réseau hospitalier était venue nous présenter les résultats des dernières recherches en matière de thérapie en ligne. (Le système hospitalier finlandais est en train de se doter de tels outils.)

Les bilans étaient clairs, les victimes et les patients reçoivent beaucoup de soutien de la thérapie en ligne, parfois davantage qu’en face à face.

Même si des articles de blog ne sont pas une thérapie (et raison de plus), ces résultats me confirmaient que nous sommes de plus en plus nombreuses à rechercher de l’information et à être prêtes à nous faire aider en ligne. L’un des avantages est que chacune peut choisir à son rythme l’information dont elle a besoin pour avancer dans sa démarche intellectuelle.

Car, si l’information ne remplace pas une aide thérapeutique ou juridique personnalisée pour faire le travail de libérer, elle intervient en amont. C’est elle qui va vous aider à prendre conscience de votre situation et donc à avoir la capacité d’engager votre processus de reconstruction, le moment venu.

 

Ma conclusion est donc que, non seulement, il est éthique d’utiliser internet pour aider, mais que ce serait même un crime de ne pas le faire. L’information doit circuler par tous les moyens à notre disposition, pour cheminer vers les personnes qui en ont besoin.

 

N’hésitez pas à envoyer le lien de ce blog aux proches, aux amies ou collègues pour lesquelles vous vous inquiétez. Au pire, il ne servira à rien. N’hésitez pas à vous abonner à la newsletter, vous n’êtes peut-être pas convaincue vous êtes concernée, mais si vous avez des doutes et vous demandez parfois si vous êtes folles, il pourra peut-être vous aider plus tard.

 

Comment aider virtuellement ?

 

Mon deuxième frein était le problème de la technique. Comme je l’ai indiqué précédemment, je ne suis pas du tout à l’aise avec le monde qui se cache derrière mon écran d’ordinateur. Mais au moment où je suivais la formation sur la thérapie virtuelle (ci-dessus), j’ai rencontré la formation d’Olivier Roland qui explique pas à pas comment développer un blog.

Et s’il y avait un domaine dans lequel j’avais besoin de me faire aider, c’était bien celui des techniques virtuelles !

Certes, certains critiqueront sans doute la dimension commerciale de la formation (son objectif est d’aider les participants à créer un blog dont ils puissent vivre). Je n’ai aucun souci avec cela, car j’ai maintes fois observé que les entreprises commerciales savent utiliser tous les moyens à leur disposition pour se faire connaître. Il serait tout simplement idiot de ne pas faire de même, quand l’objectif est justement de faire circuler l’information.

Car passer 4, 6, 8 ou douze heures sur un article ne sert à rien si personne ne le lit. Dans ce cas-là, autant se contenter de la ligne de soutien et tout oublier.

 

Confronter ces peurs m’a appris à les dépasser. J’ai créé ce blog et son design, dans les limites de mes moyens. Je n’avais jamais auparavant manipulé de photographie (mis à part les recouper), et encore moins, réalisé de podcast. J’ai commencé à me préparer pour la réalisation de vidéos que je pourrai bientôt lancer sur le blog. On peut donc lire les articles sur sa tablette, écouter les podcasts de son smartphone dans le bus, regarder des vidéos sur son ordinateur.

 

Multiplier les médias, c’est multiplier les manières d’aider.

 

Je vous encourage à lire, écouter, regarder et à me faire des retours par la boîte de commentaire. Je vous encourage à faire circuler le lien du blog. Dites-moi les domaines dans lesquels je peux vous aider, faites-moi part de vos interrogations et je ferai de mon mieux pour aller chercher et publier les informations dont vous avez besoin.

Au plaisir d’aider 🙂

 

Partagez sur Facebook!

 

Publié le 1 octobre

Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Virginie Loÿ

Je m’appelle Virginie Loÿ . Dans ce blog, je souhaite partager avec vous des informations et des conseils pour se libérer des liens d’une relation abusive ou violente.

One thought on “Aider avec un blog : est-ce possible ? Est-ce réaliste ?”

  1. Merci Virginie pour cet article 🙂

    Pour ma part, j’ai vécu des relations toxiques pendant près de 30 ans, j’ai fait des thérapies qui m’ont énormément aidées, mais c’est grâce à un blog que je m’en suis complètement sortie, et ceci de façon fulgurante.

    Internet est selon moi une source et une ressource d’informations précieuses si l’on sait bien utiliser l’outil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement le guide "Comment reprendre le contrôle de sa vie"
x